Maison
Page d'accueil

AU JOUR LE JOUR
2011
archives
(premier trimestre)


SEMESTRE

Margarita ante porcos






31/03


QUE DEMANDE LE PEUPLE
?



CABANE

Une chaumière



PROGRAMME

et ce qui va avec…








30/03

Il est d'usage que les "historiens" et les "analystes politiques" soient d'accord sur le fait que François Mitterrand a donné le baiser de la mort au Parti communiste*, si l'on suivait certains de ses thuriféraires, il aurait même détruit le Mur de Berlin à lui tout seul, il est moins courant qu'ils le soupçonnent d'avoir réservé le même sort au Parti socialiste**.

* il est vrai que de son déclin, les classes populaires ne se portent que mieux !
On peut le vérifier tous les jours.
** ou, peut-être, simplement, au socialisme…


ANALYSTES

Les futurologues s'ébattent





28/03

MAIS OU SONT LES NEIGES D'ANTAN ?

Je trie une tonne d'archives (les miennes), et je tombe sur des trucs fameux : Philippe Sollers faisant de la publicité pour Georges Rech tout en vitupérant la nrf; des faits-divers dont on ignore la fin : qu'est donc devenue Sylvie Douce de la Salle, conservatrice au musée de Chartres suspendue de ses fonctions en 1987 ? ; des tracts politiques saugrenus : Jean-Pierre Roche, ancien maoïste bordelais, "aristocrate libertaire" (sic) qui se présentait aux élections avec un programme "Ni gauche", ni droite" aux élections* de 1986, plaidant pour une "politique d'immigration ferme, ni laxiste ni raciste" ("rapatriement des clandestins", "droit de vote réservé aux citoyens français")  ; tant que nous en sommes au local, en 1989, selon Télérama, les dix de la culture à Bordeaux étaient : Roger Lafosse, Jean-Louis Froment, Alain Lombard, Alain Marty, Jean-Marie Planes (et Danièle Martinez), Francine Fort, Jean Laforgue, Guy Suire, Philippe Le Leyzour et Pierre Veilletet ; au niveau national, les douze peintres qui comptaient en 1987, selon l'Evènement du jeudi, étaient : Jean-François Lacalmontie, Bernard Furiot, Philippe Cognée, Georges Autard, Gérald Thupinier, François Boisrond, Eric Dalbis, Jean-Charles Blais, Hervé Di Rosa, Jean-Luc Poivret, Rütjer Ruehle et Catherine Lopes-Curval !
Au lieu de nous gausser d'hier, méfions-nous d'aujourd'hui, il n'y a que les noms qui ont changé.

* mon père figurait en 23° position sur une de ses listes, il avait choisi de faire mentionner comme profession "métallurgiste" !
Une grande partie du programme, poujadiste New Age, du dit Roche pouvait plaire à mon paternel…
("Pour l'écologie, la qualité des produits et l'information des consommateurs, la promotion des médecines douces, une fiscalité allégée,
la revalorisation de l'agriculture, du commerce, de l'artisanat et du travail indépendant, la réduction du nombre de fonctionnaires et des charges sociales", etc).
Aristocrate libertaire, je vous disais.
Une seule chose à porter à son crédit : une affiche où il était photographié nu derrière un fauteuil avec comme slogan : "Demain j'enlève le siège".
A ce propos, j'ai eu récemment des nouvelles de Myriam.


NEIGES


Mais que sont devenus : Rita Sherrer (qui avait de si jolis seins*), Gotscho, Axelle Red, Mallaury Nataf, Jean-Michel Boucheron, Pierre Conty, Agnès Michaux, Sylvana Lorenz, Marc Cholodenko, Marlène, Dédé Shangaï, Jean Vérame, Sydney Rome, Brigitte Cornand, Laurent Joubert, Daniel Baugeste (renseignement pris, celui-ci, authentique génie selon certains, est mort), Filly Houtteman, Divine BrownTabatha Cash, Fabrice Loko, Cristina Sanchez, Marthe Lagache, Constance Chaillet, Malika Oufkir, Jean-Paul Abribat, Jennifer Kouassi, Muriel Amori, Darie Boutboul, Nicole Avril, Bloch & Pesenti, Maître Binoche, Marie France Botte, le Capitaine Karim, Arno Karsfeld, Frédérique Bredin, Louis Cane, Michel Tabachnik, Djamel Bourras, Mouna Al Ayoub, Aurore Drossard, Jacqueline Chadek, Doc Gynéco, Ricardo Bofill, Larissa Doublet, Lulu (la restauratrice, pas la chanteuse), Enzo Enzo, Lili Van Der Stokker, Jean-François Fogel, Hortense Dufour, Laurent Dispot, Thierry Cheverney, MC Solaar, Surya Bonaly, Omar Raddad, Saïd Skouma, Cathy Rosier, Catherine Rihoit, Pierre-Louis Rozynès, Ticia, Jade Lindgaard, Marjolaine ?

* Il y a vingt ou trente ans, les seins des filles étaient plus petits, mais plus jolis

A quand les nouveaux livres de Syrine (que Sorin défendait contre moi chez Flammarion avant de "défendre" Christophe Khim et Christophe Duchâtelet, les gentils Perpendiculaires), Richard Cannavo (qui m'a viré de Télé-Obs), Gilles Anquetil, Claude Weil, Marlène Amar, Eric de Saint Angel, Thierry Gandillot, Fabrice Pliskin, tous mes gentils collègues qui étaient des génies presqu'autant que Jean-Paul Dubois, Jean-Paul Mari et Serge Raffy ; Mathieu Riboulet, Louis-Charles SirjackIvan Sigg, Cyril Putman, Jean Delabroy, Nadine Laporte, Christian Ganachaud, Philippe Pacard, Daniel Meynard, Aurélie Filippetti, Charles Gancel, Delphine Coulin, Catherine Locandro, Françoise Granby, Serge Delaire, Patrice Pluyette , Thibault de Montaigu (apparenté Gallimard), Dominique Meens (le roi des bourses), Clémence Boulouque, Olivier Pourriol, Bernard Barokas?






26/03

CE WEEK-END,
ON RESTE A LA MAISON

MAISON





24/03

LIZ BIS

Richard Burton disait d'elle qu'elle avait un double menton, un gros cul
et qu'elle était basse sur pattes, ça ne l'a pas empêché de l'épouser deux fois,
elle devait bien avoir autre chose que ses yeux


En hommage à Elizabeth Taylor, France 3 a diffusé La chatte sur un toit brûlant, invraisemblable tartignolerie en Technicolor, Paul Newman y est nul à chier (sur chaque plan où il apparaît, il se balade un verre à la main pour bien souligner qu'il boit), Liz aussi mauvaise que d'ordinaire et les autres acteurs à l'avenant, le plus marrant m'a semblé la ressemblance entre l'acteur qui joue le frère de Paul Newman et Vincent Moscato, Moscato étant, peut-être, meilleur comédien.
Et dire qu'il faudra attendre vingt ans pour que l'on se rende compte que James "White Trash" Ellroy est aussi mauvais que Tennessee "Au théâtre ce soir" Williams.


TENNESSEE



J'aimerais bien connaître un sujet à propos duquel Michel Onfray n'aurait pas une opinion supérieure à la mienne*.

* marche aussi avec Daniel Pennac, mais dans un autre genre


Sur la piste


EGALITE

impossible de départager

Bernard-Henri Lévy
et Daniel Cohn-Bendit





23/03

Olivier Poivre d'Arvor se félicite d'avoir command(it)é l'actuelle campagne de publicité de France Culture à Philippe Ramette. Moi je veux bien, mais ce que je constate c'est que la dite campagne de publicité (comme beaucoup d'autres) est illustrée par des photographies de Philippe Ramette qui datent de plusieurs années.
Le plus intéressant en la matière, après avoir constaté que, depuis Magritte, un certain surréalisme attire les publicitaires, serait de se demander de quel surréalisme (qui doit tant à Carelman) il s'agit.



ANNIE GIRARDOT EST MORTE

LIZ

RIP





22/03

A la campagne, c'est naturel, on regarde le journal de 13 heures de TF 1 et les actualités régionales. On comprend mieux…

Jean-Pierre Pernaud c'est le Frère Ubu ou alors le type que, dans Le cave se rebiffe, Françoise Rosay reconnaît de suite, puisqu'on lui en a fait un "portrait parlé".
 

TEMPERATURE


En tous les cas, il fait beau




21/03

Il y a une vingtaine d'années, j'avais déjà remarqué les immenses possibilités délirantes de Danielle Sallenave, à l'époque, largement inférieures, certes, à celles de Marguerite Duras, mais assez prometteuses tout de même pour que je me réjouisse aujourd'hui d'y avoir placé mes espoirs. L'agrégée de l'Université, Prix Renaudot, grand prix de l'Académie française, jurée Fémina, candidate à l'Académie française à lunettes s'est chargée de l'éditorial du Libération "Spécial Ecrivains"  (un numéro tellement original qu'on le dirait rédigé par des stagiaires issus de l'IUT de Talence)… ce qui la frappe surtout, c'est la ressemblance entre Fukushima et Fukuyama… sur sa lancée, elle profite de cette homophonie approximative pour pousser un petit couplet approximatif sur la fin de la planète qui serait à l'ordre du jour davantage que la fin de l'histoire ou la fin de l'orthographe et de la grammaire qui l'a toujours préoccupée.
C'est vrai, Fukushima et Fukuyama, ça se ressemble… mais pas plus que Fukushima et Hiroshima, Fukuyama et Fuji Yama ou Sallenave et sale nave !
Fuck Oshima ! dirait le cinéphile…

FUKUSHIMA

Fukushima, mon amour


Encore heureux, depuis que la Japonaise qui montrait sa culotte devant un champ de ruines s'est rhabillée, l'intervention de l'Empire en Lybie est survenue, les médiatiques s'y sentent en terrain connu… Ils s'épanouissent sur les champs de bataille comme les fleurs sur le fumier : les lueurs vertes dans la nuit, les experts militaires (je ne sais pas si ce sont les mêmes que d'habitude ou si on les a clonés, en tous les cas, ils se ressemblent) ressortis du placard, les reporters en chèche (au cas où l'on croirait qu'ils sont en studio et non pas "sur site") lorsqu'ils ne sont pas carrément en uniforme (l'envoyé spécial de TF1 sur le Charles de Gaulle), on se retrouve enfin sur un terrain balisé à la perfection, celui de la propagande… ça soulage sacrément ! On n'a plus qu'à se laisser aller en roue libre et profiter de la pente.
Tout ce joli monde respire le sang à pleins poumons et transpire le manichéisme à plein nez, et tout ça, les fait, à l'évidence, s'oublier dans le fond de leurs sarouels !
A les contempler ("Contemple-les, mon âme, ils sont vraiment affreux"), il faut avoir l'estomac solide pour que la nausée ne vous submerge pas (comme un tsunami oublié). Ce que disait
l'abbé Grégoire des poètes  : "De tout temps, les poètes ont toujours été la caste la plus méprisable qui soit" s'applique parfaitement aux journalistes… la poésie en moins !


EMPIRE

Les experts sont sur site


Art Press, "NOUVELLE FORMULE" ! Spécial art américain ; interview d'Yvon Lambert ; article sur Bernard Dufour (plus ça va, plus sa peinture est épouvantable, ce type est remarquable au moins à un titre : il ne fait rigoureusement aucun progrès et salopera aujourd'hui plus qu'hier, mais bien moins que demain) ; quatrième de couverture : publicité pour Daniel Templon ! C'est ce que l'on appelle une nouvelle nouvelle formule !
En prime, le mari de la patronne nous entretient de son livre sur l'opération de la prostate qu'il a subie… ce genre d'intervention fait, soi-disant, réfléchir à la proximité de la fin… Jacques Henric n'a jamais eu beaucoup d'imagination, il lui faut une anesthésie générale pour se rendre compte qu'il est (de plus en plus) mortel !




19/03

CE WEEK-END,
ON PLANE

ON PLANE






17/03


Au Salon du livre, ils ont eu beau élargir les allées, rameuter les écrivains du bassin du Congo et brader les stands, la halle est si peu occupée qu'il faut traverser un no man's land désolé pour aller pisser.


SALON DU LIVRE

Ça sent le roussi !


Les catastrophes qui ne sont pas spectaculaires lassent vite.

SIN VERGÜENZA*
* en espagnol, c'est mieux !



SIN VERGUENZA



Un ébouriffant vent de liberté né dans les rues de la Tunisie vient de souffler autour de la Méditerranée. Cette révolution, qu'aucun historien n'a senti venir, appartient aux peuples et à eux seuls. Ces hommes et ces femmes n'ont eu besoin de personne pour libérer leur pays du joug politique. Pourtant, après la tempête, l'économie de ces démocraties en herbe peine à redémarrer. Elle le pourra notamment grâce au tourisme, qui en Egypte emploie un travailleur sur trois.
Alors trois bonnes raisons de partir à Pâques : participer à la résurrection touristique en Egypte, découvrir de nouveaux mondes comme l'Est américain ou la douceur de Bali et enfin partir méditer à son sujet lors d'une retraite européenne ou indienne.

Offre spéciale en avril et mai : la Flâneuse vous fait les yeux doux

         9 jours / 7 nuits à partir de 1600€ par personne      
               
         3 jours / 2 nuits à partir de 550€ par adulte et 400€ par enfant      
               
         8 jours / 7 nuits à partir de 850€ par personne      
               
         9 jours / 7 nuits à partir de 3100€ par personne      
               
         13 jours / 10 nuits à partir de 3200€ par adulte et 2500€ par enfant      
               
         6 jours / 4 nuits à partir de 1500€ par personne      
                              
En pleine actualité, en pleine mutation : découvrez l'Egypte moderne et antique, les merveilles du Nil et du désert blanc, les adresses tendances du Caire et d'Alexandrie dans une brochure nouvelle génération à paraître courant avril.





16/03


Aujourd'hui, journée spéciale : anniversaire de la naissance de ma femme et de la mort de ma mère.


Poo-Poo-Poodle !

BLACK OR WHITE

Black
OR
White


Suivant l'effet "papillon" bien connu des spécialistes : un tsunami au Japon peut ne RIEN déclencher rue Saint-Charles (XV° arrondissement).



GALLIANO

John Galliano compte porter l'affaire devant
le tribunal des Prud'hommes





15/03

Nicolas Fargues remercie de son choix
la rédaction de Télérama au grand complet

FARGUES

Ecœuré, Mathieu Lindon leur tourne le dos



PAPA SIGNE

Papa signe


MAMAN JOUE

et Maman joue


Voici venir le temps des falsificateurs de bonne foi.


Montparnasse

INSTALLATION TELECOM

Installation anonyme*

* Thomas Hirschhorn peut aller se rhabiller




12/03

CE WEEK-END,
ON LACHE PAS LE MORCEAU

MORCEAU






09/03

ALLEZ LES JEUNES !


MORT


Communiqué de presse


Coordination Défense de Versailles

du 8 mars 2011

MELANGE DES GENRES, AVEUGLEMENT :  APRES MICHELE ALLIOT-MARIE, J.-J. AILLAGON ?  

______________

A VERSAILLES, LE LAVAGE  DE  CERVEAU DES « TRÔNES »  :

SYMBOLE D’UNE FRANCE SANS VOIX ET SANS DIPLOMATIE  !

______________


 
A NOUVEAU J.-J. AILLAGON NA PAS TENU SON ENGAGEMENT de ne plus faire d’exposition d’objets hétéroclites dans les Grands Appartement royaux, n’ayant rien à voir avec le style, l’époque et la mémoire du lieu, à seul fin d’y pérenniser les expositions new-yorkaises de dérision (Le Monde 3 sept. 2010 et Communiqué 11 janv. 2011). Son exposition des « trônes » consacre une politique de mélange des genres suicidaire !

 
█   14 DÉCEMBRE 2007, KADHAFI A VERSAILLES « C’EST UN GRAND EVENEMENT ! »,

Le trône postiche en « carton pâte » de Louis XIV installé par ses soins, voilà le fantasme récurent que J.-J. Aillagon avait tenu à présenter, lui-même, à Kadhafi, vêtu d’un blouson d’aviateur en cuir et accompagné d’un cortège de 25 voitures sous haute protection policière, en l’accueillant d’un claironnant : « C’est un grand évènement ! » Tandis que Le chef Libyen s’attardait longuement devant ce ridicule et prémonitoire trône en carton pâte, à la Koons, J.-J. Aillagon, qui se vante de changer le regard du monde entier sur Versailles, lui avait doctement « expliqué » : « C’est là que le roi recevait les ambassadeurs ». Le colonel Libyen avait signé le livre d’or en arabe.

 
█   10 SEPTEMBRE 2009, AVEC JEFF KOONS 1ER A VERSAILLES,

En sacrant Jeff Koons 1er sur le trône de Louis XIV, le 10 septembre 2008, le faiseur de rois de dérision, J.-J. Aillagon, avait lancé sa nouvelle politique affairiste de confusion des genres, par l’intronisation du « chouchou » de son ancien patron François Pinault, en exposant 6 objets de sa collection sur les 17 de l’exposition. A l’époque, le triomphalisme du mélange des genres (Art, Argent, Pouvoir) osait encore afficher le succès de son OPA réussie sur la Vitrine des Grands Appartements Royaux dans Ouest France du 6 septembre 2008.

 
█   27 FEVRIER 2011, MICHELE ALLIOT-MARIE DETRONEE, en nouvelle victime symbolique du mélange des genres et d’une annulation de la France mis au cœur de la politique culturelle de l’Etat à Versailles.

 
█   1 MARS 2011, OUVRANT L’EXPOSITION « TRÔNES » en majesté, sinistre enfilade de sièges, sans queue ni tête, ni « juge du siège » -, J.-J. Aillagon prétend, contre toute vérité que : « Cette exposition a un intérêt historique évident mais également une véritable portée civique car plus les citoyens comprennent les ressorts de la vie politique, dit-il, et plus ils exercent leurs propre responsabilités de façon pleine et lucide » :

ALORS QUE BEATRIX SAULE, Conservateur en chef au château de Versailles depuis 1975, au bulletin du centre de recherche du château de Versailles, consacré aux « Insignes du pouvoir et usages de cour à Versailles sous Louis XIV, a établi qu’à Versailles : « Le trône a valeur de contre exemple. Ce siège, qui aujourd’hui apparait comme la marque du pouvoir par excellence, compte peu à Versailles où, dit-elle, il n’est pas entouré de marque de respect. Il ne requiert ni salut, ni révérence. Les courtisans, non plus que le roi lui-même, ne lui accordent l’importance à laquelle on pourrait s’attendre. »

 
LA COORDINATION DENONCE UN VERSAILLES transformé en vitrine de déchéance de la France — engagements non tenus, détournement mémoriel des Grands Appartements Royaux transformés en bazar d’objets hétéroclites annulant leur pouvoir d’évocation symbolique, politique de marchandisation du patrimoine rendant le Message culturel de la France illisible et sa Diplomatie sans voix, mélange des genres allant jusqu’à présenter un contre-exemple — et donc une contre-vérité – comme un prétendu moyen pour que « les citoyens comprenne les ressorts de la vie politique ». DEVANT UNE TELLE DECHEANCE, elle renouvelle sa demande de démission de J.-J. Aillagon adressée au Président de la République dans sa lettre du 21 sept. 2010 (cf. site).


BOUM !
BADABOUM !



MORTS

BOUM ! BOUM !





08/03

FORTY YEARS AGO

ALI/FRAZIER

Ali tombe pour la première fois


AUJOURD'HUI

OUBLI

JOURNEE DE L'OUBLI


Le papier peint fausse pierre a fait son apparition au rez-de-chaussée de Beaubourg (dans le décor de l'intervention de Michel Gondry)… ils l'ont collé à l'envers !
La prochaine fois, faites donc appel à des spécialistes (des prolos, par exemple ou alors des gens qui savent que l'ombre est en bas).

Rue de la Convention, en face d'une station-service, un couple de SDF s'est aménagé un "appartement" dans une cabine téléphonique. Quelquefois, lorsque la nuit tombe, ils allument des bougies ; je  suppose pour rendre leur situation féérique (la rue est éclairée), le pire étant qu'ils y parviennent.
Le premier qui parlera de "poésie" à leur sujet mérite une paire de baffes.


Le sondage est le bondage.



HARD BRAIN/BRAIN HARD


I REMEMBER

Les I remember de Joe Brainard, c'est bien*,
mais que de répétitions !


* mieux que les Je me souviens de Pérec où les répétitions ne manquent pas non plus.






07/03

En ouverture de L'Hiver de la culture de Jean Clair* (cf le 04/03), cette phrase de Karl Kraus : "Quand le soleil de la culture est bas sur l'horizon, même les nains projettent de grandes ombres".
Ça me rappelle l'époque où je bombais sur les murs des entrepôts Laîné (en rose fluo) : "Gérard Régnier, pédé, Jean Clair, tapette**" tout en lisant Karl Kraus…
C'était le bon temps !

* peut être faudrait-il faire remarquer à notre académicien*** qu'à l'époque où Karl Kraus écrivait cela, le soleil était vraiment bas sur l'horizon
***mais que veulent les académiciens en plus d'être académiciens ?

** aujourd'hui, non seulement on aurait les flics sur le dos, mais aussi les "ligues de protection des minorités"





NAIN CLAIR

Nain clair…



Dans la photoshoperie (banale) ci-dessous on ne retiendra pas le montage (Madame Lagarde n'a, bien évidemment, jamais foutu les pieds à cet endroit… elle a autre chose à foutre !), le démontage (les bijoux disparus !), la növ langue articulée de manière si voyante que le Canard enchaîné pourrait s'en émouvoir (la "femme d'excellence" du 12° touche en réalité 4 000 €/mois pour ne rien branler pour/dans le 12°, elle a autre chose à foutre !), mais la manière dont la falsification falsifie le style (serait-il tout à fait ordinaire) en faisant disparaître les plis du foulard par exemple, tout ce qui rend l'image plus complexe, plus constrastée, plus profonde et comment, par la même occasion, on peut,
assez facilement, faire la différence entre une image de propagande et une image qui peut faire propagande juste en fixant attentivement celles que l'on nous propose, que ce soit dans Nous Deux, dans Les Nouvelles du 12 ou ailleurs.


"Je pense que le poisson pourrit par la tête"

Entretien Christine Lagarde/Cynthia Fleury

Madame Figaro


LAGARDE

Et par le logiciel aussi





05/03

CE WEEK-END,
ON GARDE LE RYTHME

CADENCE





04/03

JEAN CLAIR

CLAIR

Même son chien (et la réprésentation de son chien) déprime(nt)


Dernier ouvrage de Jean Clair chez Flammarion : "L'Hiver de la culture""… Beau titre ! mais pourquoi faut-il que les grands dépressifs confondent, à l'hiver de leur vie, hiver personnel et hiver collectif ?
Et, pour la mélopée plaintive, écoutons plutôt Amalia Rodiguez que la rengaine de Clair.



A MONACO


CAROCARY

Caroline bronze en maillot
et Cary aussi



Ci-dessous, réaction* d'un internaute anonyme ("destartares" !) à un article de Claire Devarrieux (Libération) sur La délicatesse de David Foenkinos (Gallimard).


*Cela m'évitera
 - histoire de vérifier qu'il est vraiment aussi nul que je l'avais constaté en lisant sa "bio" de Lennon -

de lire un Foenkinos supplémentaire
.




JOHN

DAVID MA TUER



Fausse monnaie


Résumons.
Donc la meuf.
Nathalie qu'elle s'appelle (j'ai malheureusement peur que ce soit un hommage à Gilbert Bécaud). Jeune, fine, sensible, classe, réservée, intelligente, super canon (un cul magnifique et des nichons d'enfer, se déplace exclusivement en talons aiguilles : je n'invente rien). The fantasme d'ado ou de mec pas trop mûr dans sa cabessa ou de clampin qui s'est fait trop grave tèj dans sa life poubelle de plouc méga-minable, au choix, de toute façon c'est du pareil au même.

On lui colle une première histoire d'amour avec un gonze quelconque, une belle histoire d'amour, avec hasard miraculeux de la rencontre et coup de foudre à Nothing Hill, s'en suit un poil de préchauffage à vide puis le mec meurt passkon est super malin, ben oui, préparer la vraie histoire d'amour, celle qui va forcément suivre (meurt en faisant son jogging écrasé par la camionnette d'une fleuriste, j'ai malheureusement peur que l'hommage à Francis Blanche, « Pas d'orchidées pour ma fleuriste, elle a le rhume des foins », soit totalement involontaire).

Nat bien sûr hyper malheureuse en profondeur inouïe de candeur cabossée façon déréliction de fin intellectuel, passke, savez-vous, on ne plaisante pas avec la muerte et encore moins avec le sentiment du coeur qui saigne. Cétalor que le beau patron de la boîte ousque bosse Nathalie qu'en pince à donf pour elle c'est pour ça qu'il l'a engagée bien késsoi super compétente en plus qu'elle est trop belle, même qu'il est prêt à quitter sa femme qu'est rien qu'une grosse vache comme il le lui a dit pendant un dîner aux chandelles dans le resto super chic que elle elle s'en fout rapport à tout son malheur, ben on se dit ça y est Jeannot, t'as toutes tes chances, ben pas du tout, et vlatipa que la Nat, attention, après le temps du deuil et de la décence et du retour à la vie qu'est très long mais qu'on peut torcher en quelques pages, c'est ça la magie de l'écriture romanesque, ben elle roule une pelle, comme ça, au débotté, à l'impromptu, au plus moche et terne des garçons du bureau sous ses ordres.

N'hésitez pas une seconde à y voir une projection du David Foenkinos himself, qu'est vilain comme tout, et finalement un gros pédé, vu que son truc c'est quand même de se faire violer un tout petit minimum, donc plus fait pour les backrooms du Marais que pour les romans à l'eau de rose, oui, je sais, c'est pas incompatible, c'est même cohérent.

Puis quoi, ben voilà, évidemment que la Nat elle couche pas tout de suite mais bien sûr ça vient et kom le David il est pas gore pour un sou ben au lieu comme tout le monde d'enfin s'éclater lubriquement, il nous conclut page 200 un « Il était émouvant d'imaginer la femme âgée qu'elle serait » qui nous laisse bouche bée tellement c'est trop sensible. C'est donc ça la Délicatesse, penser épargne retraite avant de tirer un coup.

Voilà : de la littérature d'attaché de presse de l'édition.
Tu l'imagines, le Foenkinos, penché sur son ordi, langue pendante et sueur au front, à torcher des jolies phrases, économes, bien tournées, à la manière de, en se disant putain ce coup-là je sors the big thing, ça va déchirer grave.

Le pire c'est que c'est vrai, ça marche, c'est tout simplement honteux, d'un cynisme commercial confondant (personne n'a perdu de vue dans l'opération que deux tiers des lecteurs de roman sont des lectrices), et au delà même du simple mercantilisme éditorial, s'il l'on s'en tient au texte, à ce qu'il en reste, absolument répugnant : tu vois en direct live ce couillon d'attaché de presse promotionné auteur, perché sur les talonnettes de son absence de toute aptitude littéraire, synthétiser une fausse monnaie à laquelle les couinements médiatiques vont donner cours légal.

Certes on s'en tape allègrement.
Enfin pas complètement, tant la certaine idée de la meuf ici à l'oeuvre, ce clichetonnage chick lit misérable en dépouillement total de la moindre humanité, est quelque part profondément écoeurant : indigne.



DAVID F

FUCKINOS M'A ACHEVER






03/03


J'ai reçu ça (j'en reçois d'autres et des copieuses)…


Communiqué de presse


Coordination Défense de Versailles


du 10 février 2011


PERCEE DECISIVE DE LA COORDINATION, INSTITUTIONNELLE ET A L’INTERNATIONAL


______________


LE SCANDALE DE VERSAILLES ATTISE
LES « AFFAIRES » SUR L’ART, L’ARGENT, LA DEMOCRATIE !


___________


LE TRIPLE SCANDALE SUR L’ART, L’ARGENT ET LA DEMOCRATIE, que nous avons lancé en 2008 avec « l’affaire Koons », après 50 ans d’omerta, vient de franchir un nouveau seuil décisif et trouve désormais ses relais dans toutes les sphères Institutionnelles. Prolongeant notre Combat, ceux qui s'opposaient, hier encore, à notre action rejoignent désormais en masse nos positions. Après le désaveu de l’exposition Jeff Koons 1er, par Christine Albanel et la libération de la parole en 2009 ; après l’effondrement du Mythe de l’Art « contemporain »
( new-yorkais ) en 2010. DEBUT 2011, alors que sur le terrain le flambeau de la prise de conscience s’étend et que la révolte gronde avec la multiplication des affaires d’atteinte au patrimoine – Femmes-Loire à Marmoutier, Hôtel de la marine place de la Concorde, invasion des éoliennes, invasion du français par l’anglo-saxon, marchandisation du patrimoine tous azimuts…. au profit d’un petit nombre d’intérêts privés –, l’impact de la Résistance culturelle « explose » en chaîne dans toutes sphères du pouvoir, sur l’Art, l’Argent et la Démocratie :

█ C’EST LE CNRS QUI, le 7 janvier 2011, porte le fer dans la plaie par son Directeur de Recherche Nathalie Heinich, sociologue spécialiste de l’art contemporain, qui, dans Libération[1] – sur la base notamment du « modèle »  de Versailles 2008 ? –, interpelle l’Etat pour lui demander – « alors que les enjeux financiers sont colossaux » – si « les institutions publiques sont dans leur rôle » quand elles « offrent à des collectionneurs privés la vitrine et le renom de lieux prestigieux, payés sur fonds publics » : « ne pratiquent-elles pas une subvention déguisée aux détenteurs (collectionneurs), auteurs (artistes) et promoteurs (galeristes) de ces œuvres ? ». Elle met au pilori M. Aillagon en stigmatisant « Une institution d’intérêt national utilisée par son directeur pour mettre en valeur des artistes collectionnés par celui dont il est ou a été le conseiller. »

█ HARPER’S MAGAZINE DE NEW-YORK, de janvier 2011[2], la plus ancienne et prestigieuse revue des Etats-Unis qui relaye en Amérique notre lettre au Président de la République, du 21 septembre 2010, lui demandant la démission de M. Aillagon qui, à Versailles, « joue au Roi-soleil aux dépens de la France ».

█ LA COUR DES COMPTES, qui, stigmatise : « Le ministère de la Culture a perdu les clés des musées nationaux ». Dans un pré-rapport[3] de 160 pages, si dérangeant que Frédéric Mitterrand « fait des pieds et des mains » pour en éviter la publication, elle dénonce : l’autonomie ruineuse des Musées « chaque musée fait ce qu’il veut dans son coin » aux frais du contribuable ; le filon juteux et les astuces du Mécénat de ménage, la « générosité à bon marché » pouvant résulter de la loi Aillagon de 2002 ; « La faute aux musées qui truquent leurs chiffres de fréquentation, avec le seul but d’obtenir des subsides de l’Etat » ! Gonflement dont M. Aillagon prétendait justement déduire le succès de ses expositions de dérision !

█ L’ASSEMBLEE NATIONALE, qui s’interroge. Après sa table ronde sur la gestion des collections des musées nationaux du 1er déc. 2010, sous la question « Où en est le marché de l’art ? La commission des affaires culturelles a ouvert le débat » ouvre une table ronde le 19 janvier 2011, suivie d’une conférence dont le titre révélateur pointe le scandale sur la Gouvernance de notre Démocratie : « Le marché de l’art et le contrôle de la création en France : un dirigisme pernicieux ».

█ LES CONFLITS D’INTERET A LA UNE.  Pour conclure la série, c’est enfin, à la recherche de contre-feux anti-scandales, le rapport de la Commission de réflexion pour la prévention des conflits d’intérêts dans la vie publique qui vient d’être remis au Président de la République le 26 janvier 2011.

Alors que l’on nous berce d’illusions avec des leçons de Démocratie et d’Intégrité, venant du sud de la Méditerranée, jusqu’où la boîte de Pandore – pronostiquée au Président de la République en 2008 – du scandale sur l’Art, l’Argent et la Démocratie, ira-t-elle en France ?

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

Contact presse : euclidien@orange.fr  et  tel : 06 01 76 20 79

Site : coordination-defense-de-versailles.info.



Les ganaches attaquent

JEFF

Jeff se dégonfle



En réalité, au lieu de les agonir d'insultes ("Réactionnaires !"), on devrait leur élever une statue, le ministère de la culture et la Drac Ile-de-France devraient les subventionner, ce sont les seuls qui y CROIENT encore.



VERNISSAGE FRANÇOIS MORELLET

BEAUBOURG

hospicemaison de retraite

C'est l'hôpital qui se fout de l'hospice


Ce n'est la faute de personne si les dictatures sont ensoleillées.







02/03

PRIX FRANCE CULTURE - TELERAMA

France cul/telerama

Ça barde entre Marine Landrot
(Minuit)
et Caroline Brouard
(POL)




agnes b

Ça finira par une expo, mais ça promet
 

bouciain

Encore une remarquable réalisation
de Patrick Bouchiain


deneuve

Catherine Deneuve fin prête pour le César d'honneur





01 Mars

ANNIE GIRARDOT EST MORTE

Jannie

RIP





Mickeys







27/02

Les éditeurs (et ils sont nombreux) qui se lamentent du goût pervers du public pour les mauvais livres qu'ils éditent (par force ?) me font penser à un gérant de McDo qui se plaindrait du goût de merde de ses clients.

Mathieu Big Ass


Elire président de la République quelqu'un qui serait visiblement un bon coup, ça nous changerait (peut-être pas en bien).




bo populo

"Le peintre doit peindre le peuple et lui dire : tu es beau !"

                                                                                            Rainer Maria Rilke



mam

Femme à lunettes,
femme à dînettes




"S'il pouvait arriver que mon père, qui avait été emprisonné pendant la guerre, comme le trafiquant qu'il était, fréquente après-guerre, en dehors de ses connaissances habituelles, aussi bien un gitan* qu'il avait fait libérer en 42 (comment ? peut-être grâce à l'intervention de mon parrain qui était officier dans l'armée italienne, mais pourquoi ?) qu'un vague cousin communiste, compagnon de la Libération (comment pouvaient-ils se parler, sachant ce qu'ils savaient l'un de l'autre ? Mystère), une princesse russe** (les chiens) qu'une ancienne surréaliste lesbienne (l'écologie) - je me souviens même avoir déjeuné à la fin des années 60 avec Michèle Alliot-Marie (et ses parents, je crois) qui voulait à toute force un bull-terrier issu de celui que possédait mon père (je l'avais trouvée charmante, ce qui veut dire que ne doutant de rien tout comme mes parents, j'aurais bien tenté de l'attraper si j'en avais eu l'occasion) -, on aurait pu penser que ma mère aurait été plus conventionnelle dans ses fréquentations, moins adepte du grand écart, il n'en était rien, ses meilleurs copains étaient un dentiste et une charcutière."

* gitan, espagnol et républicain pour tout arranger.
** sans doute (peut-être), Béatrice, la deuxième femme de Gainsbourg (divorcée du Prince Galitzine), d'où le bull-terrier.

Et mon fils avec moi n'apprendra qu'à pleurer, Le Livre de Poche, page 235



togo

Le bull-terrier est un chien si design que le nôtre s'appelait Togo







26/02

CE WEEK-END,
ON SE TIENT A CARREAU

a carreau






25/02


conseil

Les types incapables de suivre les conseils qu'ils donnent aux autres
(très nombreux dans les salles de boxe*)
sont toujours de bon conseil
(ils me manquent…)


* Boxing Gym, Frederick Wiseman





23/02

Dans la famille
Quand on est con, c'est pour la vie
,

je demande




fils con

Le Fils

fille con

La Fille



22/02

A PARIS


origine du monde

Une foule nombreuse
(essentiellement masculine)
se presse
devant L'Origine du monde


A MONACO

Charlene

Charlène s'entraîne en vue des festivités futures
et des cérémonies à venir




21/02

HIER


vaches
toros
resto

au Salon de l'agriculture, tout le monde était là,
il ne manquait personne






19/02


CE WEEK-END,
ON SE PREND PAS LA TETE

prise tete





18/02


repres stock

Chez Stock, les réunions des représentants
sont toujours l'occasion d'heureuses surprises




Yves Michaud trouve Céline surévalué… pourquoi pas ! Ce n'est pas un jugement, mais une opinion comme une autre. Bayon, il y a quelques années avait écrit des choses assez intelligentes sur le sujet, mais là où l'on ne comprend plus très bien c'est lorsque Michaud (qui a un avis indiscutable sur à peu près tout ce qui se discute) pour appuyer son opinion ajoute que Céline n'est tout de même pas Joyce, Faulkner ou Dos Passos !  Ben, non ! Au cas où il ne l'aurait pas remarqué, Céline n'est pas traduit en français, il écrit en français.
Le propos d'Yves Michaud est symptomatique de ce que le combat est (déjà) perdu dans les têtes avant de l'être dans les vestiaires, et bientôt sur le ring ; pour "prouver" que Céline dont tout le souci a été d'écrire un "nouveau français" et qui se méfiait comme la peste de l'anglais (qu'il parlait couramment, mais considérait comme un patois) dont il avait senti les "visées impérialistes", il ne trouve à lui opposer que des écrivains anglo-saxons…
Che fare ?


FERDINE

Ferdi passe une sacrée droite à James Baldwin


On voit de plus en plus d'acteurs s'agiter en grimaçant : "Je veux l'Oscar !" C'est crevant.





17/02


Assisté mardi à la projection presse de "Fighter*", hormis la sensation de puissance que peut procurer le fait de voir un film que le vulgum pecus ne verra que le 9 mars, il en est une autre très étrange, celle de se retrouver au milieu des privilégiés chargés de la critique cinématographique… ils ressemblent tellement à ceux qui faisaient la queue devant un ciné-club de province dans les années 60/70 que je me suis demandé si ce n'étaient pas les mêmes un peu vieillis (avec des miettes et des pellicules pour décorer) qui auraient fini par être récompensés (de quoi ? mystère !).
En tous les cas, ils sont foutrement mal habillés (exception faite d'Eric Neuhoff qui arborait une assez jolie redingote), à tel point que l'on aurait pu les confondre avec une file d'attente des Restaurants du cœur.


* je reviendrai sur le film… ou pas… c'est selon !


C'est un monde cruel celui où il faut choisir d'aimer soit la guerre des étoiles soit la soupe aux choux*.

* à ce propos, il ne faut pas confondre Champeaux (Seine et Marne)
où a été tourné une partie de cet inoubliable chef-d'œuvre
et Champot (Haute Loire) où en aurait été écrit d'autres.


Le "bon goût" n'est qu'un mauvais goût qui s'ignore.

J'ai eu une brusque illumination (c'est souvent le cas des illuminations) : si les jeunes ne se révoltent pas c'est qu'ils regardent des séries à la télé*.

* ils tweetent aussi, à moins qu'ils ne facebooquent ;
c'est vrai qu'ils sont très occupés.

Le déséquilibre crée le malaise, mais aussi le mouvement.


SEX WITH THE STARS

 
MICHELE & B

Rien à voir avec la politique menée,
mais il est difficile d'imaginer un autre couple présidentiel
dans la même posture

 et qui ne soit pas ridicule





16/02

Moi aussi, je me souviens de François Nourissier : en 1996, il m'avait téléphoné pour me dire qu'il avait trouvé "formidable" le manuscrit de Mal de père que je lui avais adressé et que le livre allait donc être publié chez Grasset… Manuel Carcassonne me téléphonera quelques minutes plus tard pour prendre rendez-vous avec moi, quelques jours plus tard il me rappelerait pour me dire que, finalement, Grasset ne publierait pas Mal de père, quelques années plus tard, lorsque Carcassonne deviendrait mon "éditeur" chez Grasset, François Nourissier ne faisait plus partie de la maison.
Mal de pèresera publié chez Flammarion par François Bourin qui a fait ses premières armes chez Grasset et avec qui,
avant-hier, j'ai eu une conversation sur ce qui resterait ou pas de François Nourissier (j'étais plus optimiste que lui).



15/02

DEUX BONNES NOUVELLES


MISS GENERAL IDEAREADY MADE

Miss General Idea est TOUJOURS vivante                                Les ready-made n'appartiennent PAS à tout le monde

EN DIRECT DES COULISSES

SOLLERS

Philippe Sollers refuse de quitter le devant de la scène 



Au fait !

BUNNIES

J'avais oublié… c'est l'année du lapin.





14/02

JOYEUSE SAINT VALENTIN


saint valentin

2122 North Clark Street
Lincoln Park
14 février 1929*

* et une pensée particulière pour Frank Gusenberg, retrouvé vivant avec 14 balles dans le corps.
 Interrogé à plusieurs reprises par la Police, il répondra à chaque fois : "Vous faites erreur. Personne m'a tiré dessus !"
Il mourra trois jours plus tard.




Un coup d'état militaire fomenté par le peuple, c'est inédit.





12/02


CE WEEK-END,
ON LEVE LES YEUX AU CIEL

ociel






11/02





Une révolution où il faut prendre sa loupe pour apercevoir une fille,
 moi…  je me méfie !



Il ment comme il transpire.


lunlautre

L'un n'exclut pas l'autre







10/02

PARIS IS WITH YOU TOO, CASSIUS !



LA CLASSE, C'EST LA CLASSE*

*à deux, c'est encore plus facile (surtout lorsque le deuxième s'appelle Sam Cooke)




09/02

Il est vrai, et à condition qu'ils n'abordent pas certains sujets, que les soi-disant anarchistes de droite peuvent s'entendre avec les prétendus réactionnaires de gauche.

Les embryons, les fœtus et les cadavres ne seraient pas des "personnes", mais des "choses empreintes d'humanité". On avance sur le chemin de cette dernière.


mcged

McGuy*

* Many thanks to Pablo Réol

Je tombe par hasard sur un internaute citant G.E. Debord (pour démontrer certaine hauteur de vue - la sienne et celle du pape du situationnisme - et faire un peu de morale à Juppé, Alain, ministre d'état pas très à l'aise) : "Ce qui n'est jamais sanctionné est véritablement permis. Il est archaïque de parler de scandale". Si l'on y réfléchit à deux fois, c'est du bon sens moulu un peu plus fin (le style… quoique "véritablement" est un peu lourd), c'est "Pas vu, pas pris" formulé "différemment", Thierry Rolland pourrait dire la même chose à propos d'une faute de main dans la surface de réparation qui n'aurait pas été sifflée (à l'avantage de l'équipe nationale).

"Filmer à hauteur d'homme", moi, je veux bien, mais on place la caméra où ? Au niveau du menton de Mimi Mathy ou à celui du front de Shaquille O'Neal ?

Le cinquième amendement de la Constitution des Etats Unis prévoit que "nul n'est contraint de témoigner contre soi-même"… et moi qui ne fait que ça ! Quel con, je fais !


arrive

Mon tour est arrivé…


Etant donné que, selon l'opinion la plus répandue (surtout chez les intéressées), on ne peut violer : celles qui l'ont bien cherché, les trop jolies, les nymphomanes, les salopes et les putes, celles qui étaient habillées de façon provocante ou un peu pompettes au moment des faits, celles qui disent non, mais dont les yeux disent oui, celles qui changent d'avis tout le temps, celles qui ne savent pas ce qu'elles veulent, les jeunes filles ayant perdu leur virginité à un âge considéré comme précoce, celles qui seraient vierges sinon, les mecs, celles qui n'attendent que ça, celles qui traînaient là où il ne fallait pas, son épouse légitime, sa copine attitrée, celles qui ont joui, celles avec qui ont a déjà eu des rapports consentis, Desiree Washington, Samantha Geimer, on peut en déduire :
— petit 1, il ne reste pas beaucoup de choix aux violeurs authentiques,
— petit 2, pour les violé(e)s qui restent, ce n'est vraiment pas la peine de faire toutes ces histoires.


attente

J'attends le mien !







08/02

Six ans bras droit de Laurence Parisot, DRH de l'Institut français d'opinion publique (IFOP), Philippe Besson a signé en 2007 avec 150 autres enculés connards un appel à voter Ségolène Royal, " contre une droite d'arrogance", pour "une gauche d'espérances".
Ce n'est un secret pour personne, pas même pour Wikipédia…
Il est gentil Philippe Besson, la preuve ? tout le monde le trouve gentil.

A l'heure du déjeuner, sur France Culture (la bien nommée), j'entends un critique (irlandais) dont je n'ai pas entendu le nom déclarer à propos du dernier livre de James Ellroy que sa traduction en français est meilleure* que la version originale !
Je conseille pour ma part la lecture de Proust en farsi, celle de Faulkner en bambara et celle de Gombrowicz en braille.
Quelques minutes auparavant un critique (français) avait avancé qu'Ellroy était le dernier des Elisabéthains et qu'il partageait avec Céline le fait d'avoir créé une langue "venue de rien"… une espèce de Shakespeare venu de nulle part, je suppose.
Faut choisir, on avance dans la confusion ou bien la confusion avance… ou : "Enfin, on est SUR autre chose, effectivement, voilà ! "

* puisque elle annihile les effets de style** recherchés par Ellroy…

**minables en anglais comme en français !



nelly

"La française n'oublie jamais qu'elle est une femme et n'a aucun problème avec ça"

                                                                                Nelly Kapriélian (Vogue)


Tourner Mammuth (l'équivalent d'un Camping qui se croirait malin ET subversif) a sûrement été une mauvaise action, mais le regarder jusqu'au bout en serait une pire encore. Le cinéma français a un problème avec la classe ouvrière… c'est peut-être un problème français.








CE WEEK-END,
ON DETOURNE
LE DETOURNEMENT


koons







04/02

Wanda, fais moi confiance…



c'était mieux avant !


Jack White a foiré avec Wanda Jackson (
The Party Ain't Over) ce qu'il avait réussi avec Loretta Lynn (Van Lear Rose).  Mamie Jackson a eu beau se faire ravaler la façade et le clavier par la même entreprise que Tatie Lynn, elle ressemble de plus en plus à Yvette Horner et son album n'est pas excellent, à tel point qu'elle fait regretter Amy Winehouse en reprenant You Know I'm No Good !
Shakin' All over
à peu près décent… c'est peu !

En tous les cas, pour les White Stripes, la Party Is Really Over.


white

The Last Dance


Peut-être que la différence entre les idéologues totalitaires et les idéologues libéraux réside dans le fait que les premiers falsifiaient la vérité en sachant qu'ils le faisaient et que les autres n'imaginent pas qu'il puisse y avoir d'autre vérité que leurs mensonges.
C'est une hypothèse comme ça… en passant !


En bagnole,



Y a les allemandes aussi









03/02

E

Dans la vie, il n'y a pas que les filles et les italiennes



kheops

TOTAL KHEOPS






02 Février


A part les douleurs, on s'aperçoit que l'on vieillit à des détails, moi, par exemple, je redeviens prétentieux (je ne l'étais plus) et j'apprécie de nouveau que l'on m'encourage (ce dont je me foutais).



dino

Y a pas à chier non plus*, la Dino, c'était de la bagnole


* je suis un tantinet gâteux, je crois avoir déjà publié cette photo…
à moins que ce petit "cul qui ne tombe pas" me soit familier !



La Tunisie, "officiellement", on n'a pas été très bons (ni très dignes), mais tous les petits retraités qui vont dépenser leur pension au bord des piscines, tous les petits spéculateurs immobiliers, tous ceux qui se font "servir" sur place, tous ceux qui en profitent, je ne les trouve pas dignes davantage ; ils ne peuvent pas même évoquer une quelconque raison d'état… ils ne peuvent d'ailleurs rien évoquer du tout si ce n'est la petite taille de leur âme.
Du VVF à la Mamounia, Ryad ou Bouygues, hétéros-beaufs et tapettes jet-set… tous ensemble, tous ensemble pour faire suer le burnous ! A moins que ce ne soit, et je n'aurais, encore une fois, rien compris, pour importer en douce les valeurs démocratiques (en se faisant niquer par quelques indigènes résistants, par exemple).
Ces jours derniers, pour encourager, sans doute, ces néo-colons à ne pas changer leurs habitudes, un journaliste de France Culture a déclaré (sans rire) que : "hier, il ne fallait pas y aller contrairement à aujourd'hui où il faut y aller".
Pour rester dans l'ambiance, on profanera les Pyramides demain.

Anna Calvi est très jolie (surtout ses yeux, ses dents et sa fine moustache), mais elle n'est vraiment pas très bonne.
Question subsidiaire : pourquoi les rockeuses se sentent obligées de hurler (habillées) tout comme les performeuses se sentaient obligées de nettoyer le sol, mais à poil, dans les années 70 ?

Gladys Horton, la soliste des Marvelettes, est morte il y a quelques jours ; à quinze ans, elle avait été le premier numéro 1 de Tamla Motown (Please Mr Postman), on n'en a pas beaucoup parlé… occupés sans doute à faire la promotion du premier album d'Anna Calvi-jolie-jolie-jolie.





Mickeys





31/01



audrey noire
audrey couleur


Trop grande

pas sexy
pas de seins
pas mon genre
et pourtant…
en noir ou en couleurs
Audrey
est la plus jolie fille du monde






29/01



CE WEEK-END,

ON BALAIE DEVANT SA PORTE


balai porte








28/01


dedicated to P.T


C'est l'histoire d'un type qui sait faire des trucs que personne d'autre ne sait faire.
Il s'ennuie, tout seul, dans son coin, à faire des trucs que personne d'autre ne sait faire.
Tout seul.


ennui virginie

Virginie
s'ennuie
aussi


La première gorgée d'indignation est toujours dure à avaler, mais après, ça va tout seul… ça coule.







27/01


little boxes ad

Nouvelle rubrique
Little Boxes

Dommage, vraiment, que cette commémoration de la mort de Céline n'ait pas eu lieu : parcours ludique ET interactif entre le Passage Choiseul, le Vel d'Hiv' et la Route des Gardes avec installations de Christian Boltanski, Daniel Buren et Sophie Calle ; textes de Philippe Sollers, Marc-Edouard Nabe et Yann Moix dits par Fabrice Lucchini, Grand Corps Malade et Pierre Arditi, on se serait régalés ! Vraiment… dommage !

PPDA, il recopierait Don Quichotte mot pour mot, il n'en serait pas Cervantès pour autant (ni Pierre Ménard).


ppda







17 Janvier

anniv' Ali

Bon anniversaire