Maison
Page d'accueil


Frédéric Roux

AMERICANA 1

(A JOURNEY)


Gotham, Ithaca, Ashtabula, Grand Rapids, Petoskey, Marquette, Ashland, Castle Danger, Lutsen, Bemidji, Fargo, Pierre, Kyle, Rapid City, Billings, West Yellowstone, Jackson Hole, Garden City, Wendover, Winnemucca, Auburn, San Francisco, Monterey, San Simeon, Mojave, Las Vegas, Kanab, Page, Bluff, Taos, Santa Fe, Santa Rosa, Amarillo, Oklahoma City, Mount Magazine, Little Rock, Memphis, Nashville, Louisville, Charleston, Elkton, Front Royal, Bethlehem, Brooklyn, Gotham.



Chien

Le chien
New York

Metro

Le Metro
New York

COULOIR

Le couloir
New York


CURES

Les curés
New York


T SHIRTS

Les T-shirts
New York


CLODO

Le clochard
Ohio


TOBOGGAN

Le toboggan
Michigan


PASTA

Les pâtes
Michigan


KING

Le Roi
Michigan


WALMART

Le Walmart
Wisconsin


BUCHE

Le bûcheron
Minnesota


GRAFS

Les graffitis
Minnesota


PALIN

La candidate
Minnesota


TABLIERS

Les tabliers
Minnesota


GLOVE

Le gant
Minnesota


PANCARTE

La pancarte
Minnesota

Le fantôme
Minnesota


BUICK

La Buick
Dakota


AVANT

L'entrée
Dakota


POP CORN

Le pop corn
Dakota


WOLF

Le loup
Dakota


CERF

Le cerf
Dakota


BEAVER

Le castor
Dakota


BOB


Chez Bob
Dakota


FISH

Les cannes à pêche
Dakota


SIOUX

Le Sioux
Dakota


NATHAN

Le Navajo
Dakota


SINCLAR

Chez Bob
Dakota


PREFAB

Le préfabriqué
Dakota


STOCK

Le stock
Dakota


AMISH

Les Amish
Dakota


WOUNDED KNEE

La tombe
Dakota


ROAD

La route
Dakota


VALLEY

La vallée
Idaho

YELLOWSTONE

Les geysers
Wyoming


TANKA

Les bisons
Wyoming


LAKE

Le lac
Wyoming


PEAK

Le pic
Wyoming


SKY

Le ciel
Wyoming


BEAST

Le squelette
Idaho


LAC

Le lac
Utah


ANTENNE

L'antenne
Utah


SEL

Le sel
Utah


TREE

L'arbre
Utah


DOWN

La descente
Utah


BRETELLE

La bretelle
Nevada


CASINO

Le casino
Nevada


BASQUE

L'enseigne
Nevada


GOLF

Le golf miniature
Nevada


PISCINE

La piscine
Californie


VIEW POINT

Le point de vue
Californie


Pagode

La pagode
Californie


IMPASSE

L'impasse
Californie


TV

Le poste de télévision
Californie


AIR

Le meeting aérien
Californie


BEAT

Le musée
Californie


TATOO

Le tatouage
Californie


CONS

Les cons
Californie


PELICAN

Le pélican
Californie


SEALIONS

Les lions de mer
Californie


CABIN

La cabane
Californie


GUIDE

La guide
Californie


CATSUP

Le catsup
Californie


PUMP

Les pompes
Californie


ANGOISSE

L'angoisse
Californie


CARAVANES

Le camping
Californie

DREAM

Le Rêve
Nevada


NUQUES

Les nuques
Nevada


REST

Les toilettes
Nevada


JERICHO

Les trompettes
Nevada


RIALTO

Les gondoles
Nevada


GIFTS

Les souvenirs
Nevada


WALL

La muraille
Arizona


SMOKE

La fumée
Arizona


PRAIRIE

La prairie
Arizona


WAVE

Les vagues
Arizona


LEFT

Le virage à gauche
Arizona


TWILIGHT

Le crépuscule
Arizona


TROIS

Les fumées
Utah


ANNONCES

Le panneau
Utah


PANCARTE

La pancarte
Utah


NO

L'interdiction
Utah


TRADE

Le fonds de commerce
Utah


STUDIO

Le studio
Utah


HAT

Le sombrero
Utah


CLICHE

Le cliché
Utah


TWINS

Les jumeaux
Utah


STUD

La Studebaker
Utah


ARTISAN

L'artisan
Nouveau Mexique


RIO

La faille
Nouveau Mexique


RECUERDO

Le souvenir
Nouveau Mexique


VIRGEN

La Guadalupe
Nouveau Mexique


66

La route
Nouveau Mexique


POOL

Le pot de fleur
Nouveau Mexique


EMPREINTE

L'empreinte
Nouveau Mexique


MOTEL

Le motel
Nouveau Mexique


BRIDGE

Le pont
Nouveau Mexique


ROOM

La chambre
Texas


ENCLOS

Le conseil
Texas


SOL


Le sol
Texas


MORE

Le petit plus
Texas


CROSS

La croix
Texas


EX VOTOS

Les ex-votos
Oklahoma


WARNING

Les précautions
Oklahoma



JR

L'entaille
Arkansas


FORET

La forêt
Arkansas


911

La Porsche
Arkansas


RESTROOM

Les toilettes
Tennessee


REMEMBER

La mémoire
Tennessee


STARS

Les vedettes
Tennessee


ROOM

Le bon goût
Kentucky



FIRE

Les pompiers
Kentucky



WALK

Les passants
Kentucky


ALI

Les toilettes du Musée
Kentucky



BEHIND

L'arrière cour
Kentucky


BENNE

La benne
Kentucky



RAINY

La pluie
Virginie



S

Les lacets
Virginie


RIVER

La rivière
Virginie



HORIZON

Les collines
Virginie



HOME

La petite maison
Virginie



CEILING

La trappe
Virginie


BENNE

La benne
Virginie



RAYS

Les rayons
Virginie



POLICE

La Ford
Virginie


FALL

L'automne
Virginie



MOTEL

Le motel
Virginie



WARNING

L'avertissement
Virginie



GARAGE

Le garage
New York



PLANE

L'avion
New York



FREEDOM

Les grues
New York



GREEN

La verte
New York



WHITE

La blanche
New York



RED

La rouge

New York




LIGHTS

La presqu'île
New York



LUGHT

Le lampadaire
New York




BASQUE

Le fronton
New York



FOG

Le fog
New York



RESTO

Le restaurant
New York



Highway 61




J’ai raté la finale du 100 mètres aux JO de Pékin (ce serait un Jamaïcain nourri à la ganja qui aurait gagné), il n’était donc pas question que je rate le débat entre les deux candidats à la présidence du monde développé, d’autant plus que j’étais sur place. Enfin presque… pas dans le Mississippi comme quelques bons milliers de journalistes plus ou moins « embedded », mais dans le Minnesota. Plus précisément à Lutsen sur le Lac Supérieur (le plus grand lac du monde, 10% des réserves d’eau douce de la planète), Motel Mountain Inn, chambre 101 (deux lits doubles, smoke free, micro-onde, table-top, free wi-fi, spa, sauna, 110 $ sans les taxes) sur la Highway 61 (Bob Dylan est né pas très loin).

La soirée a mal commencé, des orages ont balayé la région à partir de 19 heures, des orages américains, « bigger than life », une heure avant le débat, tous les faisceaux étaient coupés, mais trois quarts d’heure plus tard, tout était rentré dans l’ordre, les éclairs ont cessé d’illuminer ma chambre et CNN triomphait des éléments.
Dans un studio, une demi-douzaine de journalistes accoudés à une table encombrée d’une demi-douzaine d’ordinateurs portables (à quoi pouvaient-ils bien servir sinon à souligner que ces types étaient au courant de tout ce dont nous sommes privés ?) refaisaient le match avant qu’il n’ait eu lieu à tel point que je me suis sérieusement demandé si je ne m’étais pas entortillé les méninges dans les décalages horaires. Que nenni, le match a commencé à l’heure et, franchement, comme tous les matchs à gros enjeu, il n’a pas été très passionnant, un peu ennuyeux même et même, sur la fin, carrément emmerdant.
Une mi-temps complète a été consacrée à la crise économique, les deux impétrants, l’air pénétré qu’arborent tous les Américains à proximité d’une caméra, faisant montre d’une adresse stupéfiante, ont jonglé avec les billions de dollars. La seule différence étant qu’ils avaient l’air de ne pas vouloir les laisser tomber aux mêmes endroits (ça peut faire une différence).
McCain ne voulait pas désespérer Wall Street, Obama voulait donner quelques raisons d’espérer à Main Street.
Pour la politique étrangère on a eu droit aux mêmes différences et aux mêmes répétitions, avant de passer à autre chose, Obama serait plutôt partisan d’écrabouiller l’Afghanistan ; McCain n’y voit pas d’inconvénient, mais rajoute l’Irak au pot et l’on sent bien que quelques banlieues proches ne lui feraient pas peur (l’appétit vient en mangeant).
En ce qui concerne la guerre, ils avaient tous les deux une mère éplorée sous le coude (Obama l’arborait même au poignet), celle du républicain venait de perdre son fils et lui demandait (c’est sûrement vrai) de gagner la guerre pour qu’il puisse reposer en paix ; celle du démocrate lui avait confié qu’il n’y avait pas de douleur pire que celle de perdre son fils (c’est sûrement vrai).
C’était le seul moment d’émotion, d’ordinaire, Hollywood en prévoit davantage.
McCain est plutôt terne, Obama pas très brillant (hormis qu’il porte l’Armani comme personne, qu’il est propriétaire d’au moins 44 dents et que, s’il est élu, Nicolas peut s’acheter un escabeau) ; dans mes souvenirs Hillary Clinton leur est bien supérieure.
Les conseillers de McCain lui avaient demandé de forcer sur son « expérience » et la naïveté supposée de son adversaire (« Le sénateur Obama ne se rend sans doute pas compte que… »), ceux d’Obama de ne surtout pas être agressif envers le héros ; une consigne trop bien appliquée par le sénateur Obama qui commençait toutes ses phrases par « John a raison » et qui a terminé la rencontre en congratulant son adversaire… « Good job, John ! », avant de lui présenter sa femme.
Je ne parle pas un anglais assez sophistiqué pour avoir apprécié toutes les nuances des discours tenus, je ne suis pas non plus un fin connaisseur de la politique américaine, mais deux choses m’ont frappé plus que les arguments échangés, convenus dans l’ensemble sinon simplistes. Tout d’abord un plan fugitif des publics respectifs des candidats : les démocrates étaient tous des mâles noirs faisant visiblement partie de la classe moyenne, les républicains étaient tous des républicaines blanches du genre retraitées inquiètes pour leurs fonds de pension, mais ce qui m’a semblé le plus remarquable est le dispositif graphique adopté par CNN.
Sous les deux candidats apparaissait un écran plus petit qui faisait penser à ceux des amplis des années 80 où l’on suivait, fasciné, les tribulations des basses et des aigüs. Sur cette incrustation, on pouvait suivre, en direct, les réactions du public aux propos des candidats, une ligne pour les démocrates (treble), une ligne pour les républicains (bass), une ligne pour les indépendants (medium), comme un sondage en temps réel lisible comme un électrocardiogramme oscillant entre tachycardie et calme plat (mort du sujet).
On peut imaginer l’usage que feront les analystes et les stratèges d’un système de ce genre et prévoir sans grand risque de se tromper des hommes politiques équipés d’oreillettes comme les chanteurs de variétés, au risque qu’ils se transforment peu ou prou en marionnettes téléguidées d’ailleurs, mais d’où ?
Le spectacle a tout à y gagner, le politique, peut-être pas.


Texte envoyé à Sud-Ouest le 27/09/2008 et, à ma connaissance, non publié.
Ce qui tendrait à prouver qu'il ne suffit pas de connaître le directeur de la rédaction pour que l'on trouve ce que vous écrivez intéressant.