Maison
Page d'accueil
Frédéric Roux


La banalité qui est en moi


"Je me confie à la banalité qui est en moi"
Roland Barthes (Journal de deuil cité in Le Figaro Magazine)




Rubrique "Moi non plus"



"Je ne serai pas un chanteur pathétique", Johnny Halliday
(Nous Deux)

"Je ne suis pas Madame Irma", Olivier Besancenot (Le Figaro Magazine)

"Je ne m'intéresse pas qu'au cinéma", Marin Karmitz (Le Monde)

"Je ne me sens pas forcément un sex symbol", Dita Von Teese (A nous Paris)

"Je n'ai pas l'impression de vivre dans la solitude", Michel Desjoyeaux (L'Express)

"Je ne sautais pas de joie tous les matins", Mickey Rourke (Sport Week)

"Je ne suis pas cynique", Vincent Lindon (TGV Magazine)

"Je ne me souviens pas avoir rêvé d'être star quand j'étais enfant", Dita Von Teese (Le Parisien libéré)

"Franchement, je n'ai pas fait gaffe", Jean-Baptiste Grange (L'Equipe)

"Je n'ai pas de boule de cristal", Paul Bulcke (Le Matricule des anges)

"Je ne pense pas qu'il y ait un lien entre l'élection de Barack Obama et la mienne", Chloé Mortaud (Nous Deux)

"Je n'étais pas demandeur", François Pérol (Le Matricule des anges)

"Je n'en sais rien", Bernard Kouchner (Le Monde)

"Je ne sais pas", Hubert Reeves (ELLE)

"Je ne suis sûr de rien", Shawn Ryan (Les Inrockuptibles)

"Je ne pense pas être un sex-symbol", Anne Hathaway (A nous Paris)

"Je ne fais rien en un seul jour", Antony (TGV Magazine)

"A la maison, je ne porte pas de tailleurs ajustés", Dita Von Teese (Le Parisien libéré)

"Je n'arrive pas à me mettre dans la peau d'une femme", Julien Clerc (L'Express)

"Je ne vois pas comment je pourrais en faire plus", Jean-Louis Le Grand (Métro)

"Je ne pense pas qu'il y ait une quelconque obligation d'exposer sa famille, sa vie", Jean-François Copé (L'Express)

"Je ne venais pas d'un milieu littéraire", Philippe Djian (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai aucun talent d'économiste", Jean-Luc Marion (Le Journal du Dimanche)

"Je ne veux surtout rien anticiper", Anne Hathaway (A nous Paris)

"Je n'ai rien contre la relance", Jean-Luc Marion (Le journal du dimanche)

"Je n'intellectualise surtout pas", Jean-Pierre Jeunet (Directsoir)

"Je n'ai jamais vraiment eu d'idole en particulier", Sébastien Loeb (Sport Week)

"Je ne suis pas du genre à regretter quoi que ce soit", Clint Eastwood (Le Figaro Magazine)

"Je ne milite pas pour le mariage, Karl Lagerfeld (Madame Figaro)

"Je ne me suis pas censuré", Vincent Delerm (TGV Magazine)

"Je n'appartiens à aucune congrégation", Clint Eastwood (Le Figaro Magazine)

"Il ne faut pas que je tire trop dessus", Ronald Pognon (L'Equipe)

"Je ne suis jamais en paix", Giorgio Armani (Madame Figaro)

"Je ne me fais aucune illusion", Vincent Lindon (TGV Magazine)

"Quand je dis "je" ce n'est pas que moi, André Engel (Si)

"Je n'ai pas volé mon argent", Lili Allen (Les Inrockuptibles)

"Je ne me fais pas d'illusions", Pio Marmai (Metro)

"Je ne réussis rien, je ne rate rien non plus", Gérard Depardieu (Télérama)

"Je ne suis pas Eric Besson", Axel Kahn (RMC)

"Je ne suis pas un héros", Renaud Bernard (Le Monde Télévision)

"Je n'ai jamais eu de gros problèmes", Cristiano Ronaldo (Sportweek)

"Je ne me souviens plus de rien", Philippe Starck (Le Figaro Madame)

"Je ne ressens pas le besoin de sortir tous les soirs, d'acheter des trucs", Alela Diane (Les Inrockuptibles)

"Je ne sais pas", Vincent Lindon (TGV Magazine)

"Je ne pouvais pas hésiter", Marie-Claude Pietragalla (Le Figaro Madame)

"Je ne veux pas parler de mon corps", Virginie Razzano (L'Equipe)

"Je ne pense pas que l'on puisse faire tout d'un coup quelque chose de très différent", Emma Thompson (Le Figaro Magazine)

"Si je n'ai rien, je ne serai pas déçu", Philippe Claudel (L'Est Républicain)

"Je n'aime pas les clivages", Jean-Alain Boumsong (Le JdD)

"Je n'ai pas un style très coquet", Olivier Maulin (Le Matricule des Anges)

"Je ne pense pas qu'une actrice doive plaire absolument", Michelle Pfeiffer (Madame Figaro)

"Je n'aime pas passer pour un allumé", Denis Podalydès (20 Minutes)

"Maintenant, si quelqu'un m'emmerde, je ne vais pas directement au conflit", Mickey Rourke (Les Inrockuptibles)

"Je n'éprouve ni mélancolie ni regret", Azzedine Alaïa (Madame Figaro)

"Je ne respecte absolument pas son choix", Robert Pires (Sportweek)

"Je ne serais jamais ni un requin ni une crevette", La Fouine (20 Minutes)

"Je n'ai pas de modèle", Jean-Marc Mormeck (Direct Soir)

"Je ne me confonds pas avec mon travail", Jean-Luc Moulène (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai pas un grand goût pour l'accomplissement", Carla Bruni (Madame Figaro)

"Je ne suis pas la sœur Emmanuelle", Jamel Debbouze (Le Parisien libéré)

"Je n'aime pas la tartufferie", Pierre Lambicchi (L'Optimum)

"Je ne supporte ni l'injustice, ni les discriminations, ni le mépris", Emilie Dequenne (Femina)

"Je n'ai aucun compte à régler", Pape Diouf (Metro)

"Je ne peux pas faire table rase de ce que j'ai vu", François Ozon (Les Inrockuptibles)

"Je ne crois pas qu'il y ait un regard féminin", Paula Aisemberg (Madame Figaro)

"Je ne suis pas fier des présidents d'université", Luc Ferry (Le Figaro)

"Je n'ai pas envie qu'on me remplace", Sophie Marceau (Elle)

"Je ne suis pas Erik Satie", Juliette (Madame Figaro)

"Je ne sais jamais ce que je vais écrire à l'avance", Harlan Coben (Metro)

"Je n'ai jamais vraiment su ce qu'être heureux voulait dire", Jonny Wilkinson (Le Parisien)

"Je n'ai pas spécialement foi en la politique", Marion Cotillard (Elle)

"Je ne connais pas personnellement les dirigeants socialistes", Olivier Besancenot (Les Inrockuptibles)

"Je ne cherche pas à me construire une image publique", Alain Bernard (Le JdD)

"Je ne me plains pas", Alexandra Lamy (ELLE)

"Je n'ai jamais réclamé que les homosexuels soient réduits au silence", Jean-Marc Nesme (Le Figaro Magazine)

"Je ne veux pas enrichir la Suisse", Nicolas Sarkozy (Metro)

"Je ne sais pas", Gad Elmaleh (A Nous Paris)

"Je ne me contente pas de humer l'air du temps", Werner Herzog (Télé Obs)

"Je ne sors pas trop le soir", Anne-Sophie Lapix (ELLE)

"Bien sûr, je ne suis pas un médiateur", Jean-Claude Juncker (L'Express)

"Je ne divise pas le monde en noir et blanc", Christiane Taubira (Les Inrockuptibles)

"Je ne pense jamais au marché quand j'achète", Charles Saatchi (Télérama)

"Je n'ai jamais mis les pieds au Stade de France", Mourad Boudjellal (Metro)

"Je ne savais pas que l'on pouvait gagner sa vie en étant poète", Boris Cyrulnik (ELLE)

"Je ne regrette rien", Isabelle Adjani (Télérama)

"Je ne prétends pas tutoyer les anges tous les jours", Stéphane Guillon (Télé Obs)

"Je ne peux plus croire à ce que je vois", Paul Virilio (Le Monde Télévision)

"Je n'ai pas envie de baisser les bras", Alain Prost (Le JdD)

"Je n'ai pas envie de me faire liposucer", Boy George (Numéro)

"Je ne suis ni idiot ni milliardaire", Johnny Halliday (Lui)

"Je n'ai jamais exposé ma vie privée", Rachida Dati (ELLE)

"Je crois que je n'y échapperais pas", Bertrand Lamarche-Vadel (L'Art aujourd'hui)

"Je ne pense pas avoir jamais été fou", Jean-Paul Gaultier (Le Figaro Magazine)

"Je n'ai rien à dire sur la beauté", François Bégaudeau (Le JdD)

"Je n'ai pas d'a priori", Jean-Paul Hévin (Le Figaro Magazine)

"Je ne suis pas un prophète", Albert Einstein (Le Monde)

"Je ne suis pas un snob intellectuel", Joseph Kosuth (Flash Art)

"Je n'ai jamais dragué dans un concert", Michel Houellebecq (Technikart)

"Je n'aime pas être reconnu", Didier Guichard (L'Art aujourd'hui)

"Je ne pense pas avoir été compris", Roman Opalka (Flash Art)

"Je ne sais pas", Claude Halmos (Psychologie Magazine)

"Je ne me plains pas", Pierre Jourde (Chronic'art)

"Je ne blâme ni ne fais l'éloge de la rupture", Alain-Gérard Slama ( Figaro Magazine)

"Je ne sais pas ce que doit être l'art", Gérard Collin Thiébaut (Flash Art)

"Je ne sais pas", Ilich Ramirez Sanchez dit Carlos (TV Magazine)

"Je ne suis pas fidèle aux marques", Georges Lang (Le Figaro Magazine)

"Je ne suis nostalgique de rien", Jeanne Mas (Direct Soir)

"Je ne veux pas être entouré de dix policiers en permanence", Daniel Cohn Bendit (Le JdD)

"Je ne pouvais pas rester adolescent toute ma vie", Laurent Garnier (Les Inrockuptibles)

"Je ne sais pas", Robert Stadler (Le Figaro Magazine)

"Je ne cherche pas les feux de la rampe", Olga Berluti (L'Express)

"Je n'ai pas acquis une conscience politique d'un seul coup", Kiyoshi Kurosawa (Le Figaro Magazine)

"J'aime la mode, mais je n'en suis pas victime", Alexandra Golovanoff (Madame Figaro)

"Je n'ai pas envie de jouer les tontons flingueurs", Maurice Leroy (Le Figaro)

"Je ne sais pas, moi", Penelope Cruz (A Nous Paris)

"Je ne moralise pas", Jack Lang (Le Figaro Magazine)

"Je ne suis pas un fanatique des clans", Michel Sardou (TV Magazine)

"Je ne vois pas le rapport entre Molière et le béret basque", Philippe Sollers (Le JdD)

"Je n'en sais rien", Guillaume Musso (TV Magazine)

"Je ne souhaite pas entrer dans des querelles de personnes", Sophie Boegner (Le JdD)

"J'ai du caractère, je n'ai pas l'habitude de me laisser faire", Guillaume Canet (Première)

"Je ne sais pas si je suis de plus en plus en prise avec la réalité", Carla Bruni-Sarkozy (Le Figaro Magazine)

"Je ne suis pas en dépression", Mark Philippoussis (Libération)

"Je ne me sens absolument pas coupable"", Alexia Laroche-Joubert (TV Magazine)

"Je ne suis pas un politicien", George Soros (Le Monde 2)

"Je n'ai pas pris de position", Martine Aubry (Libération)

"En général, je ne reviens jamais sur le passé", Annie Lennox (Rock & Folk)

"Je ne suis ni colérique ni parano", Christian Lacroix (Le Monde)

"Je ne suis pas dans la compétition", Ségolène Royal (Paris Match)

"Je ne subis aucune pression", Jean-Luc Morandini (Technikart)

"Personnellement, je ne suis pas mélancolique", Hemming Mankell (Lire)

"Je n'ai rien demandé à personne", Bénédicte Desforges (Paris Match)

"Je ne me place pas dans une perspective commerciale", Dominique Gaultier (Le Magazine des livres)

"Je ne suis pas quelqu'un d'aigri", Raphaël Mezrahi (TGV Magazine)

"Je n'ai pas l'esprit du spécialiste", Mona Ozouf (Le Figaro)

"Je ne suis pas vraiment du genre à sauter sur tout ce qui bouge", Jeff Beck (Rock & Folk)

"Je ne suis ni Sylar ni Spock", Zachary Quinto (A Nous Paris)

"Je ne me bats pas, je ne supplie pas, je n'insiste pas", Mélanie Laurent (Madame Figaro)

"Je ne me vois pas rester toute ma vie dans un mouvement underground", La Roux (Brain Magazine)

"Je ne suis pas très musicien", Jack Lang (Direct Soir)

"Je ne sais pas si je suis un rebelle", Peter Doherty (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas opposée par principe aux logements sociaux", Rachida Dati (Le Parisien libéré)

"Là encore, je vais vous décevoir : je ne vais pas tellement au cinéma", Christian Bal (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas contre le mot exploration", Jacques Doillon (Sud-Ouest Dimanche)

"Je ne compte pas trop moderniser les choses", Jacques Dutronc (Aujourd'hui)

"Mais je ne cherche pas à faire plaisir à qui que ce soit !", Malek Chebel (Le Point)

"Je ne vais pas beaucoup au cinéma", Annette Messager (Les Inrockuptibles)

"Je ne me prends pas pour un génie", Woody Allen (Le Parisien)

"Je ne me regarde jamais le nombril", Werner Herzog (Vice)

"Je ne sais pas où est mon âme", Michel Gondry (Keith)

"Je n'ai aucun problème avec l'âge", Nikki Sixxs (Rock & Folk)

"A vrai dire, je n'ai jamais eu la peur du vide", Bernard Laporte (Le Parisien)

"Je ne pense pas avoir de problème avec l'intrigue", Pierre Michon (Le Matricule des Anges)

"En fait, je ne suis pas multitâches", Christian Bale (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai pas de sujets de prédilection", Murielle Renault (Le Magazine des Livres)

"Je ne vois pas le problème", Jean-Marc Morandini (Technikart)

"Je n'ai rien à prouver", Oxmo Puccino (Keith)

"Je n'ai rien contre l'exigence, la sévérité", Deborah François (Les Inrockuptibles)

"La richesse dans le monde est une réalité que je ne condamne pas", Martin Parr (A Nous Paris)

"Je ne me plains pas", Julien Dray (Le JdD)

"Je ne suis pas quelqu'un de sinistre", Philippe Besson (Modzic)

"Je n'ai jamais eu de plan de carrière", Chantal Jouanno (Le Point)

"Je ne me fais pas beaucoup d'illusions", Olivia Ruiz (Le Figaro Magazine)

"Je n'ai jamais cherché à susciter l'intérêt des tabloïds", Monica Bellucci (Madame Figaro)

"Je ne suis pas un outil de communication", Karima Delli (Le JdD)

"En fait, je ne suis pas si indépendant que ça", Dominique Gaultier (Le Magazine des livres)

"J'avais pas envie de vivre chichement", Benjamin Biolay (Technikart)

"J'aime pas traîner dans les cuvettes de chiottes de gare", Jean-Pierre Coffe (Canal +)

"Je n'ai jamais jalousé personne", Claudia Cardinale (Le Figaro Magazine)

"Je ne suis pas du tout envieuse des autres", Valérie Bègue (Closer)

"Je n'ai jamais été un mauvais garçon", Peter Doherty (Les Inrockuptibles)

"Je ne discute pas les priorités", Isabelle Adjani (Marie France)

"Je ne regarde ni derrière ni devant", Jean Dujardin (Le Figaro Magazine)

"Je ne ressens aucune pression", Julia Roberts (Madame Figaro)

"Je n'ai pas toujours fait les bons choix", Valeria Bruni-Tedeschi (Femina)

"Je n'irai jamais jusque là", Philippe Manœuvre (TV Magazine)


"Je n'ai pas un train de vie de milliardaire", Bruce Toussaint (Madame Figaro)

"Je ne suis pas un as de l'organisation", Ronan de Gouvello (Le Figaro Magazine)

"Je ne porte pas de jugement sur les personnes", Jack Lang (Le Monde)

"Je n'ai pas réfléchi à tout ça", Grégoire (Closer)

"Je n'ai jamais été riche", Peter Doherty (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas carriériste", Ridan (Paris Match)

"Je ne peux pas être autre chose que moi-même", Daniel Cohn Bendit (Le JdD)

"Je ne me suis pas donné d'autre choix que d'avancer", Grégoire (Closer)

"Je ne suis pas à la mine ni à la guerre", Richard Gasquet (Le JdD)

"Je ne supporte pas les défauts chez les autres", Kristin Scott Thomas (Madame Figaro)

"Je ne sais même pas comment je suis perçu dans mon immeuble", Bill Nighty (A Nous Paris)

"Je ne cherche pas à être plus célèbre que je le suis maintenant", Richard Gasquet (Le Figaro)

"Je ne suis ni pour ni contre", Michel Sardou (TV Magazine)

"Par principe, je n'aime pas refaire ce que j'ai déjà fait", Jean Dujardin (Le Figaro Magazine)

"Je n'ai jamais été gravement malade", Emmanuel Carrére (Madame Figaro)

"Je ne participe à aucune guerre, qu'elle qu'elle soit", Marcel Canche (Philosophie Magazine)

"Je ne suis pas certain que Freud soit un mélancolique", Jean Clair (Art Press)

"Je n'ai jamais été contre la justice. Bien au contraire", Rachida Dati (Le JdD)


"Je ne regrette rien", Shanice (Maximal)

"Je ne majore pas le pouvoir de la volonté", Michel Onfray (Philosophie Magazine)

"Je n'aime pas me détruire", Estelle Lefèbure (Marie Claire)

"Je n'aime plus le cinéma stupide", Jean-Pierre Jeunet (Le JdD)

"Je n'ai pas de temps à perdre", Manoel de Oliveira (Le Figaro)

"Je ne me plains pas du tout", Franz-Olivier Giesbert (Le Parisien)

"Je ne suis pas fétichiste du noir", Guillaume Pinard (Particules)

"J'aurais voulu avoir une fille, mais je n'en ai pas eu", Hemming Mankell (Lire)

"C'est vrai, je ne suis jamais content", Yvan Attal (Marie Claire)

"Je n'ai jamais cru qu'il faille arrêter de penser pour agir", Arnaud Desplechin (Particules)

"Je me dévoile peu, je ne suis pas l'homme des grands déballages", Lionel Nallet (Le Parisien)

"Je ne regrette rien", Joan Celsis (Libération)

"Je n'ai jamais eu l'horreur directement sous le nez", Olivier Blanckart (Particules)

Je n'ai pas envie de faire partie d'une corporation", Patrick Bouchain (Blast)

"Je ne peux pas dire que je me relève la nuit pour lire Ubu", Muriel Mayette (Le Figaro Magazine)

"Je n'aime pas beaucoup la dérision ambiante", Jean-Bertrand Pontalis (Télérama)

"Je ne fais pas les mêmes livres que d'autres écrivains", Frédéric Beigbeder (Blast)

"Je ne suis pas du tout tranquille non plus", Yvan Attal (Marie Claire)

"Je ne suis pas un Lider Maximo", Daniel Cohn-Bendit (Le JdD)

"Je ne sais pas. Je ne sais pas du tout", Anne Sinclair (Madame Figaro)

"J'aime pas trop l'inconfort", Anthony (Le Parisien)

"Je ne crois pas au destin", Grégoire (Closer)

"Je n'utilise pas Facebook", Audrey Pulvar (Les Inrockuptibles)

"Je ne crois absolument pas à la notion de “bon goût“", Antonio Marras (Marie Claire)

"Je ne cherche pas à être plus connu que je ne le suis actuellement", Richard Gasquet (Le Figaro)

"Je ne porte pas de pantalons de velours ou de bottes de cow-boy", Bill Nighy (A Nous Paris)

"Je ne suis pas sociologue", Christophe Honoré (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas un fanatique des clans", Michel Sardou (TV Magazine)

"Je ne prémédite pas tout", Marie NDiaye (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai pas de message à délivrer", Fanny Ardant (A Nous Paris)

"Je n'aime pas la création de néologismes quant elle tourne au procédé", Vincent Message (Virgin)

"Je n'ai pas un cerveau multi-optionnel", Chiara Mastroianni (Les Inrockuptibles)

"Mais bon, je ne suis pas non plus une psychopathe", Salomé Stévenin (A Nous Paris)

"J'ai vraiment compris qu'un dialogue de théâtre n'a rien à voir avec un dialogue de roman", Marie Darrieusecq (Version Fémina)

"En tous  cas, je ne suis pas un demi-dieu, c'est sûr !", Jean-Pierre Darroussin (A Nous Paris)

"A vrai dire, je ne vais jamais au cinéma", Harrison Ford (Métro)

"Je n'ai jamais considéré mes romans comme des livres parfaits", Colum McCann (Le Figaro Magazine)

"Quand je commence un livre, je ne fais jamais de plan", Jean-Bertrand Pontalis (Télérama)

"Je ne suis pas dupe. Je suis même un peu cynique", Eva Green (Madame Figaro)

"Je ne suis pas du genre à me barrer pour des raisons d'argent", Michel Sardou (TV Magazine)

"Je ne suis pas certain qu'à ma place, il y en a beaucoup qui auraient tenu", Richard Gasquet (Le Figaro)

"Je ne veux pas être enfermé dans une institution", Daniel Cohn-Bendit (Le JdD)

"Je ne serai jamais Sophie Marceau", Léa Seydoux (ELLE)

"Je ne me considère pas comme un sex-symbol", Eva Green (Madame Figaro)

"Je ne suis pas plus vertueux qu'un autre", Laurent Delahousse (Télé Magazine)

"Je ne porte pas de bague, pas de collier", ora-ïto (Marie Claire)

"Je n'étais pas prédisposé à parler à autant de monde", Laurent Delahousse (Télé Magazine)

"Je ne suis pas sûre qu'il y ait de mère parfaite", Anne Sinclair (Madame Figaro)

"Je n'accuse personne, mais je ne suis pas dupe non plus", Yves Bertrand (Métro)

"Je ne crois pas avoir de dégoûts particuliers", Julie Andrieu (Le Figaro)

"Je sais juste que, quand je me lève le matin, je ne me sens pas prête à aller nager", Laure Manaudou (Le Parisien)

"Je ne suis pas une fourmi", Julien Dray (Le Monde)

"Je ne sais pas bien", Emmanuel Carrère (Madame Figaro)

"Je n'ai pas de snobisme pour ce qui est considéré comme “moins noble“", Antonio Marras (Marie Claire)

"Je ne m'oppose pas, mais je détourne et je contourne…", Catherine Deneuve (Madame Figaro)

"Je n'aime ni être mis plus bas que terre ni être encensé" Jérémy Toulalan (L'Equipe)

"Je n'ai vraiment jamais su quoi dire des choses", Fanny Ardant (TGV Magazine)

"Je n'aime pas le non-dit et l'injustice", Frédéric Antonetti (Le Figaro)

"Je ne me fais jamais de cadeau", Jean-Michel Othoniel (Madame Figaro)

"Je ne propose pas de solution, de réinterprétation positive des événements négatifs", Michel Houellebecq (Le Magazine des livres)

"Je ne sais pas pourquoi on commence un livre plutôt qu'un autre", Anne Wiazemsky (Le Magazine littéraire)

"Je ne veux plus écrire de livres décoratifs ou inutiles", Dave Eggers (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai pas ”appris” à être un artiste", JR (Beaux-Artsmagazine)

"Je n'aimais pas l'école", Fanny Ardant (A Nous Paris)

"Je ne vois pas pourquoi on laisserait nos droits d'auteur à Google", Marie Darrieusecq (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai pas l'habitude de regretter quoi que ce soit", Sidney Govou (Le Parisien)

"Je ne crois pas à l'autobiographie pure", Justine Lévy (Métro)

"J'ai tant de souvenirs que je m'en souviens pas très bien", Brigitte Bardot (Le Parisien)

"Je ne suis pas un homme de conflit", Philippe Lucas (Sport Magazine)

"Je ne suis pas un homme de pouvoir", Zinedine Zidane (L'Equipe Magazine)

"Je ne suis pas dans le secret des alcôves", Alain Juppé (GQ)

"Quand je sais que je sais faire, je ne renonce jamais", Gong Li (Madame Figaro)

"J'essaie d'être un bon père, je n'y arrive pas toujours", Emir Kusturika (TGV Magazine)

"Je ne suis pas opposé au concept de propriété", Arnon Grunberg (Le Magazine littéraire)

"Je ne suis pas sûr que 1793 reste pour les Français la référence", Jean-François Copé (Le Monde)

"Je n'ai rien à prouver à qui que ce soit", Jonah Lomu (L'Equipe)

"Je ne regrette rien", Christine Boutin (Info Matin)

"Je ne suis ni autoritaire ni intransigeant", Jean Todt (Le JdD)

"Je ne me décourage jamais", Nadia Candet (Madame Figaro)

"Je ne suis pas du tout silencieux", Frédéric Mitterrand (Télé-Obs)

"Je n'ai jamais été à la mode", Sophie Marceau (Le Point)

"Je ne suis ni évêque ni missionnaire" Lorant Deutsch (Madame Figaro)

"Je ne serai jamais, comme je le regrette, un Bertrand Lavier", Frédéric Mitterrand (Roma)

"Je n'aime pas beaucoup l'idée de période", Jean-Philippe Toussaint (Le Magazine Littéraire)

"Je n'ai pas choisi d'être écrivain pour être discipliné", Frédéric Beigbeder (Le Magazine des Livres)

"Pour ma part, je n'ai pas envie de finir comme Jack Lang ou Michel Rocard", Noël Mamére (Le Monde)

"Je ne suis pas travailleur", Antonio Caballero (Télé Obs)

"Je ne me suis jamais laissé impressionner par les célébrités", Mary Russell (Vogue Hommes)

"Je ne suis pas un vrai collectionneur", Chris Isaak (Rock & Folk)

"Je ne suis pas un winner sans foi ni loi", Vincent Peillon (Voici)

"Je ne supporterais pas que mon fils devienne boxeur", Vanessa Paradis (ELLE)

"Je n'ai pas envie de lasser les gens par une présence trop excessive", Renaud (Le Monde 2)

"Je n'ai pas pour habitude de m'épancher", François Pérol (L'Express)

"Je ne suis pas très optimiste, c'est vrai", Kool Shen (Rolling Stone)

"Je n'ai pas du tout eu le même parcours que Bob Dylan ou Mick Jagger", Martin Scorsese (Rock & Folk)

"Je n'ai pas envie d'écrire : "Je nique ta grand-mère"", Patti Smith (Art Press)

"Je ne crois pas que les écrivains soient des prophètes", Don DeLillo (Lire)

"Je ne suis pas dédaigneux", Charles Dantzig (Le Magazine des Livres)

"Je sais que je ne vais pas vivre jusqu'à 180 ans", Thierry Ardisson (Madame Figaro)

"Je ne comprends pas certaines interprétations des sondages", Xavier Bertrand (Le JdD)

"Je ne crois ni aux compliments ni aux insultes", Philippe Besson (Le Magazine des livres)

""Je n'ai jamais eu le rêve américain", Bertrand Tavernier (Le Point)

"Je ne me sens pas dépositaire de toutes les émotions qui me tombent dessus", Dominique A (Les Inrockuptibles)

"Je n'écris ni sur la masculinité ni sur la féminité", Jim Harrison (ELLE)

"Je ne suis ni obsédée ni rassurée", Yasmina Aga Khan (Paris Match)

"Je ne suis pas carriériste", Smaïn (TV Magazine)

"Je n'ai pas le sentiment d'être le roi de la nuit", André (Vogue Hommes)

"Je n'en ai rien à foutre des universitaires trous du cul", Georges Frêche (L'Express)

"Je ne veux  pas me battre contre les intuitions", Don DeLillo (Lire)

"Je n'ai jamais brûlé de voitures", Kool Shen (Rolling Stone)

"Je ne suis pas d'un tempérament nostalgique", François Pérol (L'Express)

"Je n'ai aucune chance pour le Nobel", Philippe Besson (Le Magazine des livres)

"Je ne sais pas si Internet rend idiot", Nathalie Kosciusko-Morizet (Paris Match)

"Je ne supporte pas que les gens que j'aime se détruisent", Juliette Gréco (Rolling Stone)

"Je ne crois pas au Grand Soir", Clémentine Autain (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai jamais fait de plan", Frédéric Beigbeder (Le Magazine des livres)

"Je ne raisonne pas en termes de frontières", Jim Jarmusch (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas du tout dans la recherche du truc pointu", Kool Shen (Rolling Stone)

"Je n'aime pas taper les filles", André (Vogue Hommes)

"Je ne prétends pas être l'ambassadeur de la poésie en France", Patrick de Carolis (TV Magazine)

"On ne m'a jamais trouvé dans un squat à fumer du crack", Philippe Manœuvre (Paris Match)

"Je ne suis pas du tout silencieux", Frédéric Mitterrand (Télé-Obs)

"Je n'arrive pas à déléguer", Stéphane Guillon (Marie France)

"Je ne crois plus trop à des genres hermétiques", Laure Limongi (Le Matricule des anges)

"Je ne suis pas engagé dans un jeu intertextuel", Will Self (Les Inrockuptibles)

"Je ne sais pas si je dis vraiment tout ce que je pense", Sophie Marceau (Marie France)

"Je ne crois pas que l'on puisse écrire de beaux livres avec une fin positive", Philippe Besson (Le Magazine des Livres)

"Je ne me suis pas embourgeoisé, je ne posséde pas de bagnole, pas d'appart', pas de château", Philippe Manœuvre (Paris Match)

"Je n'aime pas attaquer", Albert Elbaz (Vogue Hommes)

"Je ne suis pas fétichiste du noir", Guillaume Pinard (Particules)

"J'ai pas de temps à consacrer aux connards", Rachid Taha (Rolling Stone)

"Je n'ai pas de technique ni de méthode", Albert Elbaz (Vogue Hommes)

"Au moment où j'écris, je ne sais pas où je vais", Lydie Salvayre (Le Matricule des anges)

"Je ne suis pas là pour choquer le bourgeois", Benjamin Biolay (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai jamais cru qu'il faille arrêter de penser pour agir", Arnaud Desplechin (Particules)

"Fabriquer des auto-cuiseurs, ça ne m'excite pas", Céline Wright (Marie Claire
Maison)

"Je n'ai jamais vécu un mode de vie rock 'n'roll", Dario Argento (Vice)

"Je n'ai pas d'ambitions politiques", Denis Robert (Les Inrockuptibles)

"Je ne supporte pas de faire du mal aux gens que j'aime", Stéphane Guillon (Madame Figaro)

"Je ne me sens ni emprisonné, ni libéré", Guillaume Pinard (Particules)

"Je n'ai jamais beaucoup aimé regarder le foot", Steve Savidan (Le Journal du dimanche)

"Je n'ai pas l'intention de me botoxer", Audrey Pulvar (VSD)

"Je ne suis pas morose", Michel Blanc (le Figaro Magazine)

"Je ne me nourris pas exclusivement de pommes pourries et de croûtes de fromage", Virginie Efira (Grazia)

"Je n'arrive pas à baisser la garde", La Roux (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas un chevalier blanc, ni un Don Quichotte", Jean-Claude Blanc (Le Journal du dimanche)

"Je ne me complais pas dans la déploration", Ariel Wizman (Les Inrockuptibles)

"Je ne me réveille pas en me demandant quelle fringue de jeune créateur, je vais pouvoir porter", Benicio del Toro (Grazia)

"Je ne suis pas forcément très sociable", Carla Bruni-Sarkozy (Le Parisien)

"Je ne suis ni comblé, ni satisfait, ni apaisé", Yvan Attal (Envy)

"Je ne fais pas partie d'un réseau", Pierre Berbizier (L'Equipe Magazine)

"Je n'ai jamais demandé de faveur personnelle à Poutine", Nikita Mikhalkov (Le Figaro)

"Je n'ai pas de problème à parler d'argent", Steve Savidan (Le Journal du Dimanche)

"Je ne suis pas un homme d'argent", Bernard Kouchner (L'Express)

"Je n'ai pas d'imagination", Blutch (Les Inrockuptibles)

"Je ne crois ni à la générosité ni à la charité", Jean-Marie Périer (Le Monde Magazine)

"Je ne cherche plus à être un bon élève" Gad Elmaleh (Psychologies Magazine)

"Je ne suis pas alchimiste moi-même", Tzevtan Todorov (France Culture)

"Je n'ai pas fait tant de bêtises que ça", Marie-Ange Casta (La Parisienne)

"Je n'ai encore rien fait, je n'ai encore rien dit", Blutch (Les Inrockuptibles)

"Je n'appréhende pas le fait d'être mort", Marcel Conche (Philosophie Magazine)

"Je ne regrette aucun de mes livres", Blutch (Les Inrockuptibles)

"Dans mon quotidien, je ne suis pas quelqu'un d'excentrique", Julianne Moore (l'Express)

"Je ne sais pas faire de discours", Manu Chao (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas Ghandi", Sharon Stone (Madame Figaro)

"Je ne prône absolument rien", Eels (Rock & Folk)

"Je ne suis pas rastafari", Arno (Snatch)

"Je ne suis pas du tout un provocateur", Richard Millet (Le Magazine des Livres)

"Je ne suis ni pour ni contre", Vanessa Paradis  (Madame 
Figaro)

"Je ne suis pas responsable du trou dans la couche d'ozone", Jeff Beck (Rock & Folk)

"Je ne sais pas si j'aurai quatre-vingt ans", Delphine de Vigan (L'Express)

"Je ne me sens pas frustré", Denys Podalydès (Télérama)

"Je ne suis pas une vedette d'Hollywood", Mouloud Achour (TGV Magazine)

"Je n'ai pas peur de l'après", Grégory Coupet (L'Equipe)

"Je ne vais pas au cinéma", James Ellroy (Les Inrockuptibles)

"Je ne regarde pas au dessus de l'épaule de mon voisin", Gérard Houillier (DirectSport)

"Je ne peux pas rester au soleil sur la plage à ne rien faire", Sébastien Vettel (L'Equipe Magazine)

"Je ne peux pas à chaque fois réagir à toutes les conneries dites sur moi", Denis Robert (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas du sérail de la mode", Robert Clergerie (Madame Figaro)

"Je n'aime pas la nostalgie", Arno (Snatch)

"Je ne sais pas si le droit est un art", Mireille Delmas-Marty (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai pas de problèmes d'ego ou de frustration", Benjamin Castaldi (Direct-Soir)

"Je ne me définis pas", Martin Hirsch (Le Monde 2)

"Je n'ai pas calmé la mère juive qui sommeille en moi", Patrick Bruel (Metro)

"J'avance à mon rythme, je ne sais pas faire autrement", Isabelle Autissier (L'Express)

"Je ne me sens pas en mission", Nina Bouraoui (Le Monde 2)

"Je n'aime ni le mensonge ni la trahison", Claude Parent (Next)

"Je ne suis pas toujours le plus sociable des hommes", Forest Whitaker (TGV Magazine)

"Je ne veux pas écrire n'importe quoi", Stéphane Guillon (L'Express)

"Je ne veux pas être toujours dans le drame", Laura Smet (Femina)

"Je ne suis pas encore prête à l'horreur", Laure Manaudou (Le Parisien)

"Je n'ai pas de dettes", Nicolas G. Hayek (L'Express)

"Je n'ai plus de voiture", Jean-Luc Colonna d'Istria (Madame Figaro)

"Je ne cherche pas à compliquer les choses", Alain Juppé (L'Express)

"Je n'ai pas une confiance en moi inébranlable", Joyce Carol Oates (Transfuge)

"Je ne suis pas proche du monde de l'entreprise", Ludivine Sagnier (La Parisienne)

"Je ne prends rien comme un dû", Cameron Diaz (Palace Costes)

"Je ne suis pas dans le rapport à la beauté", Diane Kruger (La Parisienne)

"Je n'ai acquis aucun instinct qui m'aurait porté vers la modestie", Julian Lennon (Madame Figaro)

"Je ne suis pas spécialiste de la sérénité orientale", Thomas Heams-Ogus (Page)

"Je ne cherche pas à me cacher", Roger Federer (L'Equipe Magazine)

"Je ne ferai pas pénitence", Eric de Montgolfier (le Nouvel Observateur)

"Je ne cours pas après la gloire et je ne me sens pas au-dessus du lot", Laurent Gané (l'Equipe magazine)

"Je ne lis pas dans le marc de café", Laurence Parisot (Figaro Magazine)

"Personnellement, je ne suis pas mélancolique", Henning Mankell (Lire)

"La cacophonie ne m'intéresse pas", Yannick Noah (l'Equipe magazine)

"Je n'ai pas besoin de muse", François-Marie Banier (L'Express)

"Je ne suis pas dans le déni de réalité", Brice Hortefeux (le Figaro Magazine)

Je n'ai jamais eu d'admiration pour des voyous", Karim Achoui (Next)

"Je n'ai jamais été fâchée avec Laure Adler", Liana Lévi (le Magazine des Livres)

"Je ne suis pas dans la compétition", Ségolène Royal (Paris Match)

"Je n'ai aucun respect pour la musique faite pour marcher partout dans le monde", Jeff Beck (Rock & Folk)

"Je ne suis pas aussi con que je n'en ai l'air", Franck Duboscq (Envy)

"Je ne suis pas sûr que les écrivains français actuels aient une bonne connaissance de l'art contemporain", Jean-Philippe Toussaint (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas carriériste", Ridan (Paris Match)

"Je ne suis pas du tout un provocateur", Richard Millet (Le Magazine des livres)

"Je ne prétends rien", Martin Hirsch (L'Express)

"Je ne suis pas un exemple", Yann Arthus Bertrand (TV Magazine)

"Je n'aime pas beaucoup la vie d'homme de lettres", Jean d'Ormesson (Le Magazine des livres)

"Je n'ai aucune nostalgie de la poésie", Jean-Philippe Toussaint (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas obligé d'aimer Jean Echenoz", Richard Millet (Le Magazine des livres)

"Je n'écris pas tant que ça", Jean d'Ormesson (Paris Match)

"Je ne suis pas un idéologue", Laurent Blanc (Le JdD)

"Je n'ai acquis aucun instinct qui m'aurait porté vers la modestie", Sean Lennon (Madame Figaro)

"Je n'écris pas pour mettre de l'ordre dans mon histoire", Daniel Mendelsohn (Transfuge)

"Je ne veux pas blâmer tel ou tel", Joseph Stieglitz (L'Express)

"Je ne cherche pas à provoquer", Cameron Diaz (Palace Costes)

"Je ne me suis jamais rangé derrière l'idolâtrie", Thierry Marx (Madame Figaro)

"Je n'ai pas une boule de cristal", Jean-Charles de Castelbajac (La Parisienne)

"Je ne sais pas si Dieu existe", Jean-Jacques Sempé (L'Express)

"Je ne cherche plus trop à séduire", Claudia Schifer (Madame Figaro)

"Je n'ai pas claqué d'argent n'importe comment", Jean Reno (Femina)

"Je ne suis pas né de la dernière pluie", Nicolas Hulot (Le Figaro Magazine)

"Je ne suis pas vraiment porté sur le chauvinisme", François Bégaudeau (Presse Océan)

"Je ne suis pas mort", Eric Woerth (Le Parisien)

"La célébrité ne m'intéresse pas", Kate Winslet (Madame Figaro)

"Je ne suis pas David Vincent", Béatrice Dalle (ELLE)

"Grâce à Dieu, je ne suis pas ministre de la Culture !", Jean d'Ormesson (Lire)

"Je n'ai pas couché avec Sharon Stone", Tomer Sisley (Metro)

"Je ne peux pas admettre que quelqu'un me traite d'enculé", Stéphane Sessognon (L'Equipe)

"Je n'ai pas volé ma place", Audrey Pulvar (ELLE)

"Je ne suis pas vraiment porté sur le chauvinisme", François Bégaudeau (Presse Océan)

"Je ne fais pas partie des pessimistes", Laurence D. Finck (Les Echos)

"Je ne me vois pas comme une icône", Sofia Coppola (A Nous Paris)

"Je n'aime pas à penser à moi en terme de dictateur", Kris Van Asche (Madame Figaro)

"Je n'aime pas tellement écrire", Jonathan Coe ( Le Figaro Magazine)

"Je ne veux pas être un maître", Gabriel Orozco (Code Couleur)

"Je n'aimais pas l'école", Louis Chedid (Fémina)

"Je n'aime pas les banquets", André Téchiné (Philosophie magazine)

"Je ne réclame pas une médaille de la subversion", Sabina Guzzanti (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas quelqu'un de morose", Philippe Claudel (illimité)

"Je n'ai fusillé personne", Philippe Sollers (le Nouvel Observateur)

"Je n'avance rien de manière arbitraire", Jean-Pierre Le Dantec (L'Evènement du jeudi)

"Je n'ai jamais vraiment rien planifié", La Cicciolina (Paris Match)

"Je ne veux surtout pas m'enfermer dans le ghetto du goût", Andrée Putman (Maison française)

"Je ne réagis pas comme un taureau furieux qui fonce", Jack Lang (Globe)

"Je ne peux plus me permettre d'angoisses inutiles", Fanny Ardant (Vogue)

"Je n'en suis pas encore à écrire mes mémoires", Alain Juppé (Madame Figaro)

"Je n'ai pas de femme de ménage", Agnès Michaud (Marie Claire)

"Je ne suis pas du tout incantatoire", Viviane Forrester ( l'Evènement du Jeudi)

"Je ne suis pas jaloux", Michel Houellebecq ( Libération)

"Je n'essaie pas d'être intégre", Pascal Comelade (les Inrockuptibles)

"Je n'essaie pas d'enseigner quoi que ce soit à qui que ce soit", Robert Altman (Télérama)

"Je ne suis pas nostalgique", Jean-Pierre Raynaud (Glamour)

"Je ne souhaite pas régler des comptes", Bettina Rheims (Paris Match)

"Je ne suis pas hostile aux idéaux", Olivier Rolin (Télérama)

"Je ne me vois pas du tout comme quelqu'un d'auto-destructeur", Béatrice Dalle (Paris Match)

"Je n'ai pas trop de manies", Jim Harrison (Madame Figaro)

"Je ne cherche pas à provoquer", Marcela Iacub (ELLE)

"Je n'aime pas particulièrement la rapidité", Carla Bruni (les Inrockuptibles)

"Je ne gagne pas beaucoup d'argent", Philippe Sollers (Voici)

"Je ne me trouve pas d'énormes défauts", Marie-Chrisitine Deluc (ELLE)

"Je ne joue d'aucun instrument", Manuel Canovas (Maison française)

"Je ne suis pas sociologue", Agnès Jaoui (Télérama)

"Je n'ai pas d'horaires", Saphia Azzedine (le JdD)

"Je ne suis pas contre la pensée", Roger Caillois (le Nouvel Observateur)

"Je ne suis ni Pascal Nègre ni la Sacem", Ariel Wizman (Info Matin)

"Je ne prends pas n'importe quoi", Jean-Claude Jitrois (Vogue)

"Je ne me sens pas frustré", Denis Podalydès (Télérama)

"Je ne suis pas Fabrice Tiozzo", Jean-Marc Mormeck (le JdD)

"Je ne suis pas un mondain", Alain-Dominique Perrin (Le Figaro)

"Je ne suis pas une mondaine", Andrée Putman (Maison française)

"Je n'ai pas d'immenses attentes dans la vie", Paul Smith (GQ)

"Je ne me place pas dans une perspective commerciale", Dominique Gaultier (Le Magazine des livres)

"Je n'envisage pas la mode comme destructrice", John Galliano (Madame Figaro)

"Je ne me définis pas comme un écrivain", Deborah Eisenberg (Transfuge)

"Je n'aime pas le mépris et le cynisme", Marc Lavoine (Biba)

"Je n'ai pas besoin d'avoir les réponses pour écrire", Don Delillo (Les Inrockuptibles)

"Je ne cherche pas à penser la cuisine ou le roller", Jean-Charles Masséra (Chronic'Art)

"Je ne suis pas voyante", Viviane Forrester (Paris Match)

"Je n'ai aucun mérite", Raphaël Mezrahi (VSD)

"Je ne sépare jamais le fond de la forme", François-Marie Banier (Globe)

"Je ne vois pas pourquoi les auteurs n'auraient pas le droit de gagner leur vie", Jean-Claude Fasquelle (Le Monde)

"Je n'ai jamais perdu le sens des réalités", Christine Deviers-Joncour (Gala)

"Je ne peux pas juger sur ce que je ne connais pas", Malika Oufkir (ELLE)

"Je ne me sens pas défini par ma sexualité", Brett Easton Ellis (le Nouvel Observateur)

"Je ne mélange pas les genres", Nisa Chevènement (Gala)

"Je ne suis pas attachée aux choses matérielles", Gwyneth Paltrow (ELLE)

"Je ne veux pas généraliser", Sufjan Stevens (Chronic'Art)

"Je n'ai pas attrapé la grippe A", Christine Boutin (France Soir)

"Je ne suis pas suicidaire", Jean-Marc Mormeck (l'Equipe)

"Je ne suis jamais jaloux des autres", Bret Easton Ellis (Le Figaro littéraire)

"Je ne suis jamais satisfait", Jan Fabre (Madame Figaro)

"Je ne suis pas une infirmière ou une nurse qui se sacrifie", Béatrice Dalle (ELLE)

"Je n'ai pas de respect particulier pour les gens qui arrivent bourrés ou en retard au boulot", Marc-Antoine Grondin (Snatch)

"Je ne suis pas inconscient des réalités économiques", Didier Deschamp (L'Equipe Magazine)

"Je n'ai pas la prétention d'éclairer le monde", Georges-Arthur Goldschmidt (Le Matricule des anges)

"Je n'aime pas l'idée d'achèvement", Matali Crasset ( l'étincelle)

"Je ne suis pas tenu par l'argent, car je n'en ai pas", Maurice Nadeau (Le Point)

"Je ne connais pas d'avare guéri", Eric-Emmanuel Schmitt ((le Figaro Magazine)

"Je n'aime pas être dépossédée", Louise Bourgoin (Madame Figaro)

"Je ne crois pas au bonheur avec un grand B", Frédéric Lenoir (ELLE)

"Je n'ai rien à prouver", Feist (Next)

"Je ne suis ni un confident, ni une nounou", Bertrand de Labbey (le Nouvel Observateur)

"Je ne pense pas que l'on fasse un enfant en se posant des questions, Carla Bruni-Sarkozy (Madame Figaro)

"Je n'écris pas vraiment pour les lecteurs", Will Self (The Guardian)

"Je n'écris jamais dans un but idéologique", Russell Banks (Books)

"Je ne cultive pas le mystère", Louise Bourgoin (Madame Figaro)

"Je ne me fais pas d'illusions", Mazarine Pingeot (Libération)

"Je n'ai pas vingt ans", Brigitte Bardot (Madame Figaro)

"Je ne me lève pas très tôt", Marie Darrieusecq (le Nouvel Observateur)

"Je n'ai jamais dit qu'il n'y aurait pas de futur", Maurice Georges Dantec (Libération)

"Je n'ai jamais fait d'analyse", Julien Clerc (Elle)

"Je ne suis heureusement pas devenu Philippe Djian", Philippe Djian (Le JdD)

"Je ne veux pas devenir un Jean-Edern Hallier", Yann Moix (Le Monde 2)

"Je ne peux pas m'asseoir sur 25 ans de ma vie", Joëlle Aubron (Libération)

"Je n'ai pas trop de manies", Jim Harrison (Le Figaro Magazine)

"Je n'aimerais pas avoir que des amis", Claude Durand (Le JdD)

"Je ne suis pas certaine que l'on s'ennuie les jours de pluie", Valérie Mrejen (ELLE)

"Je n'ai pas dit mon dernier mot", Philip Roth (Le Point)

"Je n'aime pas faire souffrir inutilement", Tonino Benacquista (Paris Match)

"Je n'ai pas vocation à faire la morale", Olivier Cohen (Le Monde)

"Je ne veux pas de carrière protégée", Jean-Luc Mormeck (L'Equipe Magazine)

"Je ne me prends pas pour un autre", Guillaume Durand (Le Monde TV)

"Je ne suis pas médecin", Maryse Wolinski (Paris Match)

"Je ne suis pas dogmatique", ADG (Le Monde)

"Je ne prends pas n'importe quoi, n'importe qui", Jean-Claude Jitrois (Vogue)

"J'ai pas envie de plaire, même si ça m'arrive", Bernard Tapie (Voici)

"Je ne suis pas très certain d'avoir trouvé une solution", Michel Houellebecq (L'Humanité)

"Je ne suis pas du genre à me payer sur la bête", Maurice Nadeau (Lire)

"Je ne suis pas du genre à calculer", Ophélie Winter (Paris Match)

"Je n'aime pas le scepticisme, les gens blasés, tristes", Jack Lang (Entrevue)

"Je ne vais pas m'excuser toute la journée de n'être ni bossu ni malheureux", Philippe Sollers (ELLE)

"L'inceste, j'aime pas trop", Michel Houellebecq (le Nouvel Observateur)

"Je n'ai jamais été un pathétique de l'écriture", Jean Baudrillard (Globe)

"Je n'écris pas en permanence", Joyce Carol Oates (Lire)

"Moi, je n'ai pas dit que le sexe était obligatoire", Philippe Sollers (le Nouvel Observateur)

"Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve", Madonna (ELLE)

"Je n'ai pas de plan de carrière", Nathalie Baye (Marie France)

"Je ne suis pas nostalgique", Jean-Pierre Raynaud (Glamour)

"La sacralisation, je ne suis pas contre", Roland Barthes (le Nouvel Observateur)

"Je ne suis pas un bon client pour l'émotion", Dave (TGV Magazine)

"Je n'aime plus beaucoup le danger", Mary Gauthier (Les Inrockuptibles)

"Je ne dois rien à mes relations", Andrée Putman (Art & Décoration)

"Je ne me force jamais à être provoquant ou agressif", Georges Wolinski (Paris Match)

"Je ne veux pas être encombré", Patrick Bouchain (Télérama)

"Je ne suis pas plus idiot qu'un autre", Philippe Djian (VSD)

"Je ne suis pas devin", Jean-Louis Brossard (Libération)

"Je ne cherche pas à donner une image séduisante de moi-même", Blutch (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai toujours pas compris pourquoi je provoque tant de tumulte", Curro Romero (le Nouvel Observateur)

"Je n'ai pas honte d'être père", Gérard Guégan (ELLE)

"Je ne supporte pas d'être obligé de faire quelque chose", Vincent Lindon (L'Express)

"Je ne me sens pas une âme de militant'", Patrick Besson (Globe)

"Je ne suis pas responsable de ce que pensent les gens", Robert Mitchum (Paris Match)

"Je ne suis pas plus conciliant qu'avant", Guillaume Durand (Libération)

"Je n'ai pas vécu de guerre ; je ne suis même pas sûr que certains de mes livres qui semblent parler de guerre, en parlent réellement", Javier Cercas (Le Monde des livres)

"Je n'ai pas un besoin vital de m'exprimer", Charlotte Gainsbourg (ELLE)

"Je ne demande jamais d'explications", Isabelle Huppert (L'Express)

"Je ne suis pas anti-fric", Louis Nicollin (Le Monde)

"Je ne suis pas persuadée que la nostalgie soit une valeur de gauche", Aurélie Filippetti (Les Inrockuptibles)

"Je ne cherche pas la reconnaissance", Isabelle Marant (L'Officiel de la mode)

"Je n'ai pas besoin de grand chose, en fait", Isabelle Huppert (L'Express)

"Je n'arrive pas encore à aborder la mort avec philosophie", Monica Belucci (Grazia)

"Je ne fais pas partie des écrivains qui peuvent écrire et boire en même temps", Virginie Despentes (ELLE)

"Je ne suis pas une fashionista", Valerie Messike (Madame Figaro)

"Je ne tiens pas à être enfermé dans un club ou un genre précis", Josh Homme (Rock & Folk)

"Je ne veux pas faire le procès du XV de France", Pierre Berbizier (l'Equipe)

"Je ne suis pas là pour détruire, mais pour aller de l'avant", Nathalie Kosciusko-Morizet (Le Monde)

"Je n'écris pas pour changer le mode", Emmanuelle Pagano (Le Matricule des anges)

"Je n'aime pas l'idée de régime", Jade Jagger (ELLE)

"Je ne suis pas au taquet sur la fashion-week", Joke (Technikart)

"Je ne veux pas dépendre des gens, je ne veux pas avoir la responsabilité d'employés", Maurizio Cattelan (Libé Next)

"Je ne sais pas ce qu'est réellement le surf", Andy Irons (Le Monde 2)

"En fait, je ne suis pas si indépendant que cela", Dominique Gaultier (Le Magazine des livres)

"Je ne me suis jamais senti provocateur ou rebelle", Michel Houellebecq (Art Press)

"Je n'ai pas envie de me taper un connard qui me pose des questions", Christophe ( Technikart)

"Je n'ai pas le sentiment de me prostituer", Steve Coogan (Télé-Obs)

"Je ne suis pas exemplaire", Alain Guiraudie (les Inrockuptibles)

"Je n'ai pas de problème avec l'histoire", Nicolas Demorand (Libération)

"Je ne me fais pas d'ilusion", Philippe Vallois (Le Monde)

"Je ne suis pas bourré tout le temps", Philippe Jaenada (Technikart)

"Je ne me sens pas comme un surhomme", Tony Iommi (Rock & Folk)

"Je ne produis pas énormément", Jeff Koons ( ELLE)

"Je ne suis pas un prophète, je ne l'ai jamais été", Michel Houellebecq (Art Press)

"Je ne raisonne pas en saisons", Nicolas Ghesquière (L'Express Styles)

"Je ne milite pas", Tommi Morrison (les Inrockuptibles)

"Je n'ai jamais été fâchée avec Laure Adler", Liana Levi ( Le Magazine des livres)

"Je ne suis pas amateur de scandales", François Sureau (Transfuge)

"Je ne suis pas un iconoclaste", Martin Amis (Le Point)

" Je n'ai pas beaucoup de goût pour parler de moi", Dominique de Villepin (Le Monde Magazine)

"Je ne suis pas un rêveur", Robert Enke (Bild Zeitung)

"Je n'ai pas le droit de rater cette décennie", Sienna Miller (ELLE)

"Je ne me fais jamais masser", Haider Ackermann (Vogue hommes)

"Je ne fais la guerre à personne. Et je n'ai aucun compte à régler", Jean-Miche Gentil (Paris Match)

"Pour ma part, je n'appartiens à aucun camp", Najat Vallaud-Belkacem (Le Nouvel Observateur)

"Je n'ai pas de compte à rendre ni de choses à prouver", Jacques Higelin (Femina)

"Je n'ai pas vraiment de modèle", David Pujadas (Medias)

"Je ne me suis jamais senti collectionneur", Bernar Venet (Beaux Arts)

"Je ne suis pas du tout pour le jeunisme", Adrien Bosc (Stylist)

"Je n'ai pas inventé le dopage", Lance Amstrong (Le Monde)

"Je ne suis pas certaine que l'époque ait tant changé", Catherine Deneuve (ELLE)

"Je ne suis pas opposé au changement, loin de là", Johnny Rotten (Télérama)

"Je n'ai pas milité, je n'ai jamais été inscrite dans un parti", Catherine Millet ((33) 01)

"Je ne me sens pas pionnière", Catherine David (Magazine)

"Je ne suis pas là pour employer des superlatifs", Claude Puel (Le Parisien)

"Je ne crois pas qu'il y ait plus de liberté chez les riches que chez les pauvres", Dominique Devedeux" (Madame Figaro)

"Je n'ai pas de sujets de prédilection", Murielle Renault (Le Magazine des livres)

"Je n'ai pas la passion des titres", Nicolas Demorand (Libération)

"Je ne fais pas beaucoup de projets", Loïc Gréaud (Les Inrockuptibles)

"Je ne sais pas si je suis un sex-symbol", Léa Seydoux (A Nous Paris)

"Je n'ai pas un tibia particulièrement attrayant", Marc Antoine Grondin (Snatch)

"Je ne suis pas fan des énigmes", Dany Lary (20 Minutes)

"Je ne serai jamais un artiste satisfait", Loïc Gréaud (Les Inrockuptibles)

"Je ne sais plus vraiment que penser", David Foenkinos (Psychologies Magazine)

"Je n'ai jamais appris un mot de pékinois", Foc Kan (Magazine)

"Je ne vais jamais dans les cocktails, je ne déjeune pas avec les éditeurs, les producteurs, les écrivains, les comédiens", Jérôme Garcin (Le Magazine des livres)

"Je ne suis nostalgique de rien", Guillaume Canet (TV Magazine)

"Je ne me précipite pas sur le nouveau Patti Smith", Nicolas Sirkis (Paris Match)

"Je ne crois pas que l'homme soit paisible", Yasmina Reza (Le Nouvel Observateur)

"Je ne fais pas partie de ces personnes qui regardent le calendrier", Rudi Garcia (Le Figaro)

"Je n'ai pas d'horaires", Jean-Jacques Schuhl (Technikart)

"Je ne suis pas sûr que les formules de demain soient déjà trouvées", Jean Jacques Picart (Magazine)

"Je ne suis pas au-dessus des règles", Laurent Blanc (Le Parisien)

"Réflexion faite, je crois que je n'ai pas de place", Eric Fottorino (Le Magazine littéraire)

"Je ne sais pas ce que ça veut dire, décoller", Ken Douglas (Vice)

"Je ne cherche pas à être cohérent", Tristan Garcia (Technikart)

"Je n'ai jamais vécu un mode de vie rock'n'roll", Dario Argento (Vice)

"Je  n'écrirai probablement jamais de bande dessinée", Anne Goscinny (Le Figaro)

"Je n'ai rien contre le pur divertissement", Colum McCann (Paris Match)

"Franchement, je ne suis pas technophobe",  Ari Folman (Technikart)


"Je ne voudrais pas être Voeckler", Guillaume Levarlet (L'Equipe Magazine)

"Je ne vais pas m'amuser à manger des seins au cinéma", Tahar Rahim (A Nous Paris)

"Est-ce que je me serais engagé au risque de ma vie ? Je n'en sais rien", Eric Cantona (Le Monde)

"Je n'aime pas ce mythe qu'il faut avoir des enfants à tout prix", Valeria Bruni-Tedeschi (ELLE)

"Je n'aime pas déléguer", Booba (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas un chef, loin de là", Eva Herzigova (ELLE)

"Je ne prétends rien apporter de neuf", Lorant Deutsch (Le Figaro Magazine)

"Je suis moi même et je n'ai rien à prouver", Sandrine Kimberlain (Fémina)

"Je n'ai pas de plan de carrière", Rudi Garcia (Le Figaro)

"Je ne suis pas née avec une cuillère d'argent dans la bouche", Anne Hidalgo (ELLE)

"Je ne me pose pas en donneur de leçons", Cyril Lignac (TV Magazine)

"Je ne veux surtout pas être un donneur de leçons", Yann Arthus Bertrand (TV Magazine)

"Je ne travaille pas énormément", Charlotte Rampling (Les Cahiers du cinéma)

"Je ne suis pas certain d'apprécier l'immmortalité enfermé dans un IPhone", Jonathan Keats (Chro)

"Je ne suis pas une artiste lèche-cul", Emmanuelle Seignier (Aujourd'hui)

"Je ne peux pas empêcher les gens de penser ce qu'ils veulent", Bertrand Cantat (Sud-Ouest Dimanche)

"Je ne me plains pas", Kelly Slater (Le Monde)

"Je ne suis pas un porte-parole du Quatar", Yousef al-Obaildy (le Figaro)

"C'est vrai, je m'ai pas une vision claire ni optimiste", Kensaburô Oe (Libération)

"Je n'ai pas de plan de carrière", Thomas Thouroude (les Inrockuptibles)

"Je me fous de savoir si on m'aime ou pas", Jean-Jacques Goldman (le JdD)

"Je ne m'épargne rien", Valérie Lemercier (Femina)

"Je ne postule aucunement à l'exemplarité", Dominique Bertinotti (ELLE)

"Je ne me considère certaine pas comme high-tech", Richard Rogers (New York Times)

"Je n'aime pas le tumulte", Carla Bruni (Madame Figaro)

"Je  n'ai pas du tout envie d'être un artiste maudit", Alain Guiraudie (les Inrockuptibles)

"Je n'ai pas l'âme masochiste", Jean Lassalle (Sud-Ouest Dimanche)

"Je ne lis pas les journaux tous les jours", Sara Forestier (les Inrockuptibles)

"Je ne souhaite la mort de personne et encore moins de mes ennemis", Johnny Rotten (Rock & Folk)

"Je ne fais pas de l'eau tiède", Bixente Lizarazu (le JdD)

"Je ne suis pas secret, je suis discret" Edouard Baer (ELLE)

"Je n'ai pas de fascination pour le Front national", Robert Badinter (Les inrockuptibles)

"Je ne veux surtout pas me mêler de la vie politique de nos amis allemands", François Hollande (le Nouvel Observateur)

"Je n'ai pas lu Levinas", Abdellatif Kechiche (les Inrockuptibles)

"Je ne fais pas partie de ceux qui sont revenus de tout sans être allés nulle part", Joseph Macé-Scaron (Technikart)

"Je n'ai pas le sentiment qu'il y a plus d'art contemporain que d'habitude", Alfred Pacquement (Le Figaro)

"Je n'aime pas que l'individualisme soit mal perçu", Janelle Moure (les Inrockuptibles)

"Je ne me demande pas si je vais surprendre ou pas", Karin Viard (le JdD)

"Je n'ai pas d'imagination", Jacques Chessex (Transfuge)

"Je ne cherche pas à vendre du canapé au kilomètre", Hervé Van der Straeten (Magazine)

"Je n'ai pas envie de distribuer des bons ou des mauvais points", Nathalie Kosciusko-Morizet (le JdD)

"Je ne suis pas du genre à m'asseoir tous les matins devant un bureau", Scott Heim (Transfuge)

"Je ne me sens pas missionné dans mon travail", Haider Ackermann (les Inrockuptibles)

"Je n'accepte pas le manque de professionnalisme", Marc-Antoine Grondin (Snatch)

"Je ne suis jamais très fière de ce que je fais", Louise Bourgoin (Télérama)

"Après chaque livre, je ne sais pas si j'en referai un autre", Katherine Pancol (Le JdD)

"Je ne cultive pas le souci d'être aimée à tout prix" Karin Viard (Télé-Obs)

"Je ne me prends pas pour ce que je ne suis pas", Yohann Mollo (L'Equipe)

"Je n'aime pas être possédée par ce que possède", Jeanne Moreau (Le Nouvel Observateur)

"Je n'ai jamais aimé travailler", Piero Tosi (M)

"Je ne racole personne", Betty Catroux (Vogue)

"Je n'ai pas eu beaucoup de réponses quand j'étais enfant", Mazarine Pingeot (Le JdD)

"Je n'aime pas trop parler pour parler", Vern Cotter (Le Monde)

"Je n'aime pas être vulgaire", Bernard Stiegler (Technikart)

"Je ne dis jamais tout à fait la même chose", Antoinette Fouque (Télérama)

"Moi, je ne suis pas du tout extravertie", Emmanuelle Devos (Grazia)

"Je ne demande jamais d'explications", Isabelle Huppert (L'Express)

"Je ne veux pas entrer dans une sorte de confort", Guillaume Musso  (Metro)

"Je n'ai jamais voulu prendre la place de quelqu'un", Nelson Monfort (L'Equipe)

"Je suis pas encore K.O.", Farbrice Bénichou (Le Monde)

"Je n'y connais rien aux Algériens", Serge Bozon (Transfuge)

"Moi, je ne regrette rien", Abel Ferrara (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai malheureusement pas les goûts du public, c'est certain", Jean Le Gall (Transfuge)

"Je ne fais pas de carrière et je ne sais pas ce que réussir signifie", Dominique Gonzalez-Foerster (Paris Match)

"Je ne suis pas du tout réseaux sociaux", Astrid Muñoz (Madame Figaro)

"Je ne suis pas sur Facebook ou Twitter", Philippe Katerine (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai jamais vu de films de Tarkovski", Xavier Dolan (Télé-Obs)

"Je n'aime pas les commémorations en général", Annie Le Brun (Le Figaro)

"Je ne suis pas un écrivain engagé", Erri De Lucca (Sud-Ouest Dimanche)

"Je n'aime pas du tout les personnes aigries"", Clément Durou (Madame Figaro)

"Je n'ai jamais rêvé d'être un Maverick", James Gray (Transfuge)

'Je n'ai pas de biens immobiliers", Francis Lalanne (Snatch)

"Je n'abuse pas trop des nuits blanches", Olivier Barthelemy (les Inrockuptibles)

"Je ne connais pas l'angoisse de la nuit ni du réveil", Catherine Deneuve (Femina)

"Je ne compte pas mourir prochainement", Michel Houellebecq (Le Figaro)

"Je l'ai pas de stratégie parce que je n'y crois pas", Carole Benzaken (Paris Match)

"Je ne suis pas un romancier ni un réaliste", Martin Amis (Le Point)

"Je ne sais pas quelle est la partie la plus fragile de mon corps", Rafel Nadal (L'Equipe Magazine)

"Je ne suis pas accrochée à la revendication d'une singularité absolue", Catherine Millet (Art Press)

"Je ne suis pas là pour faire plaisir", Emmanuelle Devos (Transfuge)

"Je ne suis pas dans un état de revanche', Yannick Noah (TV Magazine)

"Le téléphone qui ne sonne pas ne m'angoisse pas", Pierre Richard (Le JdD)

"Je ne dis pas tout, mais je ne suis pas une grande menteuse", Bérénice Bejo (Madame Figaro)

"Je n'ai pas eu une scolarité brillante", Mathieu Amalric (M)

"Je ne fais pas carriére", Jean-Luc Mélenchon (Les Inrockuptibles)

"Je ne plais pas à tout le monde", Mikki Kendall (Vice)

"Je n'ai jamais considéré que je devais prouver quoi que ce soit à qui que ce soit", Victoria Beckam (Grazia)

"Je ne me considère pas comme un gourou pop", Bret Easton Ellis (Technikart)

"Je n'ai pas une admiration fondamentale pour les acteurs américains", Amira Casar (Le Nouvel Obervateur)

"Je n'ai pas une confiance en moi inébranlable", Joyce Carol Oates (Transfuge)

"Je n'ai jamais écrit le même livre", Philippe Artiéres (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai pas recherché ma mère chez ma femme", Tahar Rahim (Marie-Claire)

"Je n'aime pas les dévôts", Claude Cabanes (Le Monde)

"Je ne ressuscite pas le passé", Erri de Luca (Vogue Hommes)

"Je prends de l'âge, je ne suis pas en révolte contre cela", Catherine Deneuve (Télé Obs)

"Je n'aime pas le manichéisme", Georges Pelecanos (Libération)

"Je n'écris pas avec des idées", Emmanuelle Bayamack-Tam (Transfuge)

"Je n'ai jamais écrit un seul mot sous l'influence d'une drogue", Tom Robbins (Lire)

"Je ne sais pas si Bataille aurait voté Hollande ou Mélenchon", Chloé Delaume (Transfuge)

"Ce n'est pas du journalisme que je fais", Jean Rolin (Le Matricule des anges)

"Je ne suis pas objectif", Clint Eastwood (GQ)

"Je ne dis pas qu'un livre peut changer le monde", Véronique Ovaldé (Lire)

"Je ne dis pas que tout ce que j'écris est bon", Amélie Nothomb (Le Nouvel Observateur)

"Je ne comprends toujours pas comment le jaune est jaune", Christophe Cuzin (Particules)

"Je ne m'intéresse pas à la petite cusine des artistes", Eric Pougeau (Art Press)

"Je ne crois pas que l'homme soit paisible", Yasmina Reza (Le Nouvel Observateur)

"Je ne voudrais pas être Voekler", Guillaume Levarlet (L'Equipe Magazine)

"Je ne suis pas l'agent de circulation de ces encombrements imaginables qui me concernent si peu", Karl Lagerfeld (Le Figaro Madame)

"Je ne suis pas dingue", Taylor Momsen (Paris Match)

"Je ne suis pas inconscient des réalités économiques", Didier Deschamps (L'Equipe Magazine)

"Je n'ai ni Dieu ni maître", Laurent Delahousse (Le Figaro Madame)

"Je ne réclame pas une médaille de la subversion", Sabina Guazzanti (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai jamais souhaité faire partie d'une commission politique", Abdellatif Kechiche (L'Express)

"Je ne supporterais pas d'être embêté toutes les cinq minutes", Olivier Gourmet (Paris est à nous)

"Je ne pense pas que ça puisse marcher, la cryogénisation", Michel Houellebecq (Marie Claire)

"Je ne suis pas favorable aux looks ready-made", Vanessa Seward (Numero)

"Je ne suis pas un commissaire du bon goût", Aurélien Masson (Le Magazine littéraire)

"Je n'aime pas les choses figées", Céleste Boursier-Mougenot (Paris Match)

"Je ne crois pas que l'on puisse tout se permettre", Martin Amis (Les Inrockuptibles)

"Je ne veux pas regarder sans voir", Maryline Desbiolles (Le Monde)

"Je ne suis fier de rien", Karl Lagerfeld (Madame Figaro)

"Je ne fais partie d'aucun cercle", Edouard de Rothschild (Figaro Magazine)

"Je n'aime pas le mot "rush"", Claude Lanzmann (Transfuge)

"Je ne suis pas autiste", François Fillon (Antenne 2)

"Parfois, je ne communique pas assez", Anselme Sélosse (Terre de vins)




Rubrique "Moi aussi"




"Tout bon film m'intéresse", Carole Bouquet ( Le Figaro)

"J'écris un peu", Jamel Debbouze (Le Parisien libéré)

"Je travaille tout seul", Stéphane Guillon (Télé Obs)

"Je le fais pour l'argent", Jade Goody (20 Minutes)

"J'écrivais pour moi", Vincent Delerm (TGV Magazine)

"Je fais tout ce que je peux", Raphaël Enthoven (Télérama)

"Je ne pouvais qu'adhérer", Jean-Charles de Castelbajac (Madame Figaro)

"Je pensais que c'était bien assez clair", Joseph Kosuth (Flash Art)

"Je regrette de ne pas avoir eu la force d'aller jusqu'au bout", Patrick Sébastien (TV Magazine)

"Je sais ce que je veux faire. Je sais ce que je ne veux pas. Et, rassurez vous, je sais aussi ce que je ne sais pas", François Pérol (Le JdD)

"Mon quotidien, c'est une prison volontaire", Michel Desjoyeaux (L'Express)

"Je suis lucide, curieux", Karl Lagerfeld (Madame Figaro)

"Je crois que des comportement ont été inélégants voire déloyaux", Pierre Moscovici (Le Figaro Magazine)

"Je réfléchis à ces questions depuis des années", Marin Karmitz (Le Monde)

"Petit, je me suis aperçu que je n'étais pas comme tout le monde, et je ne savais pas pourquoi", Jean-François Derec (Info Matin)

"J'aime bien les gens qui ont mauvais caractère", Anne Roumanoff (Madame Figaro)

"Je suis une alternative à la blonde platine", Dita Von Teese (A nous Paris)

"J'aime produire du décalage tout en restant dans le système", Stéphanie Moisdon (Madame Figaro)

"J'ai pris conscience que je n'ai pas de temps à perdre", Jamel Debbouze (Le Parisien libéré)

"Je vise la concision", Liza Azuelos (Sud Ouest Dimanche)

"Je suis dans une lassitude considérable par rapport au petit écran", Michel Rocard (TV Magazine)

"J'ai étudié le français au lycée, mais j'ai tout perdu faute de pratique", Anne Hathaway (A nous Paris)

"Je préfère être un garçon manqué", Carla Bruni (L'Express)

"Je pense que la mise en œuvre d'actions positives est impérative dans certains domaines", Yazid Sabeg (Métro)

"Je crois effectivement en la lutte des classes", Dennis Lehane (Le Figaro Magazine)

"Je pense que beaucoup de progrès ont été accomplis", Gus Van Sant  (Les Inrockuptibles)

"Je prends une douche, je travaille…", Dita Von Teese (Le Parisien libéré)

"J'adore la crise", Christian Lacroix (Madame Figaro)

"Plus les jours passent, plus je suis moi-même", Jean-François Copé (L'Express)

"J'en ai marre des romanciers qui se désintéressent du présent", Philippe Djian (Les Inrockuptibles)

"Jeune, je voulais devenir écrivain, mais je n'étais pas assez bon", Donald Morrison (A nous Paris)

"Je parle surtout artisanat", Jean-Pierre Jeunet (Directsoir)

"J'ai réalisé que le temps finissait par donner du sens aux petites phrases", Guy Carlier (TéléObservateur)

"Je m'habille surtout par plaisir", Christine Macel ( Madame Figaro)

"J'ai du mal à m'intéresser à une grande partie de la production française", Antoine Bello (Directsoir)

"J'ai été ébranlé, c'est vrai", Jean-Pierre Jouyet (Le Monde)

"Je suis en faveur de la démocratie, mais…", Avigdor Lieberman (Le Figaro)

"Il m'arrive de faire preuve d'audace, sans être dans la provocation", Marie-Agnès Gillot (Madame Figaro)

"Je suis assez seul", Daniel Darc (A Nous Paris)

"Je pars un peu dans l'inconnu", Alberto Contador (L'Equipe)

"J'ai longtemps été marginalisé", Antony (TGV Magazine)

"J'ai la chance de pouvoir vivre de nombreuses vies par procuration", Jean Liermier (Si)

"Je me méfie du succès fulgurant", Pio Marmai (Metro)

"J'ai plutôt envie d'apporter un peu de silence", Sophie Ristelhueber (Les Inrockuptibles)

"Ça me démange, j'ai des idées", Charles Beigbeder (Challenges)

"Je trouve qu'il faut sortir de l'euphémisation", Yazid Sabeg (Le Nouvel Observateur)

"Je sors, mais je reste aussi chez moi à regarder la télé", Lilly Allen (Libération)

"Je cherchais trop à faire esthétique", Teddy Tamgho (L'Equipe)

"J'ai juste des gouffres de mélancolie", Philippe Starck (Le Figaro Madame)

"Je suis très attaché aux personnes que j'aime", Paul Auster (Rebuts de Presse)

"Je peux passer pour le mec chiant parce que je n'aime pas les idées reçues" Jean-Alain Boumsong (Le JdD)

"J'ai toujours été considéré comme un loser depuis mon plus jeune âge, parce que j'étais un mauvais élève", Dustin Hoffman (A Nous Paris)

"Je pense que l'impertinence doit être du côté des humoristes", Bruce Toussaint (Les Inrockuptibles)

"J'aime bien mélanger le côté classique avec une pointe décalée", Linh-Dan Pham (Madame Figaro)

"Je m'en fous.", Benjamin Biolay (Les Inrockuptibles)

"J'ai des ennemis et des amis", Ilya Erhenbourg (Le Figaro littéraire, 1967)

"J'en reste sans voix. Je voulais quand même vous l'écrire", Nathalie Veyne (Télérama)

"Si j'étais né dans un milieu bourgeois, j'aurais sûrement fait autre chose", Tony Cossu (Métro)

"Je recherche toujours l'inventivité, l'originalité", Zaza Fournier (Madame Figaro)

"J'aime passer du temps avec mes amis", Cristiano Ronaldo (Sportweek)

"Mais dans le fond, je suis doux", La Fouine (20 Minutes)

"Je trouve qu'aujourd'hui, on a tout ce que l'on veut, Philippe Gildas (Direct Soir)

"J'aime cette idée de produire une critique qui ne soit pas désincarnée", Jean-Luc Moulène (Les Inrockuptibles)

"Je crois que plus rien ne sera comme avant, et c'est tant mieux", Jean-Charles de Castebajac (Madame Figaro)

"J'ai des opinions tranchées sur tout", Lily Allen (Les Inrockuptibles)

"J'ai une carrière à construire", Daniel Craig (Le JdD)

"J'adore les détails", Jean Reno (Femina)

"Je fais de l'humour", David Foenkinos (Psychologie Magazine)

"Je sors pas ou peu", Rachida Dati (Le JdD)

"Je pense que nous sommes un peu dans des modèles archaïques", Mathilda May (La Parisienne)

"J'essaye de ne jamais juger les gens sans les connaître", Olga Kurylenko (L'Optimum)

"J'étais un vrai clown", Emilie Dequenne (Femina)

"J'ai été surpris comme tout le monde par les derniers évènements", Enki Bilal (Metro)

"J'aime les mélanges inattendus", Alison Gingeras (Madame Figaro)

"Je comprend que l'Eglise soit conservatrice", Luc Ferry (Le Figaro)

" J'ai l'impression que la pente est toujours aussi savonnée et qu'à chaque fois, il faut que je la remonte", Claire Denis (Les Inrockuptibles)

"J'ai des enfants, une famille, j'ai vieilli", Michelle Pfeiffer (Madame Figaro)

"Je crois que la vraie question est ailleurs", Danièle Sallenave (La Croix)

"J'ai tout découvert tard", Dany Boon (Psychologie Magazine)

"Sinon quand je suis à Paris, je prends les transports en commun", Lulu Gainsbourg (Intersection)

"J'essaie plutôt de respecter l'état d'esprit général", Chloé (ELLE)

"J'ai connu des périodes un peu difficiles", Jean-Louis Debré (Le JdD)

"J'ai reçu une éducation catholique", Antony (Les Inrockuptibles)

"Je suis un peu midinette", Emilie Dequenne (Directmatin)

"Je me sens totalement mammifère", Liza Azuelos (Elle)

"Moi, je suis là", Fouad Chouki (L'Equipe Magazine)

"Je m'endors vers minuit", Laurence de la Ferrière (ELLE)

"J'ai eu des moments très difficiles", Antoine Gallimard (Le Nouvel Observateur)

"J'ai un parcours atypique", Ivan Thévenin (L'Equipe Magazine)

"J'ai reçu une éducation catholique", Alain Bashung (Libération)

"Je préfère payer des impôts que d'être à l'arrache", Alain Bernard (Le JdD)

"J'essaye de me tenir au jus, je vais dans les galeries d'art", Philippe Katerine (Les Inrockuptibles)

"A partir du moment où je commence à avoir peur, j'ai souvent envie d'y aller", Emilie Dequenne (Directmatin)

"Je sais rire de choses graves", Dany Boon (Israël Magazine)

"Je me suis tout permis parce qu'on m'y a autorisé", Brad Pitt (L'Express)

"J'ai même le droit de me taire quand je n'ai rien à dire", Mouloud (Voici)

"Je n'ai jamais eu une fierté démesurée pour ce que je faisais", Virginie Efira (ELLE)

"Je suis un anarchiste sociable, comme je suis un romantique sarcastique", Charles Dantzig (Le Nouvel Observateur)

"Je suis plutôt cool", Pascal Greggory (Télé-Obs)

"J'en suis arrivé à des réflexions déprimantes sur l'humanité", John Le Carré (Challenges)

"J'aime ceux qui désobéissent", Juliette Binoche (L'Express)

"J'ai un humour cash, enfantin et une forme de pensée surréaliste", Christine Bravo (TV Magazine)

"Je dis des choses justes", Ségolène Royal (VSD)

"J'ai toujours été fasciné par les gens qui font le mauvais choix", Pierre Jourde (Chronic'art)

"J'ai l'impression qu'il y a eu un repli bobo-bourgeois dans la narration", Claro (Telerama)

"Je commence à me prendre pour moi et ce n'est peut-être pas bon", Pierre Michon (Le Matricule des Anges)

"Je me tiens au courant de tout ce que je rate", Julie Depardieu (Les Inrockuptibles)

"Je tourne assez facilement la page", Felipe Massa (TV Magazine)

"Je suis devenu plus optimiste", John Woo (Télé Obs)

"Je me demande pourquoi il faudrait dramatiser", Julia Roberts (Le Figaro Madame)

"La beauté m'emmerde", François Bégaudeau (Le JdD)

"J'ai vite touché les limites de la liberté à la télévision", Guy Carlier (Le Monde 2)

"Je dispose d'un registre technique assez large", David Salle (Flash Art)

"J'ai un faible pour ceux qui s'acharnent à se tirer une balle dans le pied", Lou Doillon (Madame Figaro)

"J'ai toujours pensé, à tort, que j'avais le temps", Alain Veinstein (Le Monde des livres)

"J'ai été insupportable", Jacqueline de Romilly (Psychologie Magazine)

"Je distingue la fonction de l'homme", Alain-Gérard Slama (Le Figaro Magazine)

"J'ai toujours été attirée par la décoration d'intérieur", Sarah Lavoine (Directsoir)

"J'y ai déjà pensé", Peter Halley (Flash Art)

"J'ai fait une force de mes maladresses", Dany Boon (Psychologie Magazine)

"Je sais exactement où sont les livres dont j'ai besoin", Jean d'Ormesson (TV Magazine)

"Je m'éloigne un peu plus de ce que je faisais à mes débuts", Kiyoshi Kurosawa (Télé-Obs)

"J'adore les surprises", Emmanuelle Devos (Version Femina)

"Je me suis aperçu que les médias font du clientélisme", Orelsan (Les Inrockuptibles)

"J'ai gardé la mentalité d'un mec à cheveux longs", Gérard Krawczyk (Paris Match)

"J'adore ceux qui transgressent une certaine morale", Marina Hands (Le Figaro Madame)

"Je trouve que le rock est devenu la pire forme musicale aujourd'hui", Iggy Pop (Les Inrockuptibles)

"Quand j'embrasse quelqu'un, c'est que j'en ai très envie", Virginie Ledoyen (Madame Figaro)

"Je perds tout", Philippe Jaroussky (Le Figaro Magazine)

"Je suis trop à la marge", Alain Bashung (Les Inrockuptibles)

"Je pense que j'ai évolué en dix ans, dans ma façon d'écrire et dans celle de voir les choses", Olivier Maulin (Le Matricule des Anges)

"Je me contente de peu", Joël Robuchon (Le Figaro Magazine)

"Si j'avais pu faire les choses autrement, je l'aurais fait", Albert II de Monaco (Le Figaro)

Je ressens un grand désarroi chez les élites", Nicolas Hulot (Le Figaro Magazine)

"J'en fais trop, hélas !", Arielle Dombasle (Le Figaro Madame)

"J'avais un peu l'esprit rebelle et cela faisait sourire", Bernadette Chirac (Le Figaro Magazine)

"Pour m'informer, je préfère la lecture des journaux", Lilian Thuram (TV Magazine)

"J'aurais préféré ne pas être aussi dubitatif", Jarvis Cocker (Technikart)

"J'ai toujours été un traître", Daniel Cohn-Bendit (Libération)

"Je suis un peu un mutant social", Benjamin Biolay (Technikart)

"Je change souvent d'itinéraire", Avital Rowell (Le Monde des Livres)

"J'aime profondément les animaux", Alain Delon (La Dépêche du Midi)

"Je suis fasciné par ce que je ne connais pas", Ridan (Paris Match)

"J'ai très envie de faire quelque chose de nouveau", Cindy Sherman (Beauxarts Magazine)

"Je suis très partagé", Jérôme Garcin (Le Magazine des livres)

"Depuis 25 ans, j'ai choisi la précarité", Anne Valleys (Technikart)

"J'aimerais toucher mes doigts de pied avec mes mains en gardant les jambes tendues", Lou Doillon (Madame Figaro)

"Je veux rester dans la spontanéité", Ségolène Royal (Paris Match)

"Je veux faire mal aux textes", Avital Rowell (Le Monde des Livres)

"Ce que je travaille le plus, ce sont les dialogues", Olivier Maulin (Le Matricule des Anges)

"J'ai un physique assez stable", Monica Bellucci (ELLE)

"Je m'en battais les couilles", Orelsan (Technikart)

"J'ai désormais quelques certitudes", Eva Joly (Télérama)

"J'ai une attitude très libérale vis-à-vis des questions sexuelles", Malek Chebel (France-Soir)

"Je trouve que se faire sucer, c'est un des trucs les plus cool du monde", Benjamin Biolay (Technikart)

"J'aurais souhaité que la nature me dote d'un cerveau beaucoup plus développé", Helena Christensen (Citizen K)

"Je suis toujours le même", Grégoire (Voici)

"Je cherche avant tout le plaisir et l'échange", Oxmo Puccino (A Nous Paris)

"Comme c'était la tendance du moment, j'y suis allée les yeux fermés", Scarlett Johansson (Madame Figaro)

"J'étais assez rapide", Peter Doherty (Les Inrockuptibles)

"J'aime être ancrée", Sophie Marceau (ELLE)

"J'évite toujours de parler de ce que je suiis en train de faire", Roberto Calasso (Le Matricule des Anges)

"J'ai compris que je n'aimais pas la célébrité", Gustave Naast (Rock & Folk)

"Je déteste les gens trop bronzés", Stéphane Freiss (Madame Figaro)

"Je suis fascinée par les gens intelligents", Caroline Loeb (TGV Magazine)

"J'aime la volupté de la rigueur", Jack Lang (Le Monde)

"J'ai plein de nouvelles idées", Kanye West (L'Express)

"L'époque actuelle, je me la coltine", Régis Jauffret (Transfuge)

"J'essaie de faire le moins de choses possible", Alain Bernard (Direct Sport)

"J'aime qu'on puisse dire l'indicible et penser l'impensable" Marina Foïs (L'Express)

"Je suis au cœur d'une activité moribonde", Tracy Chapman (Fémina)

"En vérité, je suis assez chauvin", Jeff Beck (Rock & Folk)

"Je suis toujours le même", Grégoire (Voici)

"Moi aussi, j'ai mes mauvais jours", Sienna Miller (L'Express)

"J'ai vieilli, mais je n'ai pas changé ! Je vis toujours dans cette incommodité. Je suis même au chômage !, Rafaël Chirbes (Télérama)

"J'ai rencontré des difficultés à certains moments de ma vie" Tracy Chapman (Version Femina)

"J'hésite encore à découvrir mes parties intimes", Eminem (ELLE)

"Je sais que je suis un père imparfait", Barack Obama (Parade)

"Je croyais dur comme fer au Père Noël", Elodie Navarre (Paris Match)

"Je sais que je suis là pour mettre en lumière des choses qui ne sont pas forcément médiatiques", Adriana Karembeu (France Soir)

"Physiquement, je suis différent", Lance Amstrong (Le Parisien)

"J'ai du mal à ne pas voir que la religion est une invention humaine", Lars von Trier (Télérama)

"Je suis toujours surprise par le chemin que prennent les choses et la vie", Isabelle Carré (Biba)

"Je suis dans l'indémodable", Eric Cantona (TGV Magazine)

"J'ai eu mes hauts et mes bas", Eminem (Le Parisien)

"Je m'en tape !", Raymond Domenech (Sport Magazine)

"Je peux dire évidemment, par fidélité à ma jeunesse gauchiste, que je suis révolutionnaire", Pierre Michon (Le Matricule des Anges)

"Quand c'est bon, je ne m'extasie pas, je trouve ça normal", Claire Brétecher (Marie-Claire)

"Je ne voulais pas être riche. Je voulais juste ne pas avoir peur", Mika (Les Inrockuptibles)

"Finalement, je n'ai que ce que je mérite", Lady Gaga (Closer)

"Je me demande toujours comment je vais m'en tirer", Peter Doherty (Les Inrockuptibles)

"Je suis paresseux de nature", Jean Todt (Madame Figaro)

"Je m'efforce d'agir sur plusieurs fronts", Albert II de Monaco (Le Figaro Magazine)

"J'aime m'imprégner de l'esprit des lieux", Roselyne Bachelot, (TV Magazine)

"Je suis un guerrier frustré", Jean-Louis Murat (Madame Figaro)

"Je suis sans préjugés", Jean-Luc Hees (Le Figaro)

"Je suis plus près de Lavoisier que de Jésus Christ", Michel Sardou (TV Magazine)
`
"Mon groupe, je le connaissais par cœur", Laurent Roussey (l'Equipe Magazine)

"Je me refuse absolument qu'on me range dans une case", Frédéric Taddéi (Les Inrockuptibles)

"J'essaie de trouver le juste équilibre", Marie Gillain (Madame Figaro)

"J'aime construire, agir et travailler", Jack Lang (Le Monde)

"Je suis très instinctif", Grégoire (Voici)

"J'essaie de faire le moins de choses possible", Alain Bernard (Direct Sport)

"Dépasser les limites, j'adore ça", Marion Cotillard (Le Journal du Dimanche)

"Je parle très mal anglais", Claro (Keith)

"J'aime bien travailler dans le calme", Emmanuel Mouret (Les Inrockuptibles)

"Je préfère le charme à la beauté", Valérie Bègue (Closer)

"Même quand je ne fais rien, je fais quelque chose", Alexia Laroche-Joubert (Madame Figaro)

"J'aime les chats", Jean Dujardin (Le Figaro Magazine)

"J'ai appris à ravaler mon orgueil", Philippe Djian (Madame Figaro)

"Je m'aperçois que j'ai besoin de ruser, de me piéger pour écrire", Emmanuel Carrère (Les Inrockuptibles)

"J'aime les gens", Martin Parr (A Nous Paris)

"Je dois transmettre une vérité", Toni Morrison ( Femina)

"Je fuis les conflits de personnes", Chantal Jouanno (Le Point)

"Je suis du côté de la liberté", Arielle Dombasle (Les Inrockuptibles)

"J'aurais pu faire n'importe quel métier", Sergi Lopez (Le Figaro Magazine)

"Je suis absolument favorable au principe de transparence", Christine Lagarde (Le Monde)

"Je me pose encore des questions", Marina Hands (Les Inrockuptibles)

"J'entends pour ma part amplifier la compréhension mutuelle", Herman Van Rompuy (Le Monde)

"Je pense que tout geste artistique est politique", Maguy Marin (Les Inrockuptibles)

"J'ai beaucoup de mal à communiquer avec les gens que je ne connais pas", Eric Cantona (TGV Magazine)

"Je réfléchis où je vais", Alain Bernard (Direct Sport)

"Je comprends la colère des salariés qui perdent leur emploi", Laurent Wauquiez (Le JdD)

"Je pense que nous arrivons aujourd'hui à la fin d'un cycle", Yves Aupetitallot (art 21)

"Je parle souvent sans réfléchir", Kristin Scott Thomas (Le Figaro Magazine)

"Perrsonnellement, j'aime mon lit, Patti Smith (Madame Figaro)

"Je peux passer une journée au lit", Valérie Bègue (Closer)

"J'essaie d'échapper aux catégories", Laurent Grasso (Keith)

"Je me méfie du mauvais ”bon goût”", Olivier Bailly (Le Matricule des anges)

"Je suis plein de contradictions", Didier Guichard (L'Art aujourd'hui)

"Je mange beaucoup", Lou Doillon (Madame Figaro)

"J'aime bien l'idée du terrier", Jean-Louis Froment (Art Press)

"En même temps, je me comprends" Valeria Bruni-Tedeschi (Elle)


"Je crois que philosopher c'est anticiper", Michel Serres (Philosophie Magazine)

"Je m'arrête de temps à autre et je prends du recul", Hans Ulbricht Obrist (art 21)

""De plus, j'évite toujours de refaire ce que je sais déjà faire", Philippe Mayaux (Particules)

"J'adore exploser certains principes", Singuila (Maximal)

"Je m'appelle Frédéric", Frédéric Beigbeder (Elle)

"Je me sens écrasé par l'esprit de sérieux", Alain Finkielkraut (Le JdD)

"J'ai tout dans le ventre et puis ça sort !", Safia Azzedine (France Culture)

"Je suis en train d'écrire mon histoire", Teddy Riner (Métro)

"J'aime les gens que j'aime", Marc Lavoine (Fémina)

"J'ai un vrai problème avec l'autorité", Diane Kruger (Madame Figaro)

"Je devrais anticiper", Jean-Paul Gaultier (Le Figaro Magazine)

"Je suis pour le mélange", Jean-Paul Knott (Les Inrockuptibles)

"Je suis le contraire d'un régionaliste", Daniel Tillinac (Madame Figaro)

"J'aurais voulu avoir une fille, mais je n'en ai pas eu", Hemming Mankell (Lire)

"A la base, je suis vraiment nul en langue", Claro (Keith)

"Je suis décontracté", Jean Pierre Jeunet (Le JdD)

"Sans être belliqueux, j'ai de la mémoire", Jacky Lofrenzetti (Le Figaro)

"J'ai eu mes enfants jeune", Emmanuelle Seignier (Madame Figaro)

"J'assimile de plus en plus la technique", Hafsia Herzi (Studio)

"J'aime que l'œuvre dise quelque chose", Gloria Friedmann (Le Monde 2)

"Je crois que j'ai envie d'être plus proche de mes textes", Noëlle Revaz (Libération)

"J'exerce un métier et je parle de travail", Stéphane Vigny (Particules)

"Je sais d'où je viens", Sylvie Testud (Le JdD)

"Je reste et resterai complexe et compliqué", Bernard Campan (Paris Match)

"Je le prends quand il veut, le Naulleau !", Erik Orsenna (Télé Magazine)

"J'ai besoin de déconnecter", Soraya Mecheddal (Madame Figaro)

"J'ai beaucoup de privilèges", Hemming Mankell (Lire)

"A vrai dire, je m'intéresse assez peu à la politique", Christian Bale (Les Inrockuptibles)

"J'ai eu des déclics progressifs", Frédéric Beigbeder (Blast)

"J'essaie d'en faire le moins possible", Yoann Gourcuff (L'Equipe)

"Je préfère être attendu au tournant que faire pitié", Didier Bourdon (Le JdD)

"Je suis exclu, Lulu !", Arnold Turboust (Keith)

"J'ai aussi tendance à rabâcher", Paul Smith (Madame Figaro)

"J'aime beaucoup le silence de Bartleby", Jean-Bernard Pontalis (Télérama)

"J'"écris", Valeria Bruni-Tedeschi (le Nouvel Observateur)

"Je me déconnecte", Isabelle Le Martelot (Madame Figaro)

"Je pense qu'il en faut pour tout le monde", Fred (Keith)

"J'aime avoir la fève", Constance Chaillet (Madame Figaro)

"Je déteste les figures autoritaires", Asia Argento (Blast)

"Je m'arrête de temps à autre et je prends du recul", Hans Ulrich Obrist (Art 21)

"J'aime ce trouble de la pérennité", Jean-Louis Froment (Art Press)

"J'ai beaucoup appris sur les lobbies, la mafia", Marie-Claude Beaud (Le Journal des Arts)

"Je suis très curieux, mais sans anxiété particulière" Quentin Tarantino (Les Inrockuptibles)

"J'ai beaucoup travaillé avec la guerre", Sarkis (Le Journal des Arts)

"J'imagine mal faire partie des préoccupations de Nicolas Sarkozy, Audrey Pulvar, (Les Inrockuptibles)

"Je ne peux parler que de ma façon de travailler, Hans Ulrich Obrist (Art 21)

"Je me vois comme quelqu'un de très normal", Mika (Version Fémina)

"J'aime bien anticiper les choses et prendre du recul dans l'analyse", Claude Puel (Aujourd'hui)

"J'ai appris à relativiser", Jacques Delmas (20 Minutes)

"J'écris quand ne pas écrire me fait du mal", Justine Lévy (Le JdD)

"Je me suis longtemps trouvé trop gentil", Samuel Le Bihan (Le Figaro Magazine)

"J'ai des principes et j'essaie de m'y tenir", Jean Dujardin (Madame Figaro)

"Comme tout le monde, j'ai été très marqué par mon enfance", Antonio Marras (Marie-Claire)

"J'ai toujours pensé que la réalité était plus forte que les concepts", William T. Vollmann (Télérama)

"J'aurais préféré qu'on parle de mon style", Justine Lévy (Le Figaro)

"J'apprends chaque jour de nouvelles choses. Et cela enrichit mon disque dur", Alexandra Sublet (Direct Soir)

"Si je me projette trop, je vais manquer les instants présents", Jonny Wilkinson (L'Equipe)

"Je sais qu'il y a des imbéciles qui ne comprennent rien", Brigitte Bardot (Madame Figaro)

"Le fait est que maintenant, je fatigue", Michel Houellebecq (Le Magazine des livres)

"J'ai le sentiment que la fiction donne la possiblité d'être au plus près de la réalité", Anne Wiazemsky (Le Magazine littéraire)

"Je vais souvent aux puces, car les objets me parlent", Jean-Michel Othoniel (Madame Figaro)

"Je pense que l'indépendance se juge à ce qu'on fait", Nicolas Demorand (Les Inrockuptibles)

"J'ai l'impression que la France ne change pas beaucoup", Richard Berry (VSD)

"J'ai compris qu'on pouvait se sentir coupable sans avoir commis de faute", Justine Lévy (Le Parisien)

"Je rêvais de devenir footballeur professionnel", Eric Cantona (A Nous Paris)

"J'ai passé l'âge de la vantardise", Guillaume Durand (Le Parisien)

"Je n'ai pas de hobby, je n'ai que des passions", Jérôme Sans (Madame Figaro)

"Je suis un pessimiste joyeux", Olivier Marchal (Commando)

"Je connais la valeur des mots", M (Les Inrockuptibles)

"Je suis extrêmement hésitante", Martine Aubry (Le Parisien)

"J'ai le sentiment que le noir est un terrain très dangereux", Stéphane Plassier (Les Inrockuptibles)

"Je suis en fait un sauvage qui a mal tourné", Alain Juppé (GQ)

"J'étais plutôt décalé", Patrick Modiano (Le Magazine littéraire)

"Quand je n'aime pas, je n'aime pas du tout", Jérôme Garcin (Le Magazine des livres)

"J'aime le partage, j'aime payer mes impôts", Dany Brillant (Le Parisien)

"J'ai l'impression d'être en dessous de ce que je suis capable de faire", Mélanie Laurent (La Parisienne)

"J'avais été très frappé par Les Choses", Patrick Modiano (Le Magazine littéraire)

"Je suis sensible à la nouveauté, aux collisions", Robert Polet (Madame Figaro)

"Je peux dire merde à tout le monde", Jean Gachassin (Sud-Ouest)

"Adolescent, je rêvais d'être coureur cycliste", Paul Smith (Madame Figaro)

"Moi, je suis pour la sécheresse", Frédéric Beigbeder (Le Magazine des Livres)

"J'ai compris assez tôt qu'il fallait faire des compromis", Thierry Ardisson (Madame Figaro)

"Je suis tout sauf un prophète", Michaël Haneke (Télérama)

"Je déteste être enfermé", François Morel (Le Figaro Magazine)

"Il paraît que je suis très second degré", Mélissa Theuriau (Grazia)

"J'apprécie les champagnes", Thomas Dutronc (Le Figaro)

"Techniquement, j'ai encore des petits trucs à travailler", Steve Mandanda (Le Parisien)

"J'ai horreur de la violence physique", Michaël Haneke (Télérama)

"Les choses qui m'ont marqué, j'en connais certaines", Pierre Soulages (Le Point)

"Je connais très mal l'Afghanistan", Henry Kissinger (Le Figaro)

"Je laisse le mot dans son vertige et sa folie", Pascal Quignard (Philosophie Magazine)

"Je chante comme une casserole", Alexia Laroche-Joubert (TV Magazine)

"J'aimerais être un Bertrand Lavier", Frédéric Mitterrand (Roma)

"J'essaie de voir quelles sont les lignes de force qui se dessinent", Patrick Modiano (Le Magazine Littéraire)

"Je suis le père de trois enfants et je sépare le père que je suis du père que j'ai eu, Nathan Miller (L'Express)

"Je persiste à croire que la littérature n'est pas gratuite", Mario Vargas Llosa (Sud Ouest Dimanche)

"J'ai toujours fait passer l'éducation de mes enfants et l'équilibre de ma famille avant ma carrière, Robin Wright Penn (Télé Obs)

"Je suis plutôt une salée", Louise Denisot (Paris Match)

"Je suis très content", Frédéric Schoendorffer (Sud Ouest Dimanche)

"Il y a beaucoup de choses qui me choquent, Lou Doillon (Télé Obs)

"J'étais nonchalant", Alain Souchon (Sud Ouest)

"Je rêvais d'un art immédiat", Albert Elbaz (Vogue Hommes)

"J'ai la larme facile dès que j'écoute de la musique", Ariel Wizman (Madame Figaro)

"Je suis sévère sur le train-train démocratique", Dominique Bourg (Le Nouvel Observateur)

"Je suis l'actualité d'un œil distrait", Renaud (Le Monde 2)

"Je veux être là où l'on ne m'attend pas", Mireille Dumas (TV Magazine)

"Je vais seulement là où on me permet d'aller", Mireille Dumas (TV Magazine)

"J'écris à l'oreille", Anna Gavalda (Lire)

"Je préfère les fous aux emmerdeurs", Pierre Lescure (20 Minutes)

"Je suis beaucoup trop impulsif", Nicolas Duvauchelle (Madame Figaro)

"Je réfléchis jour et nuit à mes trucs", Thierry Ardisson (Le Figaro Magazine)

"Je travaille souvent en musique", Jim Jarmusch (Rolling Stone)

"C'est vrai que je suis assez fâchée avec le monde", Victoire de Castellane (L'Express)

"J'ai dû ramer pour assumer mon hétérosexualité", Guillaume Galienne (Technikart)

"Je m'efforce de penser librement, au risque de ne jamais être là où l'on m'attend", Yves Michaud (Philosophie Magazine)

"J'ai besoin de m'indigner pour être en forme", Pierre Richard (La Dépêche du Midi)

"Je suis autoritaire. Je manque de sang-froid", Elizabeth Samama (Le Magazine des livres)

"Aujourd'hui, j'assume davantage ma féminité", Thierry Ardisson (Madame Figaro)

"J'adore ELLE", Jim Harrison (ELLE)

"J'ai aussi un gros penchant pour les chips nature", Valeria Bruno-Rosso (Voici)

Je pense que, par moments, je travaille trop", Audrey Pulvar (Paris Match)

"Je suis devenue fréquentable et je veux que ça se sache", Muriel Robin (TV Magazine)

"Je déteste les divas", Albert Elbaz (Vogue Hommes)

"Je déteste l'esprit ancien combattant", Jim Jarmusch (Les Inrockuptibles)

"J'ai eu une relation difficile avec ma mère", Michel Déon (Le Nouvel Observateur)

"Je me remets perpétuellement en question", Lionel Nallet (Attitude Rugby)

"Je n'ai jamais fasciné personne, mais j'ai beaucoup agacé", Yann Moix (A Nous Paris)

"Je trouve ça dommage de s'excuser de faire de la télé", Hervé Hadmar (Rolling Stone)

"Je me comporte comme n'importe quel être humain", Regina Spektor (Rock & Folk)

"J'écris comme ça", Don DeLillo (Lire)

"Je fuis la prétention comme la peste", Marc Lévy (Metro)

"J'ai du mal à me percevoir comme asexué", Etienne Daho (Les Inrockuptibles)

"J'étais un cancre patenté", Glen Baxter (Madame Figaro)

"Je suis très sensible à la théorie en littérature", Jean-Philippe Toussaint (Le Magazine littéraire)

"Je pense que pour savoir écrire, il faut savoir glander aussi", Frédéric Beigbeder (Le Magazine des livres)

"Je suis un peu feignasse", Emmanuelle Devos (Marie France)

"Aujourd'hui, je m'efforce d'écouter soigneusement mes états d'âme", Christophe André (Madame Figaro)

"J'aime bien être sur tous les fronts", Sophie Marceau (Version Fémina)

""En général, je déclenche une grande hostilité des écrivains du Cantal, de Corrèze", Philippe Sollers (Le Magazine des livres)

"Je regarde de moins en moins la télé", Catherine Frot (TV Magazine)

"Je suis incapable de me décrire", Albert Elbaz (Vogue Hommes)

"J'ai toujours pensé que dans la vie on n'a rien sans rien", Lionel Mallet (Le Monde du Rugby)

"Je préfère être une grosse éponge qu'un pète-sec sans âme", Gérard Depardieu (L'Express)

"Tout ce que j'ai, je me suis battue pour l'obtenir", Léa Seydoux (Madame Figaro)

"Je fais partie de la culture blanche occidentale", Jim Jarmusch (Les Inrockuptibles)

"L'arrogance française, c'est tout ce que je déteste", Gérard Depardieu (L'Express)

"Je reste et je resterai complexe et compliqué", Bernard Campan (Paris Match)

"Je suis sans doute comme tous les écrivains : un peu schizophrène", Philippe Besson (Le Magazine des Livres)

"J'adore ne rien faire", Anne Sinclair (Madame Figaro)

"Je crois que nous recyclons", Sylvie Germain (Le Magazine des Livres)

"Je trouve que c'est une chance incroyable de pouvoir passer d'un milieu à une autre", Charlotte Gainsbourg (Le Figaro Magazine)

"La mono-activité est quelque chose qui m'assomme", Emmanuel Pierrat (Le Magazine des Livres)

"Je veux simplement rester vivant", Jay Reatard (Rock & Folk)

"J'aime la bonne chère", Anne Sinclair (Madame Figaro)

"J'ai appris ces dernières années à ne pas perdre mon temps avec les imbéciles", Joss Stone (Rolling Stone)

"Je brouille les pistes", Eva Green (Madame Figaro)

"Je ne pars que de ce que nous vivons", Sylvie Germain (Le Magazine des Livres)

"Je déplore vraiment les histoires de chapelles", Laure Limongi (Le Matricule des anges)

"Je trouve sain et nécessaire qu'ils y ait des lieux de contradiction et de satire", Daphnée Roulier (Les Inrockuptibles)

"Je ne suis pas mainstream simplement parce que la plupart des gens ne partagent pas mes goûts", Vincent Gallo (Grazia)

"Je comprends la haine de ceux qui souffrent, de ceux qui sont exclus", Bruno Dumont (Les Inrockuptibles)

"J'ai un moral en dents de scie", Zep (Madame Figaro)

"J'ai besoin de distance plus qu'autre chose", Charlotte Gainsbourg (Rolling Stone)

"J'étais dans l'équipe de foot à l'école", Joe Satriani (Rock & Folk)

"J'ai bien conscience que je ne fais pas toujours les meilleurs choix", Anne Consigny (Madame Figaro)

"Je me sens parfois écrasé par le poids de mon expérience", Barney Summer (Les Inrockuptibles)

"Je n'aime que les gens drôles, légers", Samuel Benchetrit (Madame Figaro)

"J'aime mélanger les styles, l'imperfection et le déséquilibre", Helena Christensen (Marie Claire 
Maison)

"Je continue à penser que l'on ne sait ce que l'on fait qu'une fois qu'on l'a fini", Spike Jonze (Vice)

"Je m'efforce de ne jamais faire appel à une métaphore de manière arbitraire", Tom Robbins (Chronic'Art)

"J'essaie d'utiliser le moins possible mon slip de bain", Lars von Trier (Vice)

"Je reste seulement fidèle à une philosophie libertaire", Will Self (Les Inrockuptibles)

"Je suis chargée", Irina Lazareanu (Madame Figaro)

"J'ai conscience de ma propre matérialité", Pascal Morin (Le Matricule des anges)

"Je m'emporte facilement", Jean-Louis Murat (Madame Figaro)

"La mansuétude, j'ai du mal", Richard Gasquet (Europe n° 1)

"J'ai été pauvre", Viviane Forrester (La Croix)

"Je suis suffisamment prétentieux pour affirmer que ce que je fais, c'est de l'art", James Frey (Technikart)

"Je me suis toujours considéré comme un outsider, dans l'écriture comme dans la vie", Jean-Jacques Schuhl (le Figaro Magazine)

"Je suis autofasciste", Karl Lagerfeld (Grazia)

"Si vous avez un problème de prostate, je vous conseille d'aller voir Bernard Debré", Roselyne Bachelot (RTL)

"Je suis quelqu'un, indépendamment de ce que je fais", Justine Hénin (Le Journal du dimanche)

"Peut-être suis-je profondément névrosée", Anna Gavalda (LIRE)

"Lorsque je fais de la stratégie, je deviens vulnérable", Marina Hands (La Parisienne)

"J'évite de laiser couler l'eau lorsque je me lave les dents", Julian Casablancas (Madame Figaro)

"J'aime bien être instable, me sentir un peu désarticulée", Charlotte Gainsbourg (TGV Magazine)

"J'ai du mal à retenir le prénom des gens", Riad Sattouf (Grazia)

"Je ne sais jamais comment recevoir les compliments, j'ai toujours des doutes sur leur bien-fondé" Sergi Lòpez (Madame Figaro)

"J'ai toujours connu des hauts et des bas", Jean-Baptiste Elissalde (L'Equipe Magazine)

"Je suis dans une forme d'arythmie sociale", Marina Hands (La Parisienne)

"Je me suis interdit d'être moi pendant très longtemps", Vanessa Demouy (GQ)

"Je dois rester modeste", Li Edelkoort (Elle Déco)

"Je pense que beaucoup de personnes cohabitent en nous", Benicio Del Toro (A Nous Paris)

"Je me rêve en Marsupilami de la politique", Frédéric Mitterrand (Le Figaro Magazine)

Parfois, je sais que je me plante, mais au fond ce n'est pas très grave", Marina Hands (La Parisienne)

"Je suis dans le système sans en faire partie, je crois", Mado la niçoise (ParuVendu)

"J'aime tout ce qui est autre chose", Marie-Ange Casta (La Parisienne)

"Une médaille d'or aux Jeux Olympiques me transperce de larmes",  Benoît Pooelvorde (Madame Figaro)

"Je suis devenu moins rebelle", Pierre Berbizier (L'Equipe Magazine)

"Je suis quelqu'un de disponible", Anne-Marie Idrac (Public-Sénat)

"J'ai parfois serré les dents", Denis Robert (Les Inrockuptibles)

"J'aime aussi croquer dans une tartine de pain recouverte de sel et d'huile", Pénélope Cruz (Gala)

"Je pense qu'il faut bien mesurer ses limites et savoir de quoi on est capable ou pas", Alejandro Amenabàr (A Nous Paris)

"Je revendique mon côté féminin", André Manoukian (Madame Figaro)

"Je pense qu'il faut savoir se tromper pour apprendre", Marie-Ange Casta (La Parisienne)

"J'aimerais que l'on trouve une onde gravitationnelle' , Catherine Bréchignac (L'Express)

"J'ai toujours essayé de me détacher au maximum de tout ce qu'on appelle le savoir-faire, l'artisanat", Blutch (Les Inrockuptibles)

"Je n'ai pas de grand regret, seulement des petits", Jean-Claude Carrière (Madame Figaro)

"En fait, l'indignation me fait plaisir", Jean-Marie Périer (Le Monde Magazine)

"Je voulais la même vie que mes copines", Justine Lévy (Cosmopolitan)

"J'ai un problème d'équilibre", Laurent Luyat (Directsoir)

"Je suis un nostalgique enthousiaste", Pierre Gagnaire (Madame Figaro)

"J'aime bien les gens cinglés, mais pas dans le travail", Hervé Van der Straeten (Magazine)

"J'ai un mal fou avec l'autorité", Marie-Ange Casta (La Parisienne)

"Je suis un peu dubitative quant aux leçons de morale à l'école", Caroline Thompson (Madame Figaro)

"J'adore manger à la maison", Justine Lévy (Cosmopolitan)

"J'ai compris que dans la maladie, vous êtes en position de faiblesse", Céline Lis (La Parisienne)

"Je sais que je peux faire rire", Isabelle Huppert (Les Inrockuptibles)

"J'aime beaucoup de choses qui se passent en ce moment", Brian Setzer (Rock & Folk)

"Je deviens plus lent", Olivier Cadiot (Les Inrockuptibles)

"Je suis un artiste", Bak (Snatch)

"Si l'on regarde bien, je me suis finalement assez peu trompé", Bernard-Henri Lévy (Le Magazine des Livres)

"J'aime bien qu'on ne parle pas de moi", Ben (TGV Magazine)

"J'ai besoin de me faire peur", Régis Mailhot (Les Inrockuptibles)

"Je porte ce que je suis", Malek Boutih (Le JdD)

"Je suis trop près ou trop loin", Olivier Cadiot (Les Inrockuptibles)

"Je reconnais mes limites", Philippe Sollers (Le JdD)

"Jr'ai fait ma première communion", Didier Super (Rock & Folk)

"J'ai toujours pensé que les gens étaient mystérieux", Patrick Modiano (Transfuge)

"Je crois que c'est de pire en pire", Bernard-Henri Lévy ( Le Magazine des Livres)

"Je me laisse volontiers influencer par les autres", Sophie Marceau (ELLE)

"Je veux me sentir libre", Eric Reinhardt (Les Inrockuptibles)

"J'ai trois garçons", Mathieu Amalric (Envy)

"Je suis modérément apocalyptique" Slajov Zizec (Les Inrockuptibles)

"Avec un peu de cynisme, je serais très riche", Yvan Attal (Envy)

"Je fais des choix en fonction de ce qui me touche", Clélier Mathias (Directsoir)

"Je préfère déranger ou être dérangé que de laisser indifférent", Grégory Coupet (L'Equipe)

"J'ai des hachoirs chez moi parce que je cuisine", Joey Starr (VSD)

"Il faut que je prenne soin de mon corps", Tony Parker (L'Equipe)

"J'écris pour me sauver", Orhan Pamuk (Les Inrockuptibles)

"J'aime mes paradoxes", Julie Gayet (Envy)

"J'ai toujours été de nature optimiste", Grégory Coupet (L'Equipe)

"Je revendique la fiction comme expérience productrice d'hypothèses", Yannick Haenel (Les Inrockuptibles)

"Je suis convaincu que je peux encore me faire plaisir et réaliser de belles choses", Alain Bernard (L'Equipe)

"Je m'efforce de garder les pieds dans le contemporain", Bilal (L'Express)

"Je préfère me concentrer sur mes propres projets", Charlotte Gainsbourg (TGV Magazine)

"J'aime rigoler, et je dis beaucoup de bêtises", Julie Delpy (L'Express)

"Je me suis toujours posé des questions", Lilian Thuram (Les Inrockuptibles)

"Je suis supporter de ceux qui ne sont pas supporters", Ariel Wizman (DirectSport)

"Je pense que j'ai d'abord écrit sans écrire", Richard Millet (Le Magazine des livres)

"Je me suis déplacée dans mon propre regard", Carla Bruni (Elle)

"J'attache beaucoup d'importance à l'humour", Pierre Sengès (Transfuge)

"J'aime le confort", Nicole Richie (Madame Figaro)

"Je plaide pour la connaissance de l'histoire", Eric Rohmer (Les Inrockuptibles)

"Je me méfie des têtes de gondole", Jean-Bernard Pouy (Transfuge)

"J'aime regarder les autres", Alain Chabat (TV Magazine)

"J'aime la simplicité", Marion Cotillard (Le Figaro Magazine)

"J'ai un vieux fond moral", Claude Parent (Next)

"J'essaie de me détacher d'une littérature qui vénère l'écriture", Tristan Garcia (Les Inrockuptibles)

"Je me pose moins de questions", Mathieu Bastaraud (L'Equipe Magazine)

"J'en ai marre qu'on pense à notre place", Christophe Girard (Les Inrockuptibles)

"Je déteste parler en public", Laure Manaudou (Le Parisien)

"Pour le moment, je suis encore en recherche", Natacha Régnier (Envy)

"J'adore les fesses des filles", Cécile Cassel (Elle)

"En fait, je suis un garçon", Emmanuelle Seignier (Next)

"Je prends très rarement l'avion", Aurélie Filippetti (ELLE)

"Je prends le métro comme tout le monde", Louise Bourgoin (TGV Magazine)

"Je suis anti-conformiste, mais j'ai toujours eu des désirs de conformisme", Anne Roumanoff (L'Express)

"J'aime rire", Bret Easton Ellis (Les Inrockuptibles)

"Je m'efforce de ne jamais faire appel à une métaphore de manière arbitraire", Tom Robbins (Chronic'art)

"J'ai soixante-trois ans", Michel Sardou (Le Figaro)

"Je trouve qu'on devient plus intelligent en prenant de l'âge", Laura Smet (Femina)

"J'aime la discrétion, la culture, la gentillesse et la générosité", Ora-Ito (Madame Figaro)

"Par nature, je sais que je suis rigide", Lilian Thuram (Le Parisien)

"Je crois ce que je vois", Alain Juppé (L'Express)

"Je suis toujours un peu pris au piège de la surenchère", Claude Lévêque (Be Contemporary)

"Je suis en proie à toutes sortes de doutes", Joyce Carol Oates (Transfuge)

"J'ai mes "up and down", comme tout le monde", Justin Timberlake (Madame Figaro)

"Je me voyais plutôt dans la catégorie branleurs", Jean Dujardin (TGV Magazine)

"Je déteste les films sanguinolents", Michaël Lonsdale (Le Figaro Magazine)

"J'ai toujours imaginé qu'il fallait à tout prix éviter la prétention", Charlotte Gainsbourg (Le Figaro)

"Je pense qu'il faut mieux éviter d'être "trop"", Ora-Ito (Madame Figaro)

"Je suis contre la manipulation de l'histoire qui consisterait à gommer certains épisodes", Max Gallo (France Soir)

"J'ai écrit, et surtout j'ai fait un collage comme faisaient les dadaïstes", Clotilde Courau (A nous Paris)

"Je me sens beaucoup plus séduisante en vieillissant", Cameron Diaz, (Palace Costes)

"Le côté "c'était mieux avant", je déteste ça", Michel Sardou (Le Figaro)

"Je déteste les ricanements", Jean-Jacques Sempé" (L'Express)

"J'aurai voulu avoir une fille, mais je n'en ai pas", Henning Mankell (Lire)

"Je me méfie des phrases rapportées a posteriori"", Yannick Noah (l'Equipe magazine)

"Contre vents et marées, je porte des jeans", Alain Némarq (Le Figaro Magazine)

"J'aime être là où l'on ne m'attend pas", Clotilde Courau (La Parisienne)

"Je me réveille et je m'endors avec moi", Tilda Swinton (Le Figaro Madame)

"J'adore les ambiances de fin de vacances", Laurent Voulzy (le Nouvel Observateur)

"Dans la mesure du possible, je me rends à tous mes rendez-vous à pied", Tatiana de Rosnay (le Figaro Madame)

"Je produis plutôt des pratiques que des connaissances", Martin Hirsch (le Nouvel Observateur)

"Je suis comme tout le monde", Woody Allen (Le Figaro Magazine)

"Moi aussi, je suis tout, comme tout le monde", Pierre Guyotat (Transfuge)

"J'ai très envie de faire quelque chose de nouveau", Cindy Sherman (Beaux-Artsmagazine)

"Je préfère la dérision à la légitimité", Alain Némarq (le Figaro Magazine)

"J'ai un sentiment très puissant de la vanité de ce que je publie", Richard Millet (le Magazine des Livres)

"J'ai perdu mon père et ma mère", Iggy Pop (Rock & Folk)

"J'aime l'idée que la vie aille parfois à reculons", Tilda Swinton (Next)

"Je crois que c'est de pire en pire", Bernard-Henri Lévy (Le Magazine des Livres)

"La techno me fait chier", Nicolas Ungemuth (Rock & Folk)

"J'ai toujours pensé que les gens étaient mystérieux", Patrick Modiano (Transfuge)

"Je déteste le son de la guitare que l'on gratte", Laura Marling (Snatch)

"Je suis un pillard", Arthur Bernard (Le Matricule des Anges)

"Je deviens plus lent, j'essaie d'être plus clair", Olivier Cadiot (Les Inrockuptibles)

"Je suis comme je suis", Jane Fonda (Marie Claire)

"Je suis très sensible à tout ce qui chante, aux bruits, aux sons, à la cadence, à la rythmique", Pierre Guyotat (Le Magazine littéraire)

"Peut-être que je suis doué", Michel Houellebecq (ELLE)

"J'ai conscience de mes limites", Rochdy Zem (Next)

"Je m'en tamponne la raie du cul", James Ellroy (Les Inrockuptibles)

"Je suis né en France", Rachid Bouchareb (L'Express)

"J'aime beaucoup Bouvard et Pécuchet", Philippe Adam (Transfuge)

"J'ai l'impression que je suis encore un peu indéfini", Raphaël (ELLE)

"J'ai une botte secrète, je m'applique", Régis Jauffret (les Inrockuptibles)

"J'attache beaucoup d'importance à l'humour", Pierre Sengès (Transfuge)

"Je pense plus à la mort aujourd'hui qu'il y a quelques années", Philip Roth (Libération)

"J'ai peur de beaucoup de choses, mais pas de mourir", Coco Sumner (Next)

"Je pleure très facilement", Kriten Dunst (Envy)

"J'ai très envie de faire quelque chose de nouveau", Cindy Sherman (Beaux-ArtsMagazine)

"J'essaie de me modérer, bien sûr, pour qu'on continue à m'écouter", Lydia Millet (Chronic'art)

"Je pense que mon style est plutôt complexe de bien des façons", Daniel Mendelsohn (Transfuge)

"J'aime appuyer là où ça fait mal", Vincent Cassel (Next)

"J'ai toujours aimé faire différent", Régis Jauffret (Les Inrockuptibles)

"J'adorais Jacqueline Maillan", Fanny Ardant (Madame Figaro)

"Quand j'étais enfant, mon père m'emmenait voir des combats de boxe", Joyce Carol Oates (Le Magazine littéraire)

"J'aime les fais divers", Roschdy Zem" (Next)

"Je préfère être humble", Régis Jauffret (Les Inrockuptibles)

"J'ai toujours été entre le chaud et le froid à propos de la photographie", David Hockney (Madame Figaro)

"Des fois, je suis un peu con", Yann Tiersen (Libération)

"Je me suis amélioré au fur et à mesure", Werner Herzog (Vice)

"J'ai du mal à me faire une idée précise", Jim Jarmusch (Les Inrockuptibles)

"J'ai déjà fait des choses solitaires", Tilda Swinton (Next)

"Je crois beaucoup au sommeil", Jacqueline Bisset (ELLE)

" Je pense qu'il y a des livres qui méritent d'exister", Antoine Bello (Chronic'art)

"J'ai de moins en moins envie d'être original", M (Elle)

"Des fois, je suis un peu con", Yann Tiersen (LIbération)

"Je me méfie de l'esprit de clocher", Raymond Depardon (L'Express)

Je vis plutôt dans le présent", Romain Duris (Ouest-France)

Contrairement aux apparences, je suis un vrai coloriste", Roman Opalka ( Les Inrockuptibles)

"Je sauce. Avec mon pain" Frédéric Mitterrand ( Le Figaro)

"Je n'aspire qu'à une vie tranquille", Bret Easton Ellis (Les Inrockuptibles)

"Je trouve que l'on ne devrait pas juger l'amour", Carla Bruni (Elle)

"J'espère que l'on fera encore mieux en 2011", Christine Lagarde (Info Matin)

"Je crois qu'il faut essayer de ne pas répéter les erreurs de ses parents", Karine Tuil (Madame Figaro)

"Je sais que j'ai mauvais esprit, je vois un peu le mal partout", Nine Antico (Les Inrockuptibles)

"Aujourd'hui, je suis plus mûre", Kate Winslet (Madame Figaro)

"J'aime être qui je suis. Je détesterais qu'on me transforme, même en mieux", Robin Wright (ELLE)

"Je suis quelqu'un qui attend de savoir quelle va être sa troisième vie", Isabelle Morizet (Madame Figaro)

"Je suis à l'opposé de ce qu'on dit de moi", José Alvarez (Le Monde)

"J'écoute beaucoup de musique", Catherine Deneuve (Les Inrockuptibles)

"J'ai besoin de temps pour me réveiller", Bali Barret (Elle)

"Je pense que le poisson pourrit par la tête", Christine Lagarde (Madame Figaro)

"J'ai la même éthique de travail qu'un expert-comptable ou un artisan boulanger", Christian Bale (illimité)

"Je dépense beaucoup de mon énergie à ne rien faire", Jeff Bridges (Le Monde 2)

"Je suis tout l'opposée d'une rebelle", Sharon Stone (Madame Figaro)

"Je cherche toujours à faire au moins aussi bien que la veille", Patrick Bruel (Paris Match)

"J'essaie toujours de procéder le plus simplement possible", James L. Brooks (Les Cahiers du cinéma)

"Je vis beaucoup dans le présent", Ileana Sonnabend (Sud-Ouest Dimanche)

"Moi, je suis une cause perdue", Eduardo Arroyo (L'Evènement du Jeudi)

"Je suis sensible aux bons mots", Gérard Depardieu (Le JdD)

"Si j'en avais le courage, je ne ferais rien", Elizabeth Huppert (Paris Match)

"Je suis comme je suis", Alain Juppé (ELLE)

"J'ai eu une culture religieuse", Gérard Garouste (Gala)

"Je déteste l'hypocrisie", Tabatha Cash (Entrevue)

"J'aime bien être catalyseur", Harald Szeeman (Regards)

"Je peux me tromper", Francis Fukuyama (Le Figaro)

"Je continue", Christian Bobin (ELLE)

"Je me sens parmi les gens", Viviane Forrester (le Nouvel Observateur)

"J'ai toujours pensé que j'étais un artiste très moral", Jeff Koons (Aden)

"Je suis complétement différent d'une femme", Jacques Laffite (Marie Claire)

"Je déteste être déçue par quelqu'un", Béatrice Dalle (Paris Match)

"Je crois que les gens ont tous leurs obsessions", Jacques Grange (Maison française)

"J'interroge, je révèle", Ernest-Pignon Ernest (Le Monde 2)

"Je crois que la mode ne doit pas rentrer au musée", Jean-Paul Gaultier (L'Evènement du jeudi)

"Quand je suis nul, je l'admets", Kevin Gameiro (Le JdD)

"Je suis pour le dépareillé", Andrée Putman (VSD)

"J'ai beaucoup changé", Alexandre Jardin (Elle)

"J'aime beaucoup écouter", Patrick Poivre d'Arvor (Paris Match)

"Je disparaîtrai", Michel Houellebecq (Les Inrockuptibles)

"J'ai eu des paresses, des lâchetés", Philippe Starck (L'Express)

"Je suis comme je suis", Miles Davis (Lui)

"J'aime être tranquille", Marielle Goitschel (ELLE)

"Je pense que le pouvoir, quel qu'il soit, c'est le pouvoir", Jean Genet (Le Monde)

"Je crois beaucoup à la rigueur", Serge Gainsbourg (Paris Match)

"Je déteste le harnachement", Claire Brétecher (Biba)

"Je me tâte", Michel Houellebecq (le Nouvel Observateur)

"Je me hâte moins qu'avant", Nikita Mikhalkov (Télérama)

"J'aime beaucoup la campagne quelquefois", Andy Warhol (Les Nouvelles littéraires)

"Je vais de plus en plus vers le fragment", Roland Barthes (le Nouvel Observateur)

"Je prends mon temps quand je bois mon café", Yolande Moreau (ELLE)

"Je préfère me méfier de moi-même", Percival Everett (Télérama)

"Je déteste le repassage", Martine Aubry ( les Inrockuptibles)

"J'ai toujours regardé les mouches voler", Roger Caillois (le Nouvel Observateur)

"Je suis parfois gauche", Marine Delterme (le Figaro Magazine)

"Je trouve les modes générationnelles ridicules", Amélie Nothomb (Le Monde 2)

"J'ai d'abord des convictions, essentiellement morales", Pierre Guyotat (Télérama)

"J'aime réussir ce que j'entreprends", Brigitte Bardot (Paris Match)

"Je n'étale rien, je raconte", Jeanne Dautun (ELLE)

"Quand je suis lourd, je suis furieux contre moi-même", Jean-Jacques Sempé (Télérama)

"Je viens du ventre de ma mère", Christine Angot (Les Inrockuptibles)

 
"Je viens de là où je vais", Philippe Katerine (les Inrockuptibles)

"Je crois à la preuve par les actes", Jack Lang (Le Monde)

"Je crois beaucoup au libre-arbitre", Chloé Delaume (le Matricule des anges)

"Je suis mal placé pour me juger", Patrick Poivre d'Arvor (Fémina)

"J'adore manger", Olympia Le Tan (ELLE)

"En fait, je me méfie des hommes petits", Régine Desforges (VSD)

"Je rêve de rencontrer celui qui m'aidera à moins dépendre de mon image", Carla Bruni (Paris Match)

"En fait, je suis une anti-shoppeuse", Eva Herzigova (Madame Figaro)

"J'ai peur de me retrouver entourée de boutiques", Sonia Rykiel (ELLE)

"Je me force à avoir une relation fluide avec l'argent", Florian Zeller (le Figaro Magazine)

"Je suis dans le présent", Alain Souchon (Télérama)

"Je suis maintenant résigné au talent des autres", Angelo Rinaldi (Paris Match)

"Je comprends que certains aient envie de changer d'air", Alain Finkelkraut (le Figaro Magazine)

"J'aime bien rester à la surface", Thomas Hirschhorn (les Inrockuptibles)

"Je crois beaucoup au lien entre la mode et l'art contemporain", Humberto Leon (Technikart)

"Je suis éclectique et très bon public", Alex Lutz (TGV Magazine)

"Je m'aime bien, tout compte fait", Christian Bale (illimité)

"Je suis très sensible à la coupe", Ali Baddou (Madame Figaro)

"Je me sers de tout comme tout artiste", François-Marie Banier (ELLE)

"J'aime beaucoup les fausses notes, les intrus", Andrée Putman (le Figaro Magazine)

"J'aime assez l'idée de montage", Stéphane Audeguy (Transfuge)

"J'ai beaucoup de choses à faire", Alain-Dominique Perrin (le JdD)

"J'ai fait des erreurs", Olivier Cohen (Le Monde)

"J'ai toujours été attiré par l'anarchie", Pierre Boulez (Libération)

Au fond, je cherche le rythme juste", Yasmina Reza (Transfuge)

"J'aime les contrastes", John Galliano (Madame Figaro)

"J'assume et je revendique mes propos", Nathalie Kosciusko-Morizet (le Figaro Magazine)

"Je connais beaucoup d'hommes moyens", Peter Lindberg (le Monde Magazine)

"Je me bats toujours pour gagner", Jack Lang (le Nouvel Observateur)

"J'essaie de suivre mes valeurs", Paul Smith (TGV Magazine)

"J'ai mes manies", Jean-Pierre Foucault (Notre Temps)

"Je me situe dans une tradition bien française",  Nick Curry, aka Momus (Chronic'Art)

"J'aime dormir", Yolande Moreau (TGV Magazine)

"J'ai besoin de digérer", Nicolas Gallas (Les Inrockuptibles)

"Je déteste les célébrations", Macha Méril (France Soir)

"J'achète pendant les soldes", Julie Andrieu (Madame Figaro)

"J'ai vraiment un problème avec l'autorité", Jean Giraud (Les Inrockuptibles)

"Je déteste la promiscuité", Laurence Boccolini (France Soir)

"J'aime la vulgarité", Jan Fabre (Madame Figaro)

"Je traîne une réputation un peu lourde", Béatrice Dalle (ELLE)

"Je peux être égoïste", Harlan Coben (Madame Figaro)

"J'ai accepté d'être rattrapée par la vie", Isabelle Adjani (Telerama)

"J'aime beaucoup les fausses notes, les intrus", Andrée Putman (le Figaro Magazine)

"Aujourd'hui, je suis plus mûre", Kate Winslett (Madame Figaro)

"Je suis désolé de vieillir", Franz-Olivier Giesbert (France Soir)

"Je manque d'ambition d'une manière un peu condamnable", Jackie Berroyer (Les Inrockuptibles)

"A l'école, j'étais un cancre", Tim Burton (Palace Costes)

"Je suis un solitaire", Alain Juppé (Le Figaro)

"Je me cache alors que tous les autres se montrent" Stupeflip (les Inrockuptibles)

"Je prends des bains", Jan Fabre (Madame Figaro)

"Je fais les courses", Franz-Olivier Giesbert (France Soir)

"L'oisiveté, je trouve ça pas mal", Chiara Mastroianni (Marie- France)

"Je suis quelqu'un de très visuel", Cameron Diaz (ELLE)

"Je crois que la plupart des êtres humains ont des vies qui parfois se fracturent", Philippe Claudel (illimité)

"Je n'ai jamais eu recours au blanchiment des dents", Estelle Lefébure (Fémina)

"J'ai grandi dans un monde très différent de celui d'aujourd'hui", Tilda Swinton (Elle)

"Je me fixe certains buts, mais je ne planifie rien", Eva Mendes (Femina)

"J'ai dû renoncer à une certaine conception de l'écrivain", Lorette Nobécourt (ELLE)

"J'étais  un élève assez médiocre", Bruno Dumont (Philosophie Magazine)

"J'aime bien donner une direction", Matali Crasset (l'étincelle)

"Je me méfie de la zone de confort", Thierry Marx (TGV Magazine)

"Etre une légende, je m'en fous", Michéle Morgan (Télé 7 jours)

"Je déteste parler ou entendre parler de vin", Stéphane Martin (le Figaro Magazine)

"Je veux profiter de l'existence", Cameron Diaz (Madame Figaro)

"En philosophie, je suis un peu un touriste", Jackie Berroyer (Philosophie Magazine)

"Je veux faire des choses qui me passionnent", Philippe Courroye (le Figaro)

"Je veux qu'on me surprenne", Sabrina Ouazani (Next)

"J'attends toujours le coup de poignard potentiel", Julie Delpy (Madame Figaro)

"Je préfère quand on s'amuse à plusieurs", Chiara Mastroianni (Marie France)

""J'ai eu des périodes compliquées", Christophe Dechavanne (TV Magazine)

"J'ai besoin d'avoir une vue d'ensemble", Jean Dujardin (le Figaro Magazine)

"J'ai souvent constaté que la prison aboutit à des échecs", Thierry Marx (TGV Magazine)

"Je suis très syncrétique", Bruno Dumont (Philosophie Magazine)

"J'hydrate à fond", Inès de la Fressange (Madame Figaro)

"J'aime beaucoup cette notion de machine célibataire", Nicolas Bourriaud (l'étincelle)

"J'ai toujours marché sur deux pattes", Sophie Bouchet-Petersen (Le Monde)

"J'ai rencontré beaucoup de monde", Laure Manaudou (ELLE)

"J'aime le sport", Jean-Claude Fasquelle (Le Figaro)

"J'essaie de rester moi-même", Christophe Dechavanne (TV Magazine)

"Je m'impose en fait des contraintes pour avoir une espèce de ressenti", Matali Crasset (l'étincelle)

"Je préfère me tenir en retrait", Jonathan Littel (Madame Figaro)

"Le matin, avec mon café, je suis plutôt salé", Léa Drucker (ELLE)

"Le dimanche, je glande", Tania de Montaigne (le JdD)

"J'assume une certaine forme de naïveté", Eric Halphen (le Nouvel Observateur)

"Je me positionne sur ce que je vois et ressent", Cécile de Ménibus (TV Magazine)

"J'ai dû me faire violence pour apprendre à demander", Carla Bruni-Sarkozy (Madame Figaro)

"J'ai tendance à penser à Duchamp quand on parle d'intermedia", Nicolas Bourriaud (l'étincelle)

"Ce que j'aime, c'est la variété", Alain Bublex (Aden)

"J'ai envie d'être surpris", Thierry Lhermitte (Sud Ouest)

"Je suis un hérétique du clergé intellectuel", Philippe Sollers" (Le Figaro Magazine)

"Quand je parle de mon non-ego, c'est évidemment mon ego qui parle", Jean-Claude Carrière (L'Express)

"J'aime me fabriquer des règles du jeu", Sophie Calle (Paris Match)

"Je suis un réaliste", Richard Serra (Libération)

"J'aurais voulu des frères et sœurs", Mazarine Pingeot  (L'Express)

"Je suis moins sur le terrain maintenant", Philippe Sollers (Voici)

"Je tremble à l'idée d'être une sous-BHL", Justine Lévy (20 Ans)

"J'aime beaucoup les singes", Arno Klarsfeld (ELLE)

"J'aime l'incertain, l'inachevé", Nicole Caligaris (Télérama)

"J'ai un rice-cooker", J.M.G. Le Clézio (ELLE)

"J'aime les fleurs qui ne posent pas trop de problèmes, Sonia Rykiel (Elle Décoration)

"Je crois beaucoup à la rigueur", Serge Gainsbourg (Paris Match)

"J'aime les horizons sans limites", Suzanne Pagé (Elle Décoration)

"J'ai trouvé des secours dans une multitude de contradictions", Patrick Poivre d'Arvor (Paris Match)

"Je suis de Bordeaux", Anne Wiazemsky (Madame Figaro)

"Je suis Taureau", Zaz (ELLE)

"J'aime marcher pieds nus", Brigitte Bardot (Paris Match)

"J'ai aimé New York", Leïla Bekhti (Palace Costes)

"J'ai déjà fumé du haschisch", Jack Lang (Entrevue)

"Je me sens parfois très proche de moi même", Michel Houellebecq (Le Figaro)

"Je pense que ça ne va pas si mal dans l'état actuel des choses", Andy Warhol (Play Boy)

"J'ai appris sur le tas", Mehdi Belhaj Kacem (Libération)

"Je perds beaucoup quand je suis en voyage", Catherine Deneuve (Glamour)

"Je viens d'écrire un livre", Zarah Whites (Entrevue)

"J'ai besoin de lenteur", Curro Romero (le Nouvel Observateur)

"J'avance par étapes", Camille Laurens (Paris Match)

"Je suis très attaché aux lois", Patrick Bouchain (Madame Figaro)

"Je me sens parmi les gens", Viviane Forrester (le Nouvel Observateur)

"Je revendique le droit d'être évasif", José Gonzalez (Les Inrockuptibles)

"J'aime séduire", Ingrid Caven (Paris Match)

"J'écris toujours sur l'être humain", Joyce Carol Oates (Lire)

"Je cherche une écriture qui ne paralyse pas l'autre", Roland Barthes (le Nouvel Observateur)

"Le seul vice qui m'inquiète vraiment, c'est ma paresse", Brett Easton Ellis (20 ans)

"Je pense qu'il y a une pensée de droite comme il y a une pensée de gauche", Jean-Jacques Aillagon (le Figaro Magazine)

"J'aime les idées qui se concrétisent", Daniel Templon (Libération)

"Je suis une victime", Daniel Buren (Paris Match)

"Je préfère être un homme qu'une femme", Blutch (Les Inrockuptibles)

"J'ai des goûts très éclectiques", Guillaume Durand (Gala)

"J'aime les femmes", Jacques Chazot (le Figaro Magazine)

"J'ai aussi mes fantaisies", Maurice Nadeau (Lire)

"J'admire les gens qui me sont supérieurs", Carla Bruni-Sarkozy (Les Inrockuptibles)

"J'ai passé l'âge des plans de carrière", Alain Juppé (L'Express)

Je ne cesse, depuis toujours, de combattre les idoles, les sacralités de substitution", Patrick Buisson (le Figaro Magazine)

"Les choses molles m'ennuient", Blutch (Les Inrockuptibles)

"J'aime que les ennemis (ce ne sont plus des adversaires) se découvrent", Christiane Taubira (Le Monde)

"Après le baccalauréat, je me suis inscrite en lettres", Nicole Le Douarin (ELLE)

"Je ressens une baisse d'envie", Jacques Audiard (L'Express)

"Je me suis toujours frité avec les maoïstes", Richard Morgiève (les Inrockuptibles)

"Je mets toute mon énergie à enlever tout ce qui relève de l'exercice de style", Bertrand Burgalat  (Marianne)

"Je crois que je n'aime guère l'autorité", Wes Anderson (Le Monde)

"Je pense que j'ai un côté masculin", Charlotte Gainsbourg (L'Express Styles)

"Je ne saurais trop vous recommander la visite du musée Horta", Anne Pingeot (Vogue)

"Je prends mon temps", Romain Gavras (Obsession)

"Moi, je trouve très bien que certaines choses soient interdites", Jean Giraud dit Mœbius (Rock & Folk)

"Tout petit, j'aimais regarder les images dans les livres", David Hockney (Telerama)

"J'adore les choses futiles et inutiles", Jean-Paul Rouve (Madame Figaro)

"Je suis restée moi-même", Selah Sue (Femina)

"Je suis une personne âgée", Frédéric Beigbeder (Be)

"Je crois en la dialectique", Michèle Reiser (Madame Figaro)

"Je suis loin d'être un rebelle", Jean Dujardin (Be)

"J'en ai surtout marre de voir le temps qui passe et celui qui me reste", Jacques Audiard (L'Express)

"J'aime la routine", Peter Dundas (L'Officiel de la mode)

"J'aime le hasard des rencontres", Isabelle Huppert (L'Express)

"Je pense qu'il ne faut pas faire machine arrière", Ludivine Sagnier (ELLE)

"J'aime que les choses soient comprises sans être dites", Claire Castillon (L'Express)

"Je pense que les femmes veulent être libres", Rihanna (ELLE)

"Je suis très sédentaire dans mon organisation", Sophie Marceau (Madame Figaro)

"Je sais une chose : ce qui compte, c'est l'endurance", Isabelle Huppert (L'Express)

"Franchement, j'ai peu de coup de blues", Roselyne Bachelot (Elle)

"La moralisation me démoralise", Isabelle Adjani (Madame Figaro)

"La dimension politique de l'art m'intéresse beaucoup", Miuccia Prada (Le Figaro)

"Bien sûr, je généralise, je caricature un peu", Marie Cosnay (Le Matricule des anges)

"J'aime que les gens disent la vérité", Donald Trump (New York Times)

"Quand j'ai plus pied, j'ai peur", Joey Starr (Le Monde Magazine)

"J'utilise l'eau avec parcimonie", Léa Drucker (Madame Figaro)

"J'ai reçu plusieurs claques, c'est inévitable", Sandra Legrand (L'Express)

"J'ai été licencié parce que j'étais en rupture", JB Wizz (Vice)

"Je me refuse à tout jugement moral ou esthétique", Michel Rocard (Le Point)

"Je reste toujours prudente quand je parle de Jeannie Longo", Pauline Ferrand-Prévot (La Dépêche du Midi)

"La seule chose que je regrette vraiment avec le temps, c'est la perte de ma banane", Pascal Comelade (Rock & Folk)

"Je suis très indépendant", Dominique Gaultier (Le Magazine des livres)

"Je viens d'une lignée de gens fous", Edna O'Brien (Transfuge)

"J'aime bien la quincaillerie", Michel Houellebecq (Art Press)

"Je crois au confort", Tommy Hillfiger (L'Express Styles)

"Je peux m'habiller tout seul", Sean O'Pry (Vogue hommes)

"Je me suis déjà fait tromper", Orelsan (Technikart)

"J'ai conscience de mes limites"", Rochdy Zem (Libé Next)

"J'ai des reponsabilités", Djamel Debbouze (Télé Obs)

"Moi j'aime les films qui parlent de choses simples", Kevin Costner (Les Inrockuptibles)

"J'aime les défauts des gens", Cléo Le-Tan (Madame Figaro)

"J'en ai marre, j'ai pris du poids, j'ai perdu ma condition", Teddy Riner (Libération)

"Je regarde les nouvelles tous les jours", Gloria Friedmann (France Culture)

"Etant jeune, j'étais égoïste", Martin Amis (Les Inrockuptibles)

"Je suis assez hostile au pouvoir écrasant qu'exerce ma génération", Antoine Lefébure (Chronic'art)

"Je crois en partie à la chance", Natalia Vodianova (Marie Claire)

"Je déteste les réalisateurs qui mâchent tout au public", Ari Folman (Métro)

"Je vois très peu de films", Monte Hellman (Chronic'art)

"J'ai toujours voulu vieillir", Winona Ryder (Les Inrockuptibles)

"Je suis né une grande année", Jacques Garcia (Le Figaro)

"Au cinéma, je pleure facilement", Lisandro Alonso (Libération)

"J'ai appris à relativiser", Kevin Costner (Les Inrockuptibles)

"Evidemment que je m'emmerde dans ce monde", Pascal Comelade (Rock & Folk)

"Je suis vieux déjà. Je radote. Et je bois", Joey Starr ( Le Monde Magazine)

"Le vin m'a toujours inspiré", Richard Peduzzi (Le Figaro)

"Je fais la différence entre le comique et le burlesque", Mahamat-Saleh Haroun (Transfuge)

"J'exagère parfois dans la provocation", Lars Von Trier (Les Inrockuptibles)

"Je me sens sûr de rien, je prends ce qui se présente"", Patrick Bruel (Paris Match)

"J'ai cinq petits-enfants", Jacques Higelin (Femina)

"J'ai l'impression que tout peut déménager d'un moment à l'autre", Haider Ackermann (Vogue Homme)

"Je me méfie de la gloire", Zach Galifianakis (Les Inrockuptibles)

"J'aime la diversité des approches"", Françoise Mouly (Le Monde Magazine)

"Je montre, je ne juge pas", Martin Amis (Le Point)

"Je mène rarement deux projets à la fois", Natalia Vodianova ( TV Magazine)

"Je laisse les choses se faire", Dave Gaham (Les Inrockuptibles)

"J'ai horreur des conflits", Florence Foresti (Paris Match)

"Depuis quelques années, j'essaie de m'habituer à moi-même", Lou Doillon (Vanity Fair)

"Je me laisse influencer par tout", Patricia Urqiida (Les Echos)

"J'aime beaucoup Bouvard et Pécuchet", Philippe Adam (Transfuge)

"J'apprends encore plein de choses", Nicolas Sirkis (Paris Match)

"Je ne me réveille que lentement", Michel Houellebecq (Art Press)

"J'essaie de ne pas m'enfermer dans une catégorie", Mélanie Laurent (Les Inrockuptibles)

"Je rêvais d'être célèbre et de chanter dans des stades", La Yegros (Libération)

"Je veux bien faire plaisir à tout le monde", Johnny Halliday (TGV Magazine)

"Je me connais trop pour m'apprécier", Brigitte Bardot (Vogue hommes)

"J'écoute mon corps, mais je peux aller à son encontre", Elsa Zylberstein (ELLE)

"J'adore les gens qui ne sont pas ce qu'ils ont l'air d'être", Isabelle Carré (Grazia)

"Je commence à avoir du mal à aller au cinéma", Mo Gourmelon (02)

"J'ai un loyer à payer", Camélia Jordana (ELLE)

"Je puise mon énergie dans l'adversité", Johnny Rotten (Télérama)

"Jeune, j'étais égoïste", Jacques-Antoine Granjon (Challenges)

"Evidemment que j'aime gagner", Rafael Nadal (El Pais)

"Je vis sans regret", Fanny Ardant (Madame Figaro)

"Je veux bien suivre un chemin mais sans qu'il y ait des murs sur côté", Bertrand Belin (Les Inrockuptibles)

"J'ai des pertes d'adhérence par rapport à la vie", Michel Houellebecq (Art Press)

"J'affectionne les odeurs de cèdre, de cire, d'essence de station-service (L'Express Styles)

"J'attache beaucoup d'importance à l'humour", Pierre Senges (Transfuge)

"J'aimerais pouvoir dormir que cinq heures par nuit", Jean-Jacques Beineix (Madame Figaro)

"Je suis dans la course quand il y a de la course", Marc Madiot (Le Parisien)

"J'aimerais que l'on ne passe plus d'un sujet à l'autre", David Foenkinos (Psychologies magazine)

"Je suis un être humain", Lance Amstrong (Le Monde)

"Je suis un homme", David Cronenberg (Télérama)

"Maintenant, je suis un vieil homme", Olivier de Kersauzon (Paris Match)

"J'adore Chandler, Brett Easton Ellis", Edna O'Brien (Transfuge)

"J'aime le combat", Jean Marc Apathie (Le Monde)

"Je suis français", Marc Madiot (Le Parisien)

"Je suis citoyen français", Nicolas Sirkis (Paris Match)

"J'étais mauvais élève", Madeon (ELLE)

"Je suis un bricoleur, un chiffonnier, un ajusteur-monteur", Jean-Jacques Schuhl (Technikart)

"Je me fous d'être tendance ou pas", Pierre Petit (Particules)

"Je me considère toujours comme un outsider", Madison Smartt Bell (Transfuge)

"Je sais aussi que les choses peuvent s'arrêter", Leïla Bekhti (Palace Costes)

"J'ai mes petites habitudes", Woody Allen (Le Nouvel Observateur)

"J'essaie de rester lucide", Jean-Jacques Picart (Magazine)

"Je retiens les leçons", Teddy Tamgho (Le Parisien)

"Je trouve certains artistes répugnants", Ai Weiwei (Le Monde)

"Moi, je me considère comme un artiste tout court", Oxmo Puccino (Keith)

"Je suis complétement inculte en sciences occultes", Aurélien Froment (Particules)

"Je déteste les genres et tout ce qui peut leur être associé", Norman Spinrad (Transfuge)

"J'adore gagner", Laurent Blanc (Le Parisien)

"A un moment, je me sentais vieillir", Salma Hayek (Femina)

"J'essaie toujours d'être gentil et patient", Eric Kayser (le Figaro Magazine)

"J'ai des goûts très variés", Cary Sherman (Vice)

"J'ai appris à ne pas me fier à mes sensations", Camille Mufat (L'Equipe magazine)

"J'ai appris à prendre les choses avec philosophie", Teddy Tamgho (Le Parisien)

"J'espère avoir une personnalité unique, avec des valeurs justes", Eric Cantona (Le Monde)

"Moi, je suis un peu nerveux, je ne suis pas assez patient", Guillaume Levarlet (L'Equipe Magazine)

"Je cède parfois à la tentation d'être sur trop de fronts à la fois", Raymond Soubie (Le Figaro Magazine)

"Je fais une chose à la fois", Marc Lavoine (TV Magazine)

"J'ai déjà perdu beaucoup de temps", Samir Nasri (Le Parisien)

"J'aime bien les underdogs", Benicio Del Toro (Les Inrockuptibles)

"J'aime recevoir des coups, j'aime en donner", Manuel Valls (Le Nouvel Observateur)

"Je suis un peu parano", Paul McCartney (L'Express)

"Les coups, je sais les prendre, je sais les rendre", Christiane Taubira (Le Nouvel Observateur)

"Au début, j'avais un peu peur", Nabila (Aujourd'hui)

"Je sais très bien ne pas faillir quand j'ai peur", Carla Bruni (ELLE)

"J'ai peur", Jonah Lomu (Midi Olympique)

"J'ai des doutes, des inquiétudes", Sandrine Kimberlain (Fémina)

Je pense qu'on passe une grande partie de sa vie à chercher sa place", Benoît Poolvorde (Paris Match)

"Je reste un être humain à 100%", Pharrel Williams (Le Nouvel Observateur)

"Je me méfie beaucoup du chantage à l'autobiographie", Justine Triet (Chro)

"J'essaie de ne pas trop me spécialiser", Siri Hustveld (ELLE)

"Oui, j'ai déjà mangé du sanglier", Anne Goscinny (Le Figaro)

"J'adore manger", Blake Livelyn (ELLE)

"J'essaie de manger correctement", Kelly Slater (Le Monde)

"Je suis contre le principe de s'affamer", Scarlett Johansson (ELLE)

"Parfois, je suis fatigué de faire la même chose", Kelly Slater (Le Monde)

"J'adore ne rien foutre", Benoît Poolvorde (Paris Match)

"Si on me pose des questions, je réponds", Edouard Baer (ELLE)

"Je me garderai bien de jugements rapides", Vincent Peillon (Le Nouvel Observateur)

"En matière de mode, je suis devenu de droite", John Waters (M)

"Je me suis parfois demandé si les gens captaient ce que je faisais", Eric Judor (Les Inrockuptibles)

"Je fais partie de ces gens qui adorent la musique, mais sont incapables d'en faire", Antoine de Caunes (TV Magazine)

"Il reste du chemin à faire, mais je progresse", Jacques Charpentier (Le Monde)

"J'ai voulu être honnête", Paul McCartney (L'Express)

"Je dis beaucoup non", Eric Emmanuel Schmitt (TV Magazine)

"Je suis un genre de monstre", Marie Darrieusecq (ELLE)

"J'ai quelques snobismes ", Guillaume Gallienne (Femina)

"A côté de vrais bodybuilders, je ne faisais pas le poids", Antoine de Caunes (TV Magazine)

"J'ai un détachement total par rapport à ma personne", Didier Deschamps (L'Equipe)

"Je force rarement les portes", Vincent Moon (les Inrockuptibles)

"Je suis marxiste au fond", Philippe Sollers (GQ)

"Je me méfie beucoup des accusations sans preuve", Nicolas Dupont-Aignan (VSD)

"Je déteste les explications psychologisantes", Nathalie Kosciusko-Morizet (Citizen K)

"J'aime la diversité", Jean-Jacques Schuhl (les Inrockuptibles)

"Et j'ai toujours la même femme", Philippe Candeloro ( TV Magazine)

"Je suis en recherche perpétuelle", Marie Amélie Sauvé (Madame Figaro)

"Pour l'instant, j'habite à Paris", Charlotte LeBon (Femina)

"J'adore manger", Blake Lively (ELLE)

"J'avance à mon rythme", Audrey Tautou (Femina)

"Je régle les problèmes quand ils se présentent", Jaume Cabré (Chro)

"Je suis une casanière", Carla Bruni (Madame Figaro)

"Je suis là pour défendre un point de vue", Thomas Mayne (New York Times)

"J'adore la camaraderie dans la vie", Véronique Ovaldé (ELLE)

"Entre plus jeune et plus âgé, a priori, je préfère plus jeune", Virginie Efira (GQ)

"J'éteins la lumière quand je sors d'une pièce", Céline Cousteau (ELLE)

"J'ai loupé des tas de choses", François Lenglet (Sud-Ouest Dimanche)

"J'essaie de ne pas être en manque de sommeil", Fei Fei Sun (ELLE)

"J'aime bien cette idée de ne pas choisir", Marc Voinchet (Télé Obs)

"Moi, je fonctionne au feeling", Jenifer (TV Magazine)

"Je refuse l'idée de bonheur avec un grand B", Alain Schifres (Sud Ouest Dimanche)

"Je suis très bordélique", Laura Smet (Madame Figaro)

"Je crois que les gens haïssent le silence", Fabrice Lucchini (le Figaro Magazine)

"Je trouve consternant de voir ces artistes qui se vendent à toutes les formes de publicité", Jim Jarmusch (Télérama)

"J'aime les longs bains d'eau très chaude", Pénélope Cruz (Madame Figaro)

"Je trouve qu'une intimité se crée dès que quelqu'un se met au piano", Vincent Delerm (Le Monde)

"Je préfère garder mon ressenti", Fabien Galthié (le Figaro)

"Moi, j'ai peur", Carla Bruni (La Parisienne)

"J'aime les nouveaux cas de figure", Pierrick Sorin (Arts Magazine)

"La radinerie me trouble beaucoup", Laura Smet (Madame Figaro)

"Je sais que je ne suis pas éternel", Jean-Luc Mélenchon (les Inrockuptibles)

"Je voudrais être lu comme un écrivain et non être considéré comme un affreux", Richard Millet (le Figaro littéraire)

"J'ai un imaginaire limité", David Simon (Technikart)

"J'aime les gens qui prennent leur destin en main", Nina Companeez (Le Figaro)

"Je déteste les romans normaux", Matthias Zschokke (Le Monde des livres)

"J'ai un sentiment très puissant de la vanité de ce que j'écris", Richard Millet (le Magazine des livres)

"Je fuis les parfums trop forts", Claire Castillon (Madame Figaro)

"Je cherche le déséquilibre", Nicolas Maurice-Belay (Sud Ouest Dimanche)

"J'aime rire", Isabella Rossellini (Femina)

"Je crois au mélange du récit et de l'essai", Richard Millet (Chro)

"Ce que je dis n'est que du bon sens", Jeremy Rifkin (Libération)

"J'ai besoin de dormir", Ines Sastre (Femina)

"J'ai un grand respect pour le règne animal", Edouard Baer (ELLE)

"J'ai l'impression qu'il me reste beaucoup de choses à découvrir", AudreyTautou (Femina)

"Je suis persuadée qu'un bon rouge à lèvres peut pimenter n'importe quel look", Caroline Issa (Madame Figaro)

"Je trouve qu'on ne devrait pas faire la même chose toute sa vie", Jean-Louis Trintignant (GQ)

"Je suis curieux de tout", Yves Camdeborde (Les Inrockuptibles)

"Et j'aime bien l'idée de ne pas être où l'on m'attend", Delphine De Vigan (Le Monde Magazine)

"Je suis plutôt gentil", Robert Zarader (Le Figaro Magazine)

"L'amertume est un sentiment qui me désarçonne", Delphine De Vigan (Madame Figaro)

"Je suis nostalgique de l'époque qui va naître", Joseph Macé-Scaron (Technikart)

"Je déteste le sordide", James Ellroy (Transfuge)

"Je pense être éclectique", Giovanna Battaglia (Madame Figaro)

"Je suis un bricoleur, un chiffonnier, un ajusteur-monteur", Jean-Jacques Schuhl (Technikart)

"J'aime l'idée de prendre à ma charge le grotesque et le ridicule", Chris Esquerre (les Inrockuptibles)

"Je fais ce que je peux", Karin Viard (le JdD)

"J'ai un doigt sur plusieurs choses", Hervé Van der Straten (Magazine)

"J'aime quand la mode surprend", Kate Lanphear (Madame Figaro)

"De plus en plus, j'essaie de chasser tout ce qui n'est pas indispensable", Jacques Chessex (Transfuge)

"Je déteste l'acharnement, en particulier l'acharnement médiatique", Carla Bruni (Welt am Sonntag)

"J'ai fumé de l'herbe", Barack Obama (The New Yorker)

"J'ai toujours regretté de prendre la parole dans les médias", Santiago Amigorena (les Inrockuptibles)

"Je pense avoir trouvé la bonne distance", Bixente Lizarazu (le JdD)

"Je garde toujours le confort en ligne de mire", Elizabeth Von Guttman (Madame Figaro)

"A titre personnel, j'aime beaucoup regarder les magazines", Hervé Van der Straeten (Magazine)

"Je suis très paresseux", Scott Heim (Transfuge)

"Je reste en dehors du circuit littéraire : les festivals, les dîners, les cocktails", Donna Tartt (les Inrockuptibles)

"J'aime être considérée pour ce que je fais", Hélène Grimaud (Madame Figaro)

"Quand j'étais môme, je déconnais beaucoup", Benoît Magimel (Snatch)

"J'essaie d'aller à rebours de la tendance de notre culture à simplifier", Dana Spiotta (Transfuge)

"Plus je vieillis, plus je réalise que je suis le produit de ma famille", Tilda Swinton (les Inrockuptibles)

"Je suis assez casanier", Benoît Poelvoorde (A nous Paris)

"Je suis évidemment élitiste", Richard Millet (Le Magazine des livres)

"Je suis un peu désenchanté", Chris Esquerre (les Inrockuptibles)

"Je vais au bout de ce en quoi je crois", Reda Kateb (Madame Figaro)

"Comme je ne suis pas connu, je peux me balader tranquille", Gregory Van der Wiel (Le JdD)

"Je suis plus têtu que courageux", Sam Millar (Chro)

"J'ai vieilli, mais il m'arrive encore de me montrer brutale", Karin Viard (Télé-Obs)

"J'ai toujours été moi-même", Charlotte Rampling (Libération)

"Je suis un écrivain exceptionnel. Je veux un traitement exceptionnel", Dominique Carleton (Le Nouvel Observateur)

"J'ai développé un sens assez "affirmé" de la contradiction", Jim Jarmusch (Télérama)

"J'adore les chaussettes, c'est comme ça", Dwyane Wade (L'Equipe)

"Je jetterais bien en prison le monsieur qui a inventé les Crocs", Fabien Constant (Stylist)

"Je suis favorable à un décloisonnement des forces spéciales au niveau des personnels navigants", Général Denis Mercier (Air & Cosmos)

"Je pense être différent et être traité différemment", Rolland Courbis (France Football)

"J'entretiens une relation complexe avec l'autoritarisme", James Ellroy (Transfuge)

"J'ai un congélateur qui ne sert pas à grand chose", Evelyne Labouré (L'Auvergnat de Paris)

Ceci dit, j'aime l'idée de la discipline et de l'effort, même si je suis une vraie paresseuse", Betty Catroux (Vogue)

"J'essaie d'être le plus simple et le plus clair possible", Jonathan Coe (LIRE)

"Je veux être au bon endroit", Roland Auzer (Le Monde)

"Je déteste les gens qui abusent de leur pouvoir", Bérénice Bejo (Madame Figaro)

"J'ai un problème avec l'émotion, les remerciements et, partant, avec l'idée de mériter quelque chose", Jacques Audiard (L'Express)

"J'ai plus souvent dit non que oui", Claudia Schifer (ELLE)

"Je refuse de lier la féminité à la fragilité", Géraldine Pailhas (Madame Figaro)

"J'ai d'autres problèmes à régler dans ma vie que de savoir quelle différence je fais entre la flatterie et le compliment", Isabelle Huppert (L'Express)

"Je suis incapable de construire un plan de carrière", Carole Bouquet (Madame Figaro)

"Je revendique un droit éternel à la grasse mat'", Christophe Michalak (Femina)

"Je suis finalement sorti de la pauvreté", Philippe Garrel (les Inrockuptibles)

"J'ai peut-être perdu ma capacité à collaborer avec d'autres personnes", Jonathan Dee (Transfuge)

"Je sais qui je suis", Pascal Soetens (TV Magazine)

"J'aime me surprendre", Catherine Deneuve (Femina)

"J'écris des livres", Dany Laferrière (Le Figaro)

"J'ai l'impression d'avoir plusieurs mains", Christian Garcin (Le Matricule des anges)

"Je pense vraiment que l'enfance n'est pas un temps passé", Chantal Thomas (Le Monde des livres)

"Et bien sûr, je suis très sensible au droit à la parole", Erri De Luca (Le Monde)

"Je voudrais être plus zen", Pierre Dupaquier (Madame Figaro)

"J'essaie toujours de progresser", Tiger Woods (Figaro Magazine)

"J'estime sain d'éprouver une certaine dose de haine de soi", Arnon Grunberg (Le Magazine littéraire)

"Manifestement, je suis quelqu'un qui aime la couleur, Pharell Williams (Madame Figaro)

"Je suis encore dans de vieux schémas", Sophie Marceau (Femina)

"Je me sens fier et vieux", Keanu Reeves (Le Figaro)

"Je suis assez passe-partout, il me semble", Jane Birkin (Le Monde)

"Je déteste les troupeaux", Guillaume Sélosse (Terre des vins)

"J'aime la vulgarité car elle crée la différence", Odile Decq (Madame Figaro)

"Un jour, j'ai joué au tennis", Yannick Noah (Le Parisien)

"Je fais mon travail", Emmanuelle Devos (Transfuge)

"Je suis devenu meilleur critique de mon travail", James Salter (Les Inrockuptibles)

"Je vois le verre à moitié vide", Christine (Le Monde)

"Je suis un pessimiste raisonné" Martial Raysse (Art Press)

"Si je peux faire chier, j'aime bien", Lewis Trondheim (Le Monde)

"J'ai adoré "Django Unchained" de Tarantino", Bérénice Bejo (Madame Figaro)

"Je n'ai que des doutes", Baxter  Dury (Next)

"Je suis à un âge où je n'ai pas envie de m'acclimater", Yvon Lambert (M)

"J'accepte le fait que certaines personnes me détestent", Mikki Kendall (Vice)

"Je serais bien en peine de dire qui je suis", Louis Garrel (Marie Claire)

"J'étais plutôt agité et bavard", Olivier Delacroix (Télé Obs)

"Ma bibliographie est cohérente, je crois", Philippe Artières (Les Inrockuptibles)

"Je sais d'où je viens", Rita Ora (Be)

"J'aime qu'un livre ait sa forme propre", James Salter (Les Inrockuptibles)

"Je suis toujours un peu pris au piège par la surenchère", Claude Lévêque (Be Contemporary)

"J'ai un bon équilibre dans mon couple", Stromae (Cosmopolitan)

"'J'ai souvent des envies d'histoire", Brett Easton Ellis (Technikart)

"Je vois peu de films où, face à une scène, on n'a aucune idée de ce qui va suivre", Jeff Mills (So Film)

"J'ai de plus en plus de mal à voir un film", Jean-Marie Straub (Les Inrockuptibles)

"Je me sens plutôt bien", Ernesto Bertarelli (L'Equipe)

"Je passe beaucoup de temps à réfléchir", James Salter (Les Inrockuptibles)

"Je préfère déjouer", Azouz Begag (Le Monde)

"J'ai eu des copains qui ont eu un cancer", Nathalie Baye (Têtu)

"Je me dépatouille avec ce que j'ai", Christian Garcin (Le Matricule des anges)

"J'ai souvent besoin de m'appuyer sur des détails réels", Patrick Modiano (Le Magazine littéraire)

"Je le dis très clairement, je continue à travailler", Alain Juppé (Le Figaro Magazine)

"Je suis en constante évolution", Melody Gardot (Madame Figaro)

"J'essaie de comprendre", Jean-Marc Aubert (Le Matricule des anges)

"Je suis un garçon", Wim Delvoye (Bing)

"J'essaie de m'abstenir d'écrire des livres que j'ai déjà lus", Jean Rollin (Le Matricule des anges)

"Je me méfie de ce que disent les artistes", Bruno Perramant (Particules)

"J'ai mes petites habitudes", Woody Allen (Télé Obs)

"J'écoute mon corps", Elsa Zilberstein (Elle)

"Je suis obligé de contourner beaucoup de choses", Bertrand Belon (Les Inrockuptibles)

"Je pense donc que le poisson pourrit par la tête", Christine Lagarde (Le Figaro Madame)

"J'ai besoin de beaucoup de temps pour me réveiller", Bali Barret (Elle)

"J'écoute beaucoup de musique", Catherine Deneuve (Les Inrockuptibles)

"Je considére les images comme des fenêtres offrant des potentialités" Stefan Tcherepnin (Numero)

"J'ai toujours été entre le froid et le chaud avec la photographie", David Hockney (Le Figaro Madame)

"J'ai des enfants", Stéphane Sessegnon (L'Equipe)

"J'aime savoir ce qui se passe", Géraldine Pailhas (Ideat)

"Cela m'intéresse d'observer comment une femme évolue dans le monde actuel", Isabelle Czajka (Studio Magazine)

"J'ai toujours eu un doute sur la constance de l'âme humaine", Thierry Marx (Le Figaro Madame)

"J'étais drôle à l'école", Thomas Ngijol (Les Inrockuptibles)

"Je fais des trucs dont je suis content", Michel Houellebecq (Marie-Claire)

"Je fais attention à l'eau", Christian Louboutin (Le Figaro Madame)

"Je suis un peu différent", Son Jujimoto (Courrier International)

"J'aime qu'une femme raconte sa propre histoire", Vanessa Seward (Numero)

"Je connais ma valeur, mon importance", Edouard Limonov (BibliObs)

"Je suis peut-être devenu une icône pour certains", Paul Weller (Paris Match)

"J'ai peu de souvenirs traumatisants", Maryam Madjidi (Grazia)

"Je suis asociale", Nathalie Rheims (Gala)

"J'ai toujours rêvé d'être un mauvais écrivain", Nick Tosches (Transfuge)

"Je réfléchis tout le temps", Lana Del Rey (Les Inrockuptibles)

"Je dors autant que possible", Victoria Bekham (Madame Figaro)

"Je vis", Christiane Taubira (Paris Match)

"J'ai toujours adoré le western", Quentin Tarantino (Les Inrockuptibles)

"Je suis rancunier", Jacques Cavallier-Belletrud (Madame Figaro)

"J'écris contre", Emilie Frêche (Elle)

"D'habitude, je fais un pas de côté vis-à-vis du réalisme", Laurent Gaudé (Point de vue)

"Je fais avec ce que je suis", Tim Burton (Madame Figaro)

"Je triche un peu en faisant des recherches", Aurélien Bellanger (Grazia)

"J'aime les routines", Sharon Stone (Gala)

"J'essaie de mener une vie normale', Kamel Daoud (Les Inrockuptibles)

"Je suis sensible à l'injustice", Tanguy Viel (RTL)

"Je me méfie des idées simples", Aurélien Bellanger (Grazia)

"Je suis très jusqu'au-boutiste", Lalou Bize-Leroy (Terre de vins)